24/04/2017

Spots (Dejardin) : sûte: 2930-2939

2930

tièsse

Fé pèter l' makète d' ine saquî.

 

litt. Faire résonner la tête de quelqu'un.

Rosser quelqu'un d'importance.

 

On dit aussi :

Fé pèter l' gueûye...

litt. Faire résonner la gueule.

 

On voléve vèy Crèspin moussî à récolète,

Èt lès pus fwèrsôlés lî fit pèter s' makète.

(REMOUCHAMPS. Li savetî. Acte 2, sc 6)

 

2931

tièsse

Qwand on n' a nin dè l' tièsse, i fât avu dès djambes.

 

litt. Quand on n'a pas de la tête, il faut avoir des jambes.

Se dit à une personne qui, ayant oublié une commission dont elle était chargée, se voit dans la nécessité de recommencer sa course.

Pr. fr. — Quand on n'a pas bonne tête, il faut avoir bonnes jambes.

 

2932

tiète

Ch' èst in.ne tiète deu mouke. (tournai)

 

litt. C'est une tête de mouche.

C'est un petit esprit, une petite tête sans imagination, sans intelligence.

 

2933

tiète

Casser l' tiète à Carême. (tournai)

 

litt. Casser la tête au Carême.

Faire, le jour de Pâques, un déjeûner gras.

 

2934

tièsse

Il a Hèrméye è l' tièsse.

 

litt. Il a Hermée en tête.

Il s'obstine à aller à Hermée. — Il a une idée fixe ; il ne veut écouter aucun conseil.

Hermée: village près de Herstal.

 

2935

tièsse

Grosse tièsse èt rin d'vins.

 

litt. Grosse tête et rien dedans.

La grosseur de la tête n'augmente pas la capacité de l'esprit.

(ACAD.)

Pr. fr. — Grosse tête et peu de sens.

quantum caput ! cerebrum non habet. (phèdre)

Belle tête, dit-il, mais de cervelle point.

(LAFONTAINE)

Prov. contr. En petite tête gît grand sens. (V. quitard. Dict., p. 667)

 

NAMUR  Grosse tièsse, wêre di malice.

 

CHARLEROI

Come èç'ti-làl qui waîtèt su in pont

Èl tièsse d' in rwè, in-n-ârzîye di France ou du Japon

 'Ne bèle tièsse, di-st-i maîs d' cèrvèle i n' d-a pont.

(BERNUS. Li r'naud èyèt l' tièsse di rwè in-n-ârzîye. Fauve. 1873)

 

TOURNAI In.ne grosse tiète et ryin d' dins.    .

 

LILLE  Grosse tête, pau de sins.

(VERMESSE. Voc. 1861)

 

2936 

tièsse

Tièsse di feume, tièsse di pouye. (namur)

 

litt. Tête de femme, tête de poule.

Tête légère, sans esprit de suite. 

 

2937

tièsse

Parole à m' cou, m' tièsse èst malade.

 

litt. Parle à mon cul, ma tête est malade.

Je ne veux pas vous répondre, je vous tourne le dos. — Fin de non recevoir.

Pr. fr. — Baisez-moi au cul, la bouche est malade

(ONDIN. Curiositez françaises. 640)

 

CHARLEROI   BÈRAN

È bin ! mossieû, on vèt bin qu' vos n' èstèz nén acoustumè d' pârler à dès visâdjes ; pâle à m' cu ètou, m' tièsse èst malade.

(BERNUS. L' malade Sint-Tîbaut. III, sc. 4. 1876)

 

2938

tièsse

Tièsse di sot n' blankih mây.

 

litt. Tête de fou ne blanchit jamais.

Se dit soit parce que la folie abrège communément les jours, soit parce que les fous ne sont point sujets aux chagrins et aux tristes prévoyances qui font blanchir les cheveux avant le temps. (ACAD.)

Pr. fr. — Tête de fou ne blanchit (ne grisonne) jamais.

 

A ce proverbe on répond :

Maîs lès-âgnes vinèt â monde tot tchènous (mais les ânes naissent tout gris).

Cité par FORIR. Dict.

 

JODOIGNE Tièsse dë fon n' grësone jamaîs.

 

2939 

tièsse

Il a l' tièsse avâ lès qwâres.

 

litt. Il a la tête parmi les mottes de terre.

Il marche ou plutôt son esprit marche à l'aventure ; il ne sait ce qu' il fait, ni où il va. Cité par FORIR. Dict.

 

HIGNÂR

Hîr, qu' il èsteût avâ lès qwâres

D' avu aou trop d' apétit,

I coûrt adlé l' apoticâre.

(DE HARLEZ. Lès-hypocondes. I, sc. 3. 1788)

 

Mi tièsse èst tote avâ lès qwâres

Qwand dj' sondje seûlemint à Dom Bèrnârd.

(THYMUS. Paskèye faîte po l' jubilé d' Dom Bèrnârd-Godin, 1764)

 

Ô ! qui n' pou-dje fé s' pam'jérike !

Maîs dj' a 'ne si pôve rétorike

Qui ç' sèreût ine hardiyèsse di m' pârt ;

Li djôye mi boute li tièsse avâ lès qwâres.

(Coplèt tchantés â pére Françwès Morau, mèneû, po s' jubilé. 1787)

 

I n' vêrè nin, il èst trop târd ;

Po passer m' timps, dji tricoterè.

Bon, djus d' mès fiérs, lès ponts toumèt :

Dj' a l' tièsse si fwèrt avâ lès qwâres.

Mon Diu, w' è-st-i ?

Èt poqwè n' è-st-i nin d'lé mi ?

(N. DEFRECHEUX. W' è-st-i ? 1863)

 

Li tièsse avâ les qwâres, i trossa sès hossaîs èt gripa vè l' fagne.

(MAGNÉE. Li crèn'kinî dè prince abé di Stâveleû, 1867)

 

 

08:52 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.