24/04/2017

Spots (Dejardin) : sûte: 2880-2899

2880

taîre

TAIRE

Vât mî s' taîre qui d' mâ djâser.

 

litt. Mieux vaut se taire que mal parler.

Un grand parleur s'attire souvent de méchantes affaires.

(ACAD.)

Pr. fr. — Trop gratter cuit, trop parler nuit.

In multiloquio non décrit peccatum.

(Prov. de Salomon. CX. V. 19)

 

Os unum, natura duas formavit et aures,

Ut plus audiret quàm loqueretur homo.

 

Prov. provençal. Vau ma calar que foual parlar.

(Revue des langues romanes. 1881)

 

Prov. espagnol : El poco hablar es oro, y el mucho es lodo.

 

Prov. italien : Chi parla semina, et chitace raccoglie.

V. Quitard. Dict., p. 582.

 

Prov. arabe : Le silence est d'or et la parole est d'argent.

Meur vaut bon teisir ke trop parler.

(Proverbe ciel vilain. XlVe siècle)

 

VAR. MARCHE

Qwand on t' faît toûrnè à borike,

L' motus' sovint vât mî qu' li r'plike.

(ALEXANDRE. P'tit corti. 1860)

 

NAMUR  I s' vaut mia taîre qui d' mau causer.

 

MONS Djè n' su nié fôrt malin ;

Dj' su co trop jeune et dj' èrtié ça dé m' pére

Qu' in blanc-bèk faît co mieu dè s' taîre què d' mau parler.

(LETELLIER. Èl l' leûp éyét l' quévau. Fauve. Armonak dé Mont. 1848)

 

FRAMERIES I vont mû s' taîre què d' mau paurler.

 

2881

talon

TALON

Dj' aîme mî sès talons qu' sès bètchètes.

 

litt. J'aime mieux ses talons que les pointes (de ses souliers). J'aime mieux le voir partir que le voir arriver. — Ses visites m'obsèdent.

Pr. flamand. Welkom :  wan vertrekt gy ? (Soyez le bien venu: Quand partez-vous ?)

Il est gentil, votre enfant :  à quelle heure est-ce qu' on le couche ?

J'aime mieux voir vos talons que votre nez.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

Maîs Olivî, qu' aveût p'chî vèy sès talons qu' sès bètchètes, lî présinta ine pèce di doze sous.

(MAGNEE. Baîtrî. 1865)

 

AILY 

Coûr èvôye, laîd potince ; à chake fèye qui t' vins,

I m' arive on displit, ou bin quéke laîd mèhin ;

Dj' in.me mî vèy tès talons qui dè vèy tès bètchètes.

(TOUSSAINT. Lambèrt li fwèrsôlé. II, Sc. 1re. 1871)

 

Èt, si vos 'nnè djâsîz âs ddjins wice qu' is s' vont mète,

On v' dîrè qu' on-z-in.me mî leûs talons qu' leûs bètchètes.

(DELARGE. Ine copène conte lès pèketeûs. 1873)

 

MARCHE

Èt mutwa d'min, l' cèle qui to hantes,

Aîmerè mî tès talons qu' tès plantes.

(ALEXANDRE. P'tit corti. 1860)

 

VAR. JODOIGNE  Vaut mia qu' l' èvouye quë lès blés.

 

NIVELLES 

Cès-afaîres-là pour mi, dj' oûse èl dîre, c' èst lès mwindes

Mins tant qu' ça dure, dj' aî mieu vîr vos talons qu' vos pwintes.

(RENARD. Lès-avent. dè Djan d' Nivèle. Ch. VI, 3e éd. 1890)

 

MONS Bî v'nu ; quand râliez ?

 

MONS I n' foulwat nié d' lunètes pou vîr qu' èle aîmiont mieu nos talons qu' nos pwintes.

(LETELLIER. Arm. dé Mont. 1850)

 

TOURNAI  On-aîme mieu vîr sès talons qu' sès pwintes.

 

VALENCIENNES J' aime mieu sès talons qu' sès pwintes.

(HÉCART. Dict.)

 

SAINT-QUENTIN  Mais quand qu' in n' a pau l' sous chés djins, ils-ont pu kier vos talons qu' vos pwintes.

(GOSSEU. Lettres picardes. 1840)

 

BASSE-ALLEMAGNE Ich sehe lieber die (/ seine) Hacken als die (/ seine) Zehe.

 

2882

tabeûr

TAMBOUR

Pârti sins tabeûr ni trompète.

 

litt. Partir sans tambour ni trompette.

Partir à la dérobée. — Déloger, se retirer secrètement sans faire de bruit. Se dit surtout d'un homme qui part ainsi, pour ne pas payer ce qu' il doit, ou pour fuir un danger. (ACAD.)

Pr. fr. — Partir sans tambour ni trompette. — Déloger sans trompette.

Holà ! Madame la belette,

Que l'on déloge sans trompette !

(LAFONTAINE)

 

Bêcôp sins tabeûr ni trompète,

Prindît vite li poûre d' èscampète.

(HANSON. Li Hinriâde travèstèye. Ch. II. 1780)

 

Li priyèstrèye divint mouwale,

Èt dès saze l' infernâle cabale,

Sins labeûr èt sins trompète fût,

Tot come on laron qu' on porsût.

(HANSOK. Li Hinriâde travèstèye, Ch. X. 1780)

 

Çoula kinohou d' l' alouwète

Èle di-st-à sès-èfants ;

Habèye, il èst timps, dilodjans

Sins labeûr ni trompète.

(DEHIN. L' alouwète èt sès djon.nes èt l' maîsse dè tchamp. Fâve. 1852)

 

Jamây sins labeur ni trompète,

Quéke pârt li musicyin n' irè ;

Èt çou qu' in.mét li mî qu' on rèpète

C' èst lès toùrnêyes â cabarèt.

(WlLLEM. En musike. Ch. 1880)

 

DINANT  SUSIN

Mins, en-atindant, è catchète,

Ni sèreut-ce nin on pô nayif,

Si, sins tambour ni trompète,

Ddji m' sipaurgnereûve on côp d' canif.

(On drole di mwin.nadje. Sc. 6. 1872)

 

NIVELLES

 ! djè l' avè, l' courâje !

Èl cin, bin-intindu,

Sans tambour ni trompète, à rademint m' incouru.

(RENARD. Lès-avent. dè Djan d' Nivèle. Ch. II, 3e éd. 1890)

 

2883

tambour

L' cyin qu' a faît l' tambour n' a qu' à fé lès makèts.                                               (NIVELLES)

 

litt. Celui qui a fait le tambour n'a qu'à faire les baguettes.

C'est à celui qui a entrepris une chose qu' il appartient de la finir complètement ; c'est une obligation. — Celui qui a fait le principal doit faire les accessoires.

 

CHARLEROI

Gn-a nén d' si vî pêlon qui n' pout trouver s' couviète,

Èt l' cin qu' a faît l' tambour, dit-st-on, faît lès makètes.

(BERNUS. L'ètèremint dè l' liyon. Fauve. 1873)

 

2884

tambour

Miner tambour batant.

 

litt. Conduire tambour battant.

Remporter sur quelqu'un plusieurs avantages successifs; le malmener, le presser vivement; ne pas donner de relâche.

(LlTTRÉ)

Pr. fr. — Mener quelqu'un tambour battant.

Autre prov. : Partir tambour battant; à grand bruit, au vu et au su de tout le monde. Cité par FORIR. Dict.

 

Opôsans, à ç' peûpe arèdjî,

Ine nâcion qui pôye nos vindjî,

Qui, tambour batant, vis-èl mône,

L'afront qu' nos faît vât bin cisse pône.

(HANSON. Li Hinriâde travèstèye. Ch. I. 1780)

 

Èt nos 'nn' îrans tambour batant,

Li gâre comunâle èn-avant.

(Chanson liégeoise de 1830)

 

N' a-dju nin bin pârlé asteûre,

Qu' in-ôte qui mi 'nnè faîsse ottant,

Qu' on m' apwète li drapau d' oneûr,

Ddji sin qu' dj' èva tambour batant.

(Couplèts dédiés âs mânes dè sètimbe 1830. Vers 1880)

 

Li simpe sôdâr vôreut èsse pus qui s' maîsse

Po fé roter lès-ôtes tambour batant.

(BAUWENS. Ine bone gote di pèkèt. Ch. 1880)

 

VERVIERS  Lu TCH'VAU

Maîs nos-ôtes, nos n' sârins jamauy è dîre ottant,

O cocher, saîve ou sô, nos mène tambour batant.

(XHOFFER. Lès bièsses, I, sc. 8. 1858)

 

CHARLEROI  L' rèvoyî tambour batant. (..)

 

2885

tamis

TAMIS

Il a stu passé â fin tamis.

 

litt. Il a été passé au fin tamis.

On l'a passé par l'étamine. — On a épluché sa conduite, on a scruté toutes ses actions. On dit aussi :

II a stu r'passé â fin tamis.

 

I gn-a nin cial ni kik ni kak,

Djowez-ve dè pike, dji djowe dè make.

I fât tot passer po l' tamis

D'pôy lès pus grands djusqu'âs pus p'tits.

(Paskèye so lès séminarisses. 1735)

 

I n' a faît nole dificulté,

Dè dîire divins s' prumî rèplike

Qu' il a faît parète è publik

Qui lès docteûrs, po èsse admis,

Divint passer po l' fin tamis.

(DE RYCKMAN. Paskèye critike èt calotène so lès-afaîres dè l' médicène. 1732)

 

VAR. NAMUR Il a sti tamejî au tamis d' sôye.

 

MONS Nos n' arions nié ossu faîre s'n-éloje avant qu' i passe au fin tamis d' deûs, twas camarâdes qu' ont faît leûs preûves.

(LETELLIER. Armonake dé Mont. 1856)

 

2886

tapadje

TAPAGE

Èles minèt on tapadje come dès-aguèces qu' ont vèyou on r'nâd.

 

litt. Elles font un tapage comme des pies qui ont vu un renard.

Se dit des femmes qui causent ensemble avec beaucoup de volubilité.

 

2887

târd

TARD

Vât mî târd qui mây.

 

litt. Vaut mieux tard que jamais.

Il n'est jamais trop tard pour bien faire.

Pr. fr. — Il vaut mieux tard que jamais.

Mais il vaut mieux tard que jamais.

(MOLIÈRE. L'impromptu de Versailles)

Cité par FORIR. Dict.

 

Maîs vât mî târd qui mày, èt po v'ni on pô târd,

Is n' pièdront nin leû pârt.

(bailleux. Lès mimbes èt li stoumak. Fâve. 1852)

 

HINRI

Ddji so nâhî d' çoula, ,dji vou viker è pây,

Èt sûre li spot qui dit : i vât mî târd qui mây.

 

VARIANTE

Prindez on cristère

Po prudjî voste hérésèye ;

Di rik'mincî ine bone vèye

I n' èst mây trop târd

Di fûr li hasârd.

(Controverse entre un ministre protestant et un liégeois catholique.

Fin du XVIIe siècle. B* et D*. Choix de chansons)

 

VARIANTE Vât mî timpe qui târd.

(FORIR.  Dict.)

 

FRAMERIES   Mû vaut târd què jamins.

 

SAINT-QUENTIN  I veut mieu târd qu' pau du toute.

 

DOUAI Infin, i vaut min tard qu' pwint.

(DECHBISTE. Souvenirs d' un ome d' Douwaî. 1856)

 

BASSE-ALLEMAGNE Besser spät als gar nicht.

 

2888

taurd

Trop taurd à l' sope n' a jamaîs rin. (marche)

 

litt. (Celui qui arrive) trop tard à la soupe, n'a jamais rien. Celui qui retarde de faire une chose, la rate; il faut arriver à temps.

 

VAR. TINTIGNY  Il arè la lavète en pot.

 

2889

tâte

TARTINE

Ine bone crâsse tâte di boûre n' a mây sitron.né s' maîsse.

 

litt. Une bonne grasse tartine de beurre n'a jamais étranglé son maître.

Il ne faut pas dédaigner les aliments sains, quelque simples qu' ils soient. — Il faut rechercher avant, tout les qualités solides.

Cité par FORIR. Dict.

 

VAR. JODOIGNE On n' së stron.ne jamaîs en mindjant (/ en bèvant) craus.

 

2890 

tâte

Wârdez vos couyonâde,

Po magnî avou vosse tâte.

 

litt.   Gardez vos plaisanteries

Pour manger avec votre tartine.

Expression employée pour faire taire un mauvais plaisant.

 

TÂTÎ (djâsant dè gros lot) I fât qu' i n' âye onk qui l' âye.

BIÈTEMÉ Ci sèrè vos, sins fâte.

TÂTÎ. Wâde tès couyonâdes, vî, po magnî avou t' tâte.

(REMOUCHAMPS. Tâtî l' pèrikî, I, sc. 6. 1888)

 

MAYANE (bodjant s' fâs cou).

Vo-le-là disfaît, Tatène, wârdez vosse couyonâde,

Èle chèrvrè d' ramonasse, à dîh eûres, so vosse tâte.

(Ch. HANNAY. Lès-amoûrs da Mayane. Il, sc. 9. 1886)

 

2891 

tâte

C' è-st-on magneû d' tâtes âs-èfants.

 

litt. C'est un mangeur de tartines (qu' il enlève) aux enfants.

Il abuse de sa force, de son habileté; il s'en prend aux novices.

Un mangeur de petits enfants.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

TÂTÎ ... Ddji n' vou nin vis haper vos-aîdants,

On n' mi loumerè jamây magneû d' tâtes âs-èfants.

(REMOUCHAMPS. Tâti l' pèrikî. I, sc. 7. 1888)

 

VAR. TOURNAI Laîsser minjer s' pin su s'n-assiète.

 

2892

târtine

Chacun tire do bûre su s' târtine. (marche)

 

litt. Chacun attire du beurre sur sa tartine.

Chacun cherche ce qui lui est profitable, avantageux.

 

MARCHE DJÂKE

Pace qu' i sorît todi qwand vos baujez s' platine,

Ou qu' on lî deut pwartè do bûre su s' târtine.

(ALEXANDRE, Li pèchon d' avri. I, sc. 2. 1838)

 

JODOIGNE  Chakin satche lë pës qu' ë pout dè bûre së  s' tartëne.

 

2893

tasse

TASSE

Vos troûverez l' tasse hârdêye.

 

litt. Vous trouverez la tasse ébréchée.

Se dit lorsqu' on doit épouser une veuve.

 

2894

pinake

TAUDIS

Qué pinake, ène vake n' î r'conicherè nié s' viau.                                                      (MONS)

 

litt. Quel taudis, une vache n'y reconnaîtrait pas son veau ou le môme proverbe rimé.

 

Ç' 't in vraî pinake,

Ès' viau n' s'rwat nié r'couneu pa 'ne vake.

(SlGART. Dict. 1870)

 

C'est le comble du désordre, de la malpropreté, c'est une habitation misérable.

 

NIVELLES  Ène vatche nè r'trouveroût ni s' via.

 

2895

torê

TAUREAU

Èsse pé qui l' torê da l' dîme. (HERSTAL)

 

litt. Etre pis que le taureau de la dime.

Se dit d'un homme d'un tempérament très ardent.

« Il existait, au moyen âge, une grange de la dime : heûre dè l' dîme; c'était là que nos bons aïeux portaient la quote-part à l'église. La paroisse possédait aussi un taureau ; chaque particulier qui voulait y conduire sa vache devait donner le veau au curé de l'église de Notre-Dame de Herstal. » (DELARGE)

(Il existe encore à Herstal une partie de la grange de la dime, près de l'église Notre-Dame à la Licour, ou pour mieux dire à Licour (résidence du maire du palais Pépin de Hérstal).

 

2896

TEL

Té ti,

Té mi. (namur)

 

litt. Tel toi, / Tel moi.

Je serai tel pour toi que tu seras pour moi.

(H. CHAVEE. Français et wallon, parallèle linguistique. 1857)

 

2897

 

timpèsse

TEMPÊTE

I gn-a nou timpèsse qui n' vinse à pont.

 

litt. Il n'y a pas de temps si mauvais qui  ne vienne à point.

Ce qui fait du tort à l'un, profite à l'autre. — Toute chose, si désagréable qu'elle soit, a toujours un bon côté.

A malo bonum. Il n'est mal dont bien ne vienne.

(Gabr. Meurier. Trésor des sentences, 1568)

Cité par FORIR. Dict.

 

bazin

Prindez corèdje, il îrè mî, dj' èspère,

Gn-a nou timpèsse qui n' vinse quékefèye à pont ;

Titine èst djon.ne, èle rik'noherè sès twèrts

Ca 'le vis-in.me bin, po çoula dj' è rèspond.

(DEMOULIN. On pèhon d' avri. Sc. 4. 186(..))

 

I gn-a nou timpèsse qui n' vinse à pont, èdon ; dj' a todi vèyou qui d'vins lès manèdjes, après 'n-orèdje, on raveût l' baî timps.

(WILLEM et BAUWENS. Li galant da Fifine. Sc. 4. 1882)

 

2898

timps

TEMPS

Avou l' timps, on-z-a d' l' âdje.

 

litt. Avec le temps, on a de l'âge.

On devient raisonnable en vieillissant.— Le temps mûrit tout.

En vivant l'on devient vieux.

(Gabr. Meurier. Trésor des sentences. 1568)

 

S'emploie aussi comme réponse à : Nos-avans l' timps, pour dire qu' il ne faut pas attendre.

 

2899

timps

C' è-st-on timps d' fôre à Lîdje.

 

litt. C'est un temps de foire à Liège. Du mauvais temps. La foire de Liège a lieu le 2 novembre.

 

MONS In faît d' temps, l' fwâre dé Mont èn' d-a sovint qu' un, ç' 't-in temps d' kié; quand ç' n' èst nié dé l' pleuve, c' èst dé l' jèlée; quand ç' n' èst nié dé l' jèlée, c' èst dé l' nêje. Maîs l' pus souvint qu' on-a, c' èst dé l' soupe dé kié ; et c' èst si tèlemint vraî, què quand i pleut à Mont et au long du djoûr, au pruntemps ou bé à l' été, vos-intendez dîre : 'Là co du temps d' fwâre !' Force què lés Montwas sont habitoué à vîr du laîd sale temps pendant leû fwâre.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1861)

 

NIVELLES  C' è-st-in vraî temps d' fièsse à Nivèle.

La foire de Nivelles commence le dimanche qui suit la Saint-Michel (29 septembre).

 

 

10:26 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.