24/04/2017

Spots (Dejardin) : sûte: 2900-2929

2900

timps

I gn-a nou timps qui n' vinse èt nouk qui n' passe.

 

litt. Il n'y a pas de temps qui ne vienne et pas qui ne passe. Tout passe, tout se renouvelle. — On ne peut pas être et avoir été. — Heur et malheur n' ont qu'un temps.

 

Ciète, èlle eûrît l' timps long, maîs i gn-a nou timps qui n' vinse èt nouk qui n' si passe.

(MAGNEE. Baîtri. 1865)

 

VARIANTE Tot timps vint come tot timps passe.

 

2901

timps

I gn-a rin qui vasse pus vite qui l' timps.

 

litt. Il n'y a rien qui aille plus vite que le temps.

Les anciens représentaient le temps avec des ailes.

... Fugit irreparabile tempus. (virgile)

Le temps, cette image mobile

De l'immobile éternité,

(THOMAS. Ode sur le temps)

Cité par FORIR. Dict.

 

2902

timps

Li timps, c' èst d' l' ârdjint.

 

litt. Le temps c'est de l'argent.

Il ne faut pas perdre son temps.

Pr. fr. — Le terme vaut l'argent.

(ONDlN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par FORIR. Dict.

Cf. Time is money.

 

2903 

timps

I gn-a co dè timps d'vant qu' i fasse nut'.

 

litt. Il y a encore du temps avant qu' il fasse nuit.

Ne nous pressons pas. — Il n'y a pas péril en la demeure.

 

2904 

timps

I gn-a timps po tot.

 

litt. Il y a temps pour tout.

Pr. fr. — Il y a temps pour tout ; il y a temps de rire et temps de pleurer, temps de parler et temps de se taire. (ACAD.)

Cf. le chapitre I du livre de l'Ecclésiaste.

 

I gn-a on timps po rîre èt in-ôte po-z-ovrer.

(REMACLE. Dict. 1839)

 

BASSE-ALLEMAGNE Alles zu seiner Zeit.

 

2905

timps

I gn-a rin d' pus âhî à èdurer qui l' bê timps.

 

litt. Il n'y a rien de plus facile à supporter que le beau temps.

On s'habitue aisément au bonheur.

Cf. la maxime de la Rochefoucault : Nous avons tous assez de force pour supporter les maux d'autrui.

 

2906

timps

Touwer l' timps.

 

litt. Tuer le temps.

S'amuser à des riens, afin de passer le temps sans ennui.

(ACAD.) (..)

 

Avâ l' samin.ne dè l' fièsse, si dji ddjowe ine mantchète,

Ci sèrè d'vins lès djeûs qu' on n' discompte nin l' bèrwète,

À 'ne dimêye cense li bèye, à deûs censes â bourlâ,

Histwère dè touwer l' timps, sins s' fé ni bin ni mâ.

(thiry. Ine copène so l' marièdje. 1858)

 

Touwer l' timps,

C' èst l' divise dès mâlès djins.

(FORIR. Dict.)

 

BASSE-ALLEMAGNE Die Zeit töten.

 

2907

timps

Dè timps dè vî bon Diu.

 

litt. Du temps du vieux bon Dieu.

Il y a fort longtemps. — Se dit pour marquer des siècles éloignés, des siècles grossiers.

Pr. fr. - Du temps que la reine Berthe filait. — Du temps qu' on se mouchait sur la manche.

 

Ine fèye, dè timps passé, dè timps dè vî bon Diu,

On timps qu' èst bin rèvôye èt qui n' rivaîrè pus.

(BAILLEUX. Ine vèye fâve da m' grand-mére. 1844)

 

On racontéve ine fâve, dè timps dè vî bon Diu

Tant qu' à l' raîson, èle ni m' èst nin k'nohowe,

Qui l' léheû s' arindje come por lu

Vo-le-là tote nowe.

(DEHIN. Tribut èvoyî pa lès bièsses à Alègzande. Fâve. 1852)

 

Li tèyâte riprésinte on manèdje d' ovrî, meûbe dè timps dè vî bon Diu.

(Th. COUETTE. Ine vindjince. III. 1878)

 

NAMUR  

I faut pinser qui lès payins du timps do vî bon Diè qu' ont inventé l' cracolojîye, èstin.ne dès stornés.

(Li métolojîye. La marmite, 1884)

 

BASSE-ALLEMAGNE Der alle gute Gott lebt noch.

(Paroles de consolation)

 

2908

timps

Ôte timps, ôte manîre.

 

litt. Autre temps, autre manière.

Il faut être de son siècle.

Pr. fr. — Autre temps, autres mœurs.

 

I n' èst nin todi sèdje,

Dè sûre lès vîs ûsèdjes

Qui l' timps a forcrèhou...

(SlMONON. Li côparèye. 1822)

 

M. le colonel Migheels, dans les Novaîs ûsèdjes, a développé heureusement ce thème.

Un seul couplet :

Lès médecins ènn' alît à pîd

Vèy leûs malâdes à p'tite pwèsaye ;

Ddji n' sé nin s' is lès traitèt mî,

Tot fant è vwèture leû tournaye.

Hoûy, on moûrt tot come anciènemint,

Èt bin pus, qwand l' colèra flahe ;

Maîs si vos 'nn' alez londdjin.nemint,

Ci sèrè sûr avou 'ne vûde tahe.

 

Cf. aussi Grand-mére à l' vihène (de M. A. Hock)

 

BASSE-ALLEMAGNE  Andere Zeiten, andere Sitten.

 

2909

timps

Li timps pièrdou ni s' ritroûve mây.

 

litt. Le temps perdu ne se retrouve pas.

Il faut saisir l'occasion quand elle se présente.

Pr. fr. — Le temps perdu ne se répare point, ne se recouvre point. (..)

Fugit irreparabile tempus.

(Virgile. Enéide III)

Cité par FORIR. Dict.

 

NAMUR   Ni brèyoz nin come ça, mèmére,

Li timps pièrdu ni r'vêrè nin.

(WÉROTTE. Choix de chansons wallonnes. 1860)

 

NAMUR  Li timps pièrdu ni si r'trouve nin.

L' ocâsion mankéye ni si r'trouve nin.

 

VERVIERS   So l' ovrèdje, nu fez nole bauye,

Tirnps pièrdou nu s' rutrouve mauy.

 

VAR. VERVIERS    Racoyîz quand l' timps èst bon

Rin n' passe pus reûd qu' ocâsion.

(RENIER. Spots rimés. 1871)

 

NIVELLES Èl temps passé, ç' astout ayêr.

 

JODOIGNE  L' timps passé èst iëte.

 

2910

timps

I fât prinde li timps come i vint.

 

litt. Il faut prendre le temps comme il vient.

Il faut ne s'inkiéster de rien et s'accommoder à tous les événements. (ACAD.)

Pr. fr. — Prendre temps comme il vient. — A la guerre comme à la guerre.

Cité par forir. Dict.

 

Li bordjeû di ç' pays champète

Vikéve sins sogne, foumant s' pîpète,

Èt, prindant l' timps tot come i vint,

Ni sondjîve nin â lèd'dimin.

(HANSON. Li Hinriâde travèstèye. Ch. VIII. 1780)

 

Li boneûr, mès-amis, po nos-ôtes,

C' èst dè prinde li timps come i vint.

(Li sans souci lîdjwès. Ch. 1887)

 

Nos-ôtes, fans come Lamote, qu' è-st-on vî râvelaî d' ttchin,

Èt portant filosofe, prindant l' timps come i vint.

(THIRY. Lès saîsons. Poème. 186(..))

 

MARÈYE

Sés-se bin qwè, console-tu ; ni t' faîs nin dès  mâs d' tièsse ;

On prind l' timps come i vint ; qui l' bon Diu faîsse li rèsse.

(DELARGE. Scène populaire. 1874)

 

VERVIERS

Qu'  i nîve, qu' i djale come po pîre fmde,

Prindans todi l' timps come i vint.

(PIRE. Vo-r'-ci l' îvièr. Ch. 1874)

 

NIVELLES Maîs i n' a rîn à dîre, i faut bén prinde èl timps come i vînt.

 

MONS

Ba, nos prindrons l' timps come i vèra.

Buvons co toudi in p'tit surdje in-atindant.

(letellier. Ârmonake dé Mont. 1859)

 

BORINAGE  In chavetier n' a nié in long bout d' kèmin à fé pou ète pus eûreûs qu' in rwa : i n' a fok à prinde l' temps come i vièt, lès ddjoûs come is sont.

(Armonak du Borinâje in patwas borin. 1849)

 

BASSE-ALLEMAGNE  Man muss die Zeit nehmen, wie sie ist.

 

2911

timps

I fât prinde li timps come i vint, lès ddjins po çou qu' is sont èt l' ârddjint po çou qu' i vât.

 

litt. Il faut prendre le temps comme il vient, les gens pour ce qu' ils sont et l'argent pour ce qu' il vaut.

Il ne faut pas attribuer aux événements, aux personnes et à l'argent plus d'importance qu' ils n'en ont.

 

VAR. VERVIERS NÈLE

Faut prinde li monde tél qu' il èst, maîs n' djudjant so dèguin.ne,

Èle dîrè todi bin l' cisse qui rîrè l' dièrin.ne.

(RENIER. Li mohone à deû faces. Sc. lre. 1873)

 

MONSI faut prinde è temps come i vièt et lès ddjins come is sont, qu' on dit co.

(LETELLIER. Armonake dé Mont. 1874)

 

TOURNAI Printe l' temps come i vyint, lès djins come is seont et l' ârddjint pou ç' qu' i vaut.

 

2912

timps

Timps coviért,

Diâle è l' aîr.

 

litt. Temps couvert, / Diable en l'air.

Pronostic de mauvais temps.

 

2913

timps

Il a stu pwèrter s' timps.

 

litt. Il a été porter son temps.

C'est une chose bien faite, complète, à laquelle on a consacré le temps nécessaire pour la parfaire.

 

2914

timps

I veûrè l' timps deûs côps. (jodoigne)

 

litt. Il verra le temps deux fois.

Il est maintenant dans l'aisance, mais cela ne durera pas. Se dit ordinairement d'un homme peu économe, prodigue.

 

2915

timps

I faut ottant d' timps po batëser on pwartchî qui por on prince.                                                              (JODOIGNE)

 

litt. Il faut autant de temps pour baptiser un porcher que pour un prince.

La condition, le rang de la personne ne changent rien à l'effet produit.

 

2916 

tricwèse

TENAILLE

Èsse è l' tricwèse.

 

litt. Etre dans les tenailles.

Etre à la gêne, dans l'embarras, être à bout de ressources. — Etre serré comme dans un étau.

 

Volà déjà longtimps qui v's-èstez è l' tricwèse.

(thiry. Ine cope di grandiveûs. 1839)

 

Èle tûsa èt ratûsa po qwèri on bocâ por wice qu' èle si polahe win.ner foû dè l' tricwèse.

(MAGNEE. Baîtri. 1865)

 

2917

tini

TENIR.

On tins vât mî qu' deûs ti l' ârès.

 

litt. Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras.

La possession d'un bien présent, quelque modique qu' il soit, vaut mieux que l'espérance d'un plus grand bien à venir, qui est incertain. (ACAD.)

Pr. fr. — Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras.

Cf. Loysel. Inst., n° 661.

Le moineau dans la main vaut mieux que celui qui vole.

Un tiens vaut, ce dit-on, mieux que deux tu l'auras, L'un est sur, l'autre ne l'est pas.

(La Fontaine. Fable. V. 3)

Cité par FORIR. Dict.

 

VAR. VERVIERS

I vaut mî rin qu' onk à fé,

Qu' traze qu' on promèt' du k'mander.

(RENIER. Spots rimés. 1871)

 

VARIANTE

 Prind çoula hoûy, vât mi qui t' ènn' ârès deûs d'min,

Onk èst sûr èt l' ôte ni l' èst nin!

(BAILLEUX. Li p'tit pèhon èt l' pèheû. Fâve. 1856)

 

JODOIGNE I vaut mia tinre que d' l' oyë bon.

 

VAR. MONS

T' îras danser tantôt dins no payèle,

Parqué mi, n' èst pas, p'tit pichon,

J' aîme mieu l' avwar, què d' l' avwar bon.

(LETELLIER. Èl pètit pichon yèt l' pèkeû. Fauve. 1853)

 

BASSE-ALLEMAGNE  Haben ist besser als hoffen.

 

2918

tini

I vât mî t'ni qui d' cori.

 

litt. Il vaut mieux tenir que courir.

Il vaut mieux posséder une chose que la chercher.

Altération du proverbe : « Il vaut mieux tenir que quérir; » c'est-à-dire la possession actuelle d'une chose vaut mieux que la peine d'aller chercher. (LITTRE)

 

2919

tinter

TENTER

On n' èst jamaîs tinté pës qu' sès fwaces. (JODOIGNE)

 

litt. On n'est jamais tenté (pour) plus que ses forces. L'homme peut toujours surmonter la tentation.  S'emploie souvent ironiquement.

 

LUI  Të m' choneûve së bèle, èt dj' t' aveus là, d' costé; dîre qui dj' n' a wasë ! quë dj' aî stî bièsse, èt portant të m' tinteûve!

elle (riant) On n' èst jamaîs tinté pës qu' sès fwaces.

(E. Etienne)

On n'ose succomber à la tentation lorsqu' on craint de ne pas réussir.

 

2920

têre

TERRE

I n' laît rin toumer à l' têre.

 

litt. Il ne laisse rien tomber à terre.

Il ne perd rien, il fait attention aux plus petites choses. — Il ne dédaigne rien.

 

VARIANTE  I n' fât rin lèyî toumer à l' têre.

litt. Il ne faut rien laisser tomber à terre.

Il ne faut rien perdre.

 

BASSE-ALLEMAGNE  Nichts umkommen lassen.

 

2921 

têre

Quî s' prind à l' têre si prind à s' maîsse.

 

litt. Celui qui s'en prend à la terre, s'en prend à son maître. Remuer la terre est un rude travail.

In sudore vultus lui vescens pane...

(Genèse. Ch. III, v. 19)

 

2922

têre

C' èst têre èt wale.

 

litt. C'est tranchée et remblai.

C'est vallée et montagne; c'est-à-dire ce que je perds d'un côté, je le regagne de l'autre. — Il y a compensation.

 

VARIANTE  Fé têre èt wale.

Vivre au jour le jour, ne perdre ni gagner, joindre les deux bouts.  (FORIR. Dict.)

 

2923

têre

I faut todë lèyî l' têre po l' sint. (JODOIGNE)

 

litt. Il faut toujours laisser la terre pour le saint.

Il ne faut pas s'occuper de ce qui ne nous regarde pas. — Ne pas vouloir se compromettre en manifestant son opinion, être discret, ne pas prendre d'engagement.

 

JODOIGNE

Là (au vëladje) lès djins dëjenèt, djo veûrè ç' quë dj' a-st-à fé... comptez sër më, mins n' dëjoz ré... Is laîyenèt l' têre po l' sint, mins sont po leûs zèls.

(Ed. ETIENNE. On pîd dins lë strévîre. III, sc. 5. 1890)

 

VARIANTE Il èst mwârt; il a lèyî l' têre po lès sins.

Mourir intestat. Laisser la terre pour les siens.

 

2924 

tére

Il a sogne qui l' tére lî mâke.

 

litt. Il a peur que la terre ne lui manque.

Se dit d'un homme avare et timide qui craint toujours que le nécessaire ne vienne à lui manquer. (LITTRE)

Pr. fr. — Il a peur que la terre ne lui manque.

Il a peur que terre lui faille.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

2925

tère

Tère du pire,

Tère du grin ;

Tère du ronche

Tère du strin;

Tère du fètchîre

Tère du rin. (mont-le-ban)

 

litt.  Terre de pierre, / Terre de grain ; / Terre de ronce, / Terre de paille ; / Terre de fougère, / Terre de rien.

Les terrains pierreux donnent beaucoup de grain.

Les terres où viennent les ronces donnent beaucoup de paille. Celles où croissent les fougères ne donnent ni grain, ni paille.

(Em. Tandel,  Les communes luxembourgeoises. T. IV. 1891)

 

2926

tièsse

TÊTE

Qwand il a 'ne saqwè è l' tièsse, i n' l' a nin è cou.

 

litt. Quand il a une chose en tête, il ne l'a pas au cul.

Se dit des personnes opiniâtres, qu'aucune considération ne peut faire céder.

Cf. le proverbe espagnol : Donnez un clou à l'Aragonais, il l'enfoncera avec sa tête ! Cité par FORIR. Dict.

 

BIÈTEMÉ  C' èst qui, qwand li p'tit Biètemé à 'ne idèye o l' tièsse, i n' l' a nin ôte pât.

(WILLEM et BAUWENS. Pètchî ratcheté. Sc. 9. 1882)

 

JOSEPH

D'abord vos savez, qwand vosse mononke  Joseph a 'ne idèye è l' tièsse, i n' I' a nin.....

PAUL (viîvemint)  Ôte pât.

(DD. SALME. Mononke Josèf. Sc. 18.1884)

 

2927 

tièsse

On n' a qu' fé d' on tchapê qwand on n' a nole tièsse.

 

litt. On n'a que faire d'un chapeau quand on n'a pas de tête.

On ne recherche pas les choses dont on ne saurait faire usage.

Mais le moindre grain de mil

Ferait bien mieux mon affaire.

(Lafontaine. Le coq et la perle)

 

VAR. MARCHE Quî n' a pont d' tièsse n' a qu' fé d' bonèt.

 

2928

tièsse

I n' a nin co l' tièsse foû dè strin.

 

litt. Il n'a pas encore la tête hors de la paille.

Il est encore embarrassé, il n'est pas tiré d'affaire (dépêtré).

 

Baîtrî n' aveût nin co l' tièsse foû dè strin avou l' rintrêye di si-ome.

(MAGNÉE. Baîtrî. 1868)

 

BABÈTE  Avou ça, sèriz-ve sûr d' avu l' tièsse foû dè strin ?

(REMOUCHAMPS. Lès-amoûrs da Djèra. I, sc. lre. 1875)

 

VAR. TINTIGNY  I n' èst me au chu d' sès rouyes,

Il n'est pas au bout de ses raies.

(Em. Tandel. Les communes luxembourgeoises. T. III. 1890)

 

2929

tièsse

C' èst deûs tièsses dizos l' min.me bonèt.

 

litt. Ce sont deux têtes dessous le même bonnet.

Se dit de deux personnes extrêmement unies d'amitié ou d'intérêt. (ACAD.)

Pr. fr. — Ce sont deux têtes dans le même bonnet.

Ce sont deux frères siamois ; qui est bien avec l'un est bien avec l'autre.

Cité par FORIR. Dict.

 

C' è-st-oûy on ddjoû d' fièsse à Bièrsèt,

Tot-avâ l' viyèdje, on-z-ôt braîre :

Vîve li novaî maîre èt l'préfèt,

C' èst deûs tièsses dizos l' min.me bonèt,

Is-ont tot çou qu' i fât po plaîre.

(Paskèye po l' récèpsion dè M. De Goer di Bièrsèt è s' qualité d' maîre, 1806)

 

VERVIERS

Dji vou min.me lûre è s' bâne

Deûs tièsses èn-on seûl bonèt,

Qui fèt d' leû nez, d' leû crâne,

Deûs pièles, deûs vraîs grusês.

(RENIER. Chanson, banquet de 1867)

 

NAMUR  C' èst deûs tièsses dins on bonèt.

 

VAR. TOURNAI  Ch' èst l' curé èt s' mèkène.

 

SAINT-QUENTIN  Ch' Gosseu et pis sin bourike, cha n' fwét qu' ène tiète d'sous l' meume bonèt.

(GOSSEU. Lettres picardes.1840)

 

BASSE-ALLEMAGNE  Es ist schwer zwei Köpfe unter einen Hut zu bringen.

 

 

09:12 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.