12/06/2017

Spots (Dejardin) : sûte: 2740-2759

2740

savetî

SAVETIER

Il èst come li savetî qui rène.

 

LITT. Il est comme le savetier qui court.

Etre dans le continuel mouvement, faite beaucoup d'allées et de venues. (ACAD.)

"Li savetî qui rène" (qui court) est le "Juif errant".

"Qui rène", qui court; de 'rennen' (all.), courir. Ne s'emploie que dans cette locution, et au participe présent, dans l'expression: 'diâle rènant' (lutin).

 

S' i gn-a tant dès feumsqui s' plindèt

Qui leû-z-ome vont au cabarèt

Passer leû sîze, piède leû djoûrnèye,

So l' timps qu' èles sont totes disseûlèyes

Avou deûs, treûs hayâves èfants,

Qui fèt come dès p'tits diâles rènants.

(FORIR. Li k'tapé manèdje. Vers 1836)

 

Nèni, dj' èsteû si lon, èt pus k'tapé qui l' savetî qui rène.

(THIRY, Li r'toûr à Lîdje, 1858)

 

I bise èvôye come ine fawène,

Èt trote come li savetî qui rène.

(LAMAYE, Portraît d'on bon Lîdjwès. (L.R.) 1862)

 

Dji m' consola bin vite, dji r'prinda dè corèdje,

Èt come on diâle rènant, dj' batéve di l' ovrèdje.

(S. BRAHY, Mès treûs marièdjes. 1882)

 

VAR. VERVIERS  Il èst come li r'nant savetî.

 

VAR. NAMUR  C' èst l' savetî d' Jérusalèm.

 

2741

savu

SAVOIR

Savu quî l' pouna, quî l' cova.

 

litt. Savoir qui l'a pondu, qui l'a couvé.

Connaître une chose parfaitement, être renseigné exactement. — Connaître les choses ab ovo. Cité par forir. Dict.

 

Èt po savu turtos çoula,

Èt quî l' pouna èt quî l' couva,

Èle fout trover on camarâde,

Qu' î aveût stu longtimps malâde.

(Paskéye po l' jubilé d! l' rèvèrende mére di Bavîre, 1743)

 

Èle sét très bin çou qu' li spot dit :

Qwand on n' veût nin, i fât sinti ;

Tot d'mandant quî èst-ce qui passe là,

Èle sét quî l' pouna quî l' cova.

(Paskéye po l' jubilé d' soûr Lambèrtine Baupaîre èt d' soûr Louwise Dispâ, jubilaîre à Bavîre. 1786)

 

Adon, l' brâve curé dé l' Madelin.ne

Qu' èsteût l' curé d' matante Sara,

Ni vola nin passer l' samin.ne

Sins k'nohe quî l' pouna, quî l' cova.

(SIMONON. Matante Sara. 1824)

 

Lès govèrneûs dè bon mèstî dè taneû èl volît bin r'çûre come aprindis', mâgré qu' on n' savahe nin trop bin quî l' aveût ponou, quî l' aveût cové.

(magnée. Baîtrî. 186S)

 

VARIANTE  TATÎ

Asteûre, dji vou qu' on qwîre ine bèle èt bone sièrvante,

Nin d'avâr cial, savez, dji vou ine mon savante,

Qui n' sépe nin qui l' vèssa, qui l' pouna.

(REMOUCHAMPS. Tâtî l' pèrikî. II, Sc. 1re. 1880)

 

beaUraing

Èt s' on vèt dès monsieûs, on vut todi sawè,

Quî què lès-a ponu, quî què lès-a covè.

(VERMER. Li jézwite èt l' payisan. 1867)

 

2742 

saveûr

Qui sâreut todi tot, ni pièdreût jamây rin.

 

litt.  Celui qui saurait toujours tout, ne perdrait jamais rien.

Se dit aux personnes qui donnent des conseils rétrospectifs, qui se vantent d'avoir prévu les événements.

Cf. Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait !

 

Tonton  S' i v' m' avîz bouté... in ?

Tâtî  S' on saveût todi tot, on n' pièdreût jamây rin.

(REMOUCHAMPS. Tâtî l' Pèrikî. III, sc. 20. 1883)

 

var. NIVELLES  Si on savout toudi tout, i n' ariverout jamaîs rîn.

 

2743

saveûr

Èco n' sét-on !

 

litt. Encore ne sait-on !

Il n'y a rien d'impossible. — C'est le secret des Dieux.

 

In-ome come mi pout diveni borguimêsse : Èco n' sét-on !

(Alcide Pryor. Police èt cabarèt. 1801)

 

2744

saveûr

I 'nnè vout savu ottant qu' Wâtî d' Atin.

 

litt. Il veut en savoir autant que Gauthier d'Athin.

C'est un présomptueux, un vantard.

« Les mineurs, surtout ceux de Montegnée et d'Ans, disent d'un homme qui prétend tout savoir et connaître le sous-sol mieux que les outres : I 'nnè vont savu ottant qu' Wâtî d' Atin. — On sait que Wathieu d'Athin, le conspirateur, était un riche propriétaire de houillères, qui exploitait lui-même et avait la réputation d'être un excellent ingénieur, ou plutôt, comme on disait à cette époque, un excellent géomètre. »

(St. Bormans. Voc. des termes de houillerie. 1883)

 

var. NAMUR  Quîi prétind tot sawè prouve qu' i n' sét rin.

 

2745

saveûr

On sét sovint tot po l's-ôtes èt rin por lu.  (STAVELOT)

 

litt. On sait souvent tout pour les autres et rien pour soi.

Se dit des personnes qui s'occupent des affaires des autres et négLîdjent les leurs.

 

2746

sèyê

SEAU

C' èst voleûr mète on sèyaî divins 'ne botèye.

 

litt. C'est vouloir mettre un seau (d'eau) dans une bouteille.

Tenter l'impossible. — Exiger de l'intelLîdjence de quelqu'un plus qu'elle ne peut donner.

Selon une ancienne tradition, St-Augustin, méditant sur le mystère de la Trinité, vit, sur la plage, un enfant qui, après avoir fait un trou dans le sable, puisait de l'eau dans la mer pour le remplir. — Que fais-tu là ? demanda l'évêque d'Hippone. — Je veux mettre la mer dans ce trou, et j'y parviendrai avant que tu te sois rendu compte de la nature de Dieu.

 

2747

sètcherèsse

SÉCHERESSE

Sètcherèsse n' a jamaîs minè tchîrèsse.  (Marche)

 

litt. Sécheresse n'a jamais amené cherté.

Les céréales sont moins abondantes dans les années pluvieuses que dans les années de sécheresse.

Sèche année n'est affamée.

(Recueil de Gruther. 1610)

 

maRche dascole.

Djâke, vos v' plindez fwart, èt v' savez qui sètcherèsse,

D' après on vî spot, n' a jamais minè tchîrèsse.

(Alexandre. Li pèchon d' avri. I, sc. 2. 1858)

 

2748 

scrèt

SECRET

Savu li scrèt Mawèt.

 

litt. Savoir le secret Mawet. (Personnage fantastique et indiscret)

Savoir ce qui est su de tout le monde. (littré)

Pr. fr. — C'est le secret de Politchinelle.

 

Dès scrèts Mawèt,

Qui nouk ni sét èt qu' tot l' monde sârè.

(Forir. Dict.)

 

L' an d' après, ci fourît ôte tchwè,

I pinsa d' atraper ôtemint li scrèt Mawèt.

(bailLeux. Li bon Diu èt l' cinsî. Fâve. 1856)

 

DjÈRÂ

... Â ! cial, tot l' monde sârè,

Çou qui vos volez catchî, vosse pitit scrèt Mawèt.

(remouchamps. Lès-amoûrs da Djèrâ. I, sc 19. 1875)

 

MÈNCHEÛ

Volà li scrèt Mawèt, qui pèrson.ne ni k'nohe èt qui tot l' monde sârè.

(T. Brahy. A quî l' fâte ? Sc. 25. 1882)

 

2749 

sègneûr

SEIGNEUR

On n' kinohe lès sègneûrs qu' à leûs dèpenses.

 

litt. On ne connaît les seigneurs qu'à leurs dépenses.

Il y a une façon de dépenser qui décèle le grand seigneur. — Quand on se targue de noblesse, il faut savoir soutenir son rang.

 

var. JODOIGNE C' è-st-à l' boûsse qu' on r'conèt lès maîsses.

 

2750

sègneûr

C' è-st-on mâ d' sègneûr, i n' monterè nin pus hôt.

 

litt. C'est un mal (une maladie) de seigneur, il ne montera pas plus haut.

Se dit, par plaisanterie, à la personne qui se plaint d'un mal de tête.

 

NIVELLES  C' è-st-in mau d' sègneûr, i n' montera ni pus hôt.

 

2751

SEL

Mète si grin d' sé.

 

litt. Mettre son grain de sel.

Faire son observation.

Ne se mêler d'une conversation que pour y placer quelques mots piquants. Cité par Forir. Dict.

 

I fât qu' i mète si grin d' sé d'vins tot.

(Remacle. Diction. 1839)

 

Volà 'ne quarèle vinowe, on tropaî rasson.né,

Po hoûter çou qu' on d'héve, èt î mète si grin d' sé.

(Ant. Remacle. Conte. 1889)

 

Titine

Divins tot, vos l'vèyez v'ni mète si p'tit grin d' sé.

(Toussaint. Djan'nèsse. I, sc. lre. 1890)

 

MALMEDY  Mète su pot d' sé.

 

MARCHE   Djâke

Mès sognes m'ont ritenou, ca dj' éve bin pinsè,

D' aler au pus abèye, î mète mi grin d' sè.

(Alexandre. Li pèchon d'avril. I. sc. 2. 1888)

 

NIVELLES   I faut toudi qu' i mète ès' grin d' sé. (...)

 

2752

Il è-st-ossi bon sins sé qu' sins salé.

 

litt. Il est aussi bon sans sel que sans (être) salé.

« Se dit des personnes qui s'expriment étourdiment, qui ne savent ménager leurs termes et de celles qui achètent au hasard. » (remacle. Dict.)

Cf. Confondre autour avec alentour.

Pr. fr. — Autant de frais que de salé, monsieur de beurre.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par Forir. Dict.

 

NIVELLES   Austant sins sé qu' sans salé.

 

2753 

sèle

SELLE

C' è-st-ine sèle à tot tch'vâ.

 

litt. C'est une selle à tout cheval.

Lieux communs,  banalités, compliments vagues,  remède qu' on applique à toutes sortes de maladies. (littre)

Pr. fr. — Une selle à tous chevaux.

 

Cisse fèye, dji dîrè qu' cisse fontin.ne,

Sèrè on r'méde miton mitin.ne,

Ou, come on dit, 'ne sèle à tot tch'vâ,

Pusqu' ele riwèrihe tos lès mâs.

(DE RYCKMANN. Lès-aîwes di Tongue. 1730)  (...)

 

2754 

samin.ne

SEMAINE

Li samin.ne âs treûs djûdis.

 

litt. La semaine aux trois jeudis.

Jamais. (ACAD.) — Trois jours après jamais.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

Pr. fr. — La semaine des trois jeudis.

Cité par Forir. Dict.

 

variante 

Colas

Èt ç' sèrè co pus târd qui l' meûs âs saze djûdis,

Qu' è cisse mâdèye mohone, on m' veûrè co riveni.

(Delchef. Li galant dè l' sièrvante. II. sc. lre. 1858)

 

FRANÇWÈS  Qwand nos marians-gne ?

MAYON  L' samin.ne âs treûs djûdis.

(DEMOULIN. Dji vou, dji n' pou. I, sc. 8. 1858)

 

BAÎTA

Po v's-in.mer, èle ratind 1' samin.ne âs treûs djûdis,

Li djoû qu' lès tchèts s' lèyet magnî pa lès soris.

(Th. Collette. Ine vindjince. II, sc. 6. 1878)

 

NAMUR  Avou lès lètes di consèy, nos-aurans nosse distribucion d' aîwe à l' samwin.ne aus très djudis

(Mârmite, gazète. 1890)

 

VERVIERS 

Li djustice èst bin trop londjin.ne,

Lès-eûres, por lèye, sont dès samin.nes,

Èt dès samin.nes aus treûs djûdis.

(POULET. Li péssonî. 1860)

 

VARIANTE   On l' frè à l' Sint-Seûhi, qwand on tond lès vaîs.

 

Rouchi   J' té l' promèt pou l' jour Sint-Soyon, quand on tondra lès viaus.

(HÉCART. Dict.)

orig. V. Quitard. Dict., p. 479.

 

Ces proverbes ont rapport à une chose qui n'arrivera jamais ; à Nivelles, il y a un proverbe analogue pour une chose qui n'a jamais eu lieu, c'est : L' an mil huit cents toubak, l' anéye qu' il a tant tcheû dès pipes.

 

2755

pwin

Long come one samwin.ne sins pwin.  (namur)

 

litt. Long comme une semaine sans pain.

Excessivement long.

Le temps paraît très long à celui qui jeûne.

Fort long, fort ennuyeux. (a.cad)

Pr. fr. — Long comme un jour sans pain.

 

variante   Ci sièrmon-à è-st-ossi long qu' on djoû sins pan.

(FORIR. Dict.)

 

VAR. JODOIGNE  Long come one samin.ne sins fièsse.

 

NIVELLES   Li Rwè

Dèspu qu' èlle è-st-invoye, èl temps m' chène pus long qu'e èe sèmin.ne sans pin.

(WlLLAME. Èl roûse dè Sinte-Èrnèle. III, sc. 1. 1889)

 

Comparaison catalane roussillonnaise :

L'Iarch com un dia sensé pa.

(Revue des langues romanes. 18(...)1)

 

2756

simèle

SEMELLE

I mouyereut sès s'mèles, po-z-èpwèrter vos cindes.

 

litt. Il mouillerait ses semelles, pour emporter vos cendres. Il est avide à l'excès ; c'est un grippe-sous.

 

2757

simince

SEMENCE

Dimorer à s' mince.

 

litt.  Rester, demeurer à semence.

Rester sans occasion de se marier; coiffer sainte-Catherine (s'applique aux filles).

 

NAMUR  Tènoz, si dji v'l'eûve do mau à one bauchèle, djè lî' sowaîtereûve di d'morer à s'mince.

(La Marmite, gazète. 1890)

 

NAMUR  Po ç' côp-là, djè l' veu, i m' faut d'mèrer à s'mince come one vîye pèruke.

(J. Colson. Plinte d' on vî djon.ne ome à mârier. Ch. 1862)

 

var. MONS  Èle dèmeûre avè s' froumadje.

 

2758

sèmer

SEMER

L' ci qui sème rascôye.

 

litt. Celui qui sème recueille.

Il faut travailler pour avoir droit à un salaire, à une récompense. (LlTTRÉ)

Pr. fr. — Il faut semer pour recueillir.

Car cil rekeut qui plus semme.

(Roman de Mahomet. XIIIe siècle)

 

Li spot dit : l' ci qui sème rascôye,

Nouk pus' qui lu n' l' a mây èployî,

Ca c' èst tot sèmant qu' l' è-st-èvôye,

Maîs sins-avu rin rascoyî.

(SALME. Li vise di m' pére. Ch. 186 )

 

var. MONS  On-a l' grin qu' on sème.

On est récompensé selon ses œuvres.

 

2759 

sins

SENS

Èl bon sins l' veut, dit Camu. (mons)

 

litt. Le bon sens le veut, dit Camu.

Camu, particulier habitant de Mons, il y a plusieurs années, qui avait coutume de ratifier une chose en disant : Èl bon sins l' veut. De là est venu le dicton usité à Mons.

(LETELLIER. Arm. dé Mont. Vocab. 1867)

 

 

08:53 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.