12/06/2017

Spots (Dejardin) : sûte: 2760-2779

2760

sins

Il è-st-â cwèr di sès cink sins.

 

litt. Il est à bout de ses cinq sens.

N'avoir plus de ressources, ne savoir plus à qui avoir recours.

Pr. fr. — Ne savoir à quel saint se vouer. — Etre à cul.

 

C' è-st-in-ome dreût, bin faît, come mi,

À quî i n' manke qu' on pô d' èsprit ;

I n-a-t-assez âtou dè l' tièsse,

Qui coûrt foû d' sès spales èt d' sès brès',

Come i m' arive min.me bin sovint

Qwand dj' so â cwèr di mès cink sins.

(THYMUS. Paskèye faîte po l' jubilé d' dom Bernard-Godin, abé. 1764)

 

MALMEDY  Èsse â coron d' sès cink sins.

 

Basse-Allemagne  Er is so ebensinnig.

(hamb., pour : Er hat 7 Sinne, 2 zuviel.)

 

2761

sins

Il a on sins d' trop' : onk po brouhî l's-ontes.

(JODOIGNE)

 

litt. Il a un sens de trop : un pour brouiller les autres.

C'est un esprit mal équilibré.

 

2762 

déroyî

SÉPARER

Ç' qu' on roye, èl bon Dieu déroye. (MONS)

 

litt. Ce qu' on sépare, le bon Dieu le rapproche.

Les desseins des hommes ne réussissent qu'autant qu' il plaît à Dieu. — Souvent nos entreprises tournent d'une manière opposée à nos vues et à nos espérances. (ACAD.)

Pr. fr. — L'homme propose et Dieu dispose.

 

MONS  Èn' fay nié d' trop biaus projèts pou l' avenîr, pace qué quand on roye, èl bon Dieu déroye.

(MOUTRIEUX. Dès nouviaus contes dé kiés. 1830)

 

rûie, roye, rouchi, ligne, marque de séparation. Le sens littéral du proverbe serait : Ce que l'homme sépare par une ligne de démarcation, Dieu le réunit.

 

2763 

sèt'

SEPT

Sèt' ni pout piède.

 

litt. Sept ne peut perdre.

Le nombre sept était en quelque sorte sacré chez les Juifs et jouit encore maintenant d'une grande influence dans les dogmes et les cérémonies du christianisme.

(Cette locution s'emploie principalement au jeu de quilles, lorsqu' on abat sept quilles d'un coup de boulet, et au jeu de piquet lorsqu'on a un point de sept cartes.

 

2764 

clômantche

SERPETTE

C' è-st-on drole di clômantche.

 

litt. C'est une singulière serpette.

C'est un original, il a d'étranges manières d'agir. — C'est un drôle de pistolet.

 

2765

mèkène

SERVANTE

Chez lès curés èt lès vieux garcheons, lès mèkènes î ont l' audivi.  (tournai)

 

litt.  Chez les curés et les vieux garçons, les servantes ont l'autorité.

Ces deux catégories de célibataires laissent souvent conduire le ménage par leurs servantes, qui en usent, et même en abusent.

 

2766

sièrvi

SERVIR

I vât mî sièrvi qu' d' aler briber.

 

litt. Il vaut mieux servir que d'aller mendier.

Plaisanterie en usage dans les jeux de cartes, où il n'est pas permis de renoncer.

 

2767 

huflèt

SIFFLET

Avu l' huflèt côpé.

 

litt. Avoir le sifflet coupé.

Etre à quia. — Ne savoir plus que dire. — Avoir le caquet rabattu.

 

Vosse huflèt fout côpé, vos n' avîz pus dè l' djôye.

(THIRY. Ine cope di grandiveûs. 1860)

 

TOURNAI   Coper l' chifleot.

 

2768

signateûre

SIGNATURE

 fâsse signateûre, fâsse manôye.

 

litt.  A fausse signature, fausse monnaie.

Un trompeur mérite de trouver, ou trouve un trompeur plus fin que lui. (ACAD.)

Pr. fr. — A trompeur, trompeur et demi.

 

2769 

sine

SIGNE

Ni fé ni sène ni mène.

 

litt. Ne faire ni signe, ni mine.

Ne pas donner signe de vie, ne pas prendre part à une conversation, rester indifférent à ce qui vous entoure.

 

Èt volà nos glawènes

Qu' ont l' front d' aler griper so l' narène di leû rwè,

Lu, bonome, lès laît fé, sins fé ni sène ni mène.

(BAILLEUX. Lès rin.nes qui d'mandèt on rwè. Fâve. 1851)

 

I n' fat pus ni sène ni mène. (Il mourut)  (FORIR. Dict.)

 

À l' fin, come li blèssî ni féve ni sène ni mène, li crèn'kinî s' èhardiha putchote à migote.

(MAGNÉE. Li crèn'kinî dè prince abé di Stâveleû. 1867)

 

Après m' avu splinki, n' fant pu ni sène ni mène,

I m' djètî po l'fmièsse, dji touma so l' ansène.

(T. Brahy. Mès treûs manèdjes. 1882)

 

VERVIERS ... Lu vî pére da Tatène,

S' î tchôkîve bin avou, mais n' féve ni sène ni mène.

(Poulet, Li foyan ètèré. 1860)

 

JALHAY     MATÎ

Do timps qu' one saquî,

Su tint bin drèssî ;

Sins fé ni sène ni mène,

Come on bon flankeûr,

Qu' è-st-on-ome du keûr,

Qu' on-z-èclîve è l' Ârdène.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 4. 4861)

 

MARCHE    galopin

Baquatro qui s' pormine avou tote leû cuhène,

Li rapaujetèye en lî d'hant : n' faî ni sène ni mène.

(alexandre. Li pèchon d' avri. V. sc. 16. 1858)

 

NIVELLES

I n' faît pus signe ni mine, i n' a pupont d' halène,

Ès' pouce èst sins mouvemint.....

Combin qu' ça m' faît dè l' pène.

(RENARD. Lès-avent. dè Djan d' Nivèle. Ch. II. 1857)

 

2770

mârticot

SINGE

On n' aprind nin âs vis mârticots à fé dès mowes.

 

litt. On n'apprend pas aux vieux singes à faire des grimaces. On n'envoie pas les barbons à l'école. — Quand on a pris son pli, on le garde. — Experto crede Roberto.

Pr. fr. — Grosjean ne doit pas en remontrer à son seigneur. Enseigner à un poisson comme il faut nager.

(Pore jean-marie. Le diveri. des sage». 1665)

Il veut montrer à son père à faire des enfants.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

matias'  Vos vôrez tot rade aprinde à on vî mârticot à fé dès mowes.

(SALME. Lès rabrouhes. Sc. 9. 1882)

 

VARIANTE     MONSEÜR

... D'hez, èst-ce qu' on trompe,

Qwand on-èst si près dè l' tombe ?

BAÎTA

On vi mârtico

Sét fé pus d' ine grimace.

(Th. collette. Ine vindjince. III, sc. 4. 1878)

 

VERVIERS    

Voleûr apraîde à fé dès hègnes.

 vî maurtikèt, faut èsse lwègne.

On coûrt dandjî du s' fé r'baurer,

Qwand â pus maîsse, on vout r'mostrer.

(Poulet. Li djoweû d' toûr èt maurtikèt. 1872)

 

NAMUR    I n' faut nin aprinde à on vî sindje à fé dès grimaces.

 

CHARLEROI  

Is pinsèt qu' dè s' mèfyî, il èst toudi pus sâje,

Quand on vout ièsse sûr dé 'ne saqwè,

Què ç' n' èst né à lès vîs sindjes, ôte pauy come à l'vlle basse, Qu' on-z-aprind à fé dès grimaces.

(Bernus. L' tchat èyèt l' vî rat. Fauve. 1873)

 

2771 

sinje

Ch' èst jour deu fîète,

Lès sinjes seont à l' fèrniète. (tournai)

 

litt.   C'est jour de fête,

Les singes sont à la fenêtre.

Dit-on de ceux qui n' ont pas de plus grand plaisir que de se tenir à la fenêtre.

 

var. NIVELLES I va fé bia, lès marmots sont à l' fèrnièsse.

 

 

 

SOBRIQUETS, SURNOMS, BLASONS

 

Nous avons réuni, sous ce mot, divers sobriquets populaires ou historiques, devenus proverbiaux au pays wallon.

 

2772

Ârdène

Ardenne(s)

Lès-Âgneûs

 

Litt. Les âniers.

Jeu de mots qui fait penser aux messagers des Ardennes, voyageant en compagnie d'un grison porteur de deux paniers.

 

Toumas

È bin ! vos polez bin roter so mon Bougnèt,

Ca vos-avez co l' aîr pus bouhale qui Tchantchès.

Tchantchès

I m' prind don po 'n-Âgneûs.

(PECLERS. L' ovrèdje da Tchantchès. Sc. 15. 1872)

 

Èle vinéve d' â viyèdje ; c' è-st-eune di cès-Âgneûses,

Qui v'nèt cial po sièrvi, télemint qu' èles sont pouyeûses.

(Hoven. Li boûkète èmacraléye. Sc. 7. 1872)

 

È l' iviér, totes lès sort di djublî dès-Âgneûs,

Qui n' passèt pus leû timps qu' à eûre èt fé 1' brakeneû.

(Delarge. Lès poyetrèsses. 1873)

 

tatî.

... Èle m' îreut à l' îdèye,

Surtout qui lès-Âgneûses ni sont nin trop sûtèyes.

(REMOUCHAMPS. Tâtî l' pèrikî. II, sc. 6  1885)

 

2773 

Ât'

ath

Lès sots d' Ât'

 

litt. Les sots d'Ath.

 

MONS

In cominchant l' Armonak, èl djoûr du nouvèl an, nos-a faît r'ssouveni d' ène malice qu' in certin sot d' Mont a 'ne fwas invinté ç' djoûr-là, pau avwar ène bone dringuèye : nos n' voulons nié ici dîire què lès djins d' Mont, c' èst dès sot : nos s' foutrions du pwing dins l' nez, come on dit ; sans parler qu' lés ceûs d' Ât' sèriont capâbes d' ète djalous, au rapôrt qu' on-a toudi dit : « lès sots d' Ât' », margré qu' cès sots-là n' étiont nié pus bête què d' aucun sâje pou ça, savez ; què du con­traîre, il en r'vindriont quèlquè fwas à lès ceûs qui pinsiont bé dé l's-infiler tout vîvant.

(Letellier. Souvenance du temps passé. Armonake dé Mont. 1850)

 

2774 

Bornivau

Bornival   (canton  de Nivelles).  

Lès fous d' Bournivau

Les blancs bâtons de Bournivau.

 

Les habitants de ce village ont la réputation de ne pas être sains d'esprit, ce qui leur a valu le sobriquet de « fous de Bornivau, blancs bâtons de Bornivau ». Cette qualification se rattache sans doute à une tradition d'après laquelle le seigneur et le curé du lieu seraient devenus fous en même temps ; le curé fut chassé de l'église par ses paroissiens, et le seigneur alla se pendre dans le bois de Nivelles.

(Wauters et J. Tarlier. Géographie et histoire des communes belges. 1860)

 

2775 

Tchèkion

chatillon 

Lès ramounîs d' Tchèkion.

 

litt. Les fabricants de balais de Châtillon.

Ce sobriquet indique la profession principale dans la localité : fabricants de ramon ou balais. Ceux-ci se font en ramilles de bouleau ou de hêtre.

(M. François. Inst. comm. à Willancourt)

 

2776 

Dinant

Dinant

Lès copéres.

 

« En 1466, dans le fameux sac de Dinant par Charles-le-Téméraire, qui était alors le comte de Charolais, et quand ce cruel vainqueur, ou plutôt son père, !e bon Philippe-le-Bon, fit lier 800 Dinantais, deux à deux, dos contre dos, pour les précipiter dans la Meuse, le bourreau qui procédait à l'exécution de ce drame, disait à chaque couple de victimes qu' il envoyait à l'eau : Encore une paire, ou plutôt en patois : Èco 'ne paîre, d'où par contraction, ellipse et corruption : copaire.

« Pour moi, j'abandonne cette étymologie à l'érudition des marmitons de collège.

« La batterie en cuivre était autrefois une industrie très florissante à Dinant, et qui, même de nos jours, occupe encore un certain nombre d'ouvriers dans plusieurs usines des environs. Les produits de ce travail s'appelaient Dinanderies, au témoignage de Philippe de Commines, notre grand historien wallon. Dès le XIIIe siècle, on ne voulait, par toute l'Europe, que le cuivre de Dinant, et les Anglais surtout en faisaient grand usage. Ils donnèrent aux Dinantais le titre d'ouvriers en cuivre par excellence, en anglais copers, et voilà nos copères.

« Les copères de Dinant sont, en général, des hommes fort intellidjents et qui font parfaitement leurs affaires; ce qui ne les a pas empêchés de faire parfois de grandes sottises, ce qui ne les empêche pas non plus de lâcher par-ci par-là de petites balourdises : ce sont leurs coperies.

«...................

« Je crois, moi, tout bonnement, qu'à la vue de toutes étourderies que l'histoire ou le mauvais voisinage imputent aux bons Dinantais, lesquels s'en moquent comme d'une bombe de la veille, quelqu'un s'est écrié jadis : Voilà de fiers compères ! ou mieux encore en patois (sic): Volà des fiérs copéres ? D'où les copères, d'où les coperies. »

(Voyages et aventures de M. Alfred Nicolas au royaume de Belgique. Tome II, p. 74 et seq. 1835)

Voici des Dinantais la brillante jeunesse, Rochefort est absent, Cartier de Porcheresse Guide et presse leurs pas. Fière de se montrer, D'attirer les regards, de se faire admirer, La troupe des copers, en pompeûse parure, l'ait faire à ses criquets des sauts outre mesure.

(Du Vivier. Cinéide. Ch. VI)

Nous trouvons dans Le livre des proverbes français de M. le Roux de lincy :

« Dinant. Coivre de Binant. Cuivre de Dînant, i

(Dict. de l'Apostoile. XIIIe siècle)

« Dinant, ville importante de l'ancienne province de Bre­tagne, dans le département des Côtes-du-Nord. »

N'y a-t-il pas lieu de relever ici cette erreur, et ne devons-nous pas rendre au Dinant belge une réputation acquise depuis tant de siècles ?

 

Ô Dinant ! poûve Dinanl ! Què lès timps sont candjîs,

Vosse citadèle èst prîje èt vos murs sont d'brijîs.

Ô d'brije èyèt o brûle tout, èt tout ç' qui vike, o l' tûwe.

C' è-st-à flot, qu' o vwat l' sang qui roule dèdins chake rûwe.

V'là qu' lès barbâres crîyenèt què ça dure trop longtimps,

Qu' i faut bouter pus rade à fé pèri lès djins.

Adon o lès-apougne, èyèt o lès jète à l' Moùse.

C' èst pa cints èt pa cints, què dins l' eûwe o lès poûsse.

I  n' faut ni pinser d' vîr nadjîi lès maleûreûs !

Lès Bourguignons sondjenèt d' lès louyî deûs à deûs.

Quand chake coupe èst lancéye, is crîyenèt :

V'là co 'ne paîre,

(Èl mot d' copére vint d'là, d'après ç' què d'sèt m' grand-mére)

(Renard. Lès-avent. dè Djan d' Nivèle. Ch. VII, 3" éd. 1890)

 

2777

Flamind

Flamand  (NDLR vision raciste de l'époque)

Lès Flaminds dès gades

 

litt. Les Flamands de chèvre.

Terme injurieux, renfermant un jeu de mots. En flamand, gat signifie aussi ce qu'un vaudeville appelle l'endroit où le dos change de nom.

 

La bèle ! alons on pô tot doûs,

Frîz-ve bin mî, si v's-èstîz è m' plèce,

Sârîz-ve bin l' flamimd so qwinze djoûs ?

— Qwè, l' flamind d' gade, c' èst d'zeûr vos fwèces.

(Thiry. On cwèrbâ franc lîdjwès. 186(...))

 

hinri et matÎ (alant sor lu).

Qui di-se, Flamind d' gade ?

(T. Brahy. Li boukèe. I, sc. 7. -1878)

 

Yan's  Mossieû, dji n' so nin payî po djèter lès djins à l' ouh, mi.

BOLAND È bin! si vos n' l' î mètez nin, dji v's-î taperè, mi, Flamind d' gade; alez ramasser vos cliks èt vos claks.

(Salme, Lès deûs bètchetâs. Sc. 25. 1879)

 

2778

Flamind

Flamand  (NDLR vision raciste de l'époque)

C' è-st-ine qwârêye tièsse.

 

litt. C'est une tête carrée.

C'est un Flamand, un Hollandais, un Allemand. C'est un homme d'un jugement solide, mais peu avenant. — C'est un formaliste. — C'est un entêté. Cité par Forir. Dict.

 

So ç' trèvin-là, les qwârêyès tièsse dèclarît l' guère à l' France.

(DD. Salme. Colas Moyou. Ch. 1874)

 

Mordant     Way, quî vocial.

Castin        Qui l' diâle èpwète li qwârêye tièsse.

(T. Brahy. Li boukèt. II, sc. 4. 1878)

 

Nos-alîz vèyî l' côp d' faleûr hanter pâr djèsse,

Èt dè sposer nos feumes come des qwârêyès tièsses.

(Peclers. Li cinkantin.ne d' on patriyote. 1880)

 

2779 

Flamind

Flamand (NDLR vision raciste de l'époque)

Flayûte. (Mons )

 

« Personne qui s'explique mal, qu'on comprend difficilement. Voici la chanson qu'on adresse aux Flamands (se prend « toujours en mauvaise part). »

 

Va-t-in, foutu flayûte,

Va-t-in vîr à quî vinde tès flûtes.

Mi, dji n' mèt dèssus mès dwats,

Que dè l' hièrbe què djè conwa.

(SIGART. Dict. du wallon de Mons. 1866)

 

NIVELLES 

Djè m' èsplike in deûs most ; djè n' su nin pou l' dispute,

Seûlemint, dj' counè 'ne saquî qui s' mousse in pô flayûte.

C' è-st-in-ome, èt ni bièsse, èt min.me in bon garçon,

Mins qui n' vut qu' du Flamind èt nule part du Walon.

(RENARD. Lès-avent. dè Djan d' Nivèle, Ch. V, 3e éd. 1890)

 

Lille

Ut', ré, mi, fa, sol, la, si, ut',

Tous lès Flaminds sont dès flahutes.

(L. Vermesse. Dict. 1867)

 

08:52 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.