24/04/2017

Spots (Dejardin) : sûte: 2820-2839

2820

Vîsé

VISÉ

Tchawaîs d' Vîsé.

 

Bilokes di Souvré. (Faubourg de Visé)

 

Tchawaî : perdrigon violet, sorte de prune de la Catalogne.

Jadis, à une des fêtes de Visé, sans doute à la foire de Lorette, on y vendait une grande quantité de tchawaî, provenant de Visé et des environs; c'était un article spécial. On n'allait pas à la foire sans atchèter des tchawaî, comme maintenant les Liégeois ne pourraient venir à Visé en été, sans manger de l'oie.

Les tchawaîs eurent de la vogue et donnèrent leur nom aux vendeurs. On a dit les tchawaîs d' Vîsé, comme on dit quelquefois les oies de Visé en parlant des habitants de cette ville. Un jour, dans un moment de vivacité entre les Visétois et les Souvretois, ces derniers auraient traité les concitoyens de Tchawaîs; par voie de riposte, les Souvretois furent nommés Bilokes.

 

2821  

Auve

WAVRE

Lès pépéres d' Auve. 

Lès méméres d' Auve.

 

litt. Les papas de Wavre. Les mamans de Wavre.

Sobriquet donné par les habitants de Jodoigne, parce qu'à Wavre on dit : pépére et mémére, pour papa et maman.

Par contre, les Wavriens se moquent des Jodoignois qui disent mame, pour maman.

 

2822

Auve

WAVRE

Lès vijins

 

litt. Les voisins.

Manière de désigner les Wavriens par leur façon de dire dans leur dialecte le mot voisin. Ce terme n'est employé qu'à JODOIGNE

Dj' a stî dé lès vjins. =  Je suis allé à Wavre.

 

2823 

Viancout

WILLANCOUT

Lès loups d' Viancout.

 

« Les habitants de Willancourt ont reçu le nom de loups parce que, n'ayant que très peu de rapports avec l'extérieur, ils ont conservé des manières plus rudes, plus sauvages, en même temps que plus austères, qui tranchent sur celles des villages environnants, plus adoucies, plus dissolues par suite du commerce continuel, facilité avec l'étranger par des routes, des lignes ferrées qui n'existent pas chez nous, ou qui sont très rares. »

(M. François, instituteur communal à Willancourt)

 

2824

swè

SOIF

I n' wase bauyî d' peû d' awè swè. (NAMUR)

 

 litt. Il n'ose bâiller de peur d'avoir soif.

Se dit d'un homme très parcimonieux, d'un avare.

Pr. fr. — II n'ose cracher de peur d'avoir soif.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

MONS  Dj' in-aî bé coneu d' cès gars-là, qui dj' tiant tout pa lès portes et pa lés finètes, èyèt qu' asteûre, is n' ôsetèt né bayer peûr d' avwar swaf.

(MOUTRIEUX. Dès nouviaus contes dés kiés. 1850)

 

MONS  Dj' crwa bén ! là pourtant 'ne vièye bougrèsse qu' a s' pin cwît éyét s' bière boulîe, et ça n' ôse nié bayer peûr d' avwar swa.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1850)

 

NIVELLES  

Djè m' tènè su l' quî-vîve, èt dj' n' oûsè nîn, ma fwè,

Pou bauyî drouvru m' bouche, èt ça d' peû d' avwè swè.

(RENARD.  Lès-avent. dè Djan d' Nivèle. Ch. II, 3e éd. 1890)

 

2825 

swè

Faut nin ratinde d' awè swè po tirer l' aîwe do pus'.    (namur)

 

litt. Il ne faut pas attendre qu' on ait soif, pour tirer de l'eau du puits.

Il faut être prévoyant et ne pas attendre le dernier moment pour agir.

 

2826 

swè

Quand on-a bé swè, on bwèt è potia.  (JODOIGNE)

 

litt. Quand on a bien soif, on boit dans les flaques d'eau.

La nécessité fait faire souvent des choses désagréables ou pénibles.

 

MARCHE   Li trop grande seû faît beûre o l' basse.

 

2827

sôdâr

SOLDAT

On n' sâreût fé l' guêre sins touwer dès sôdârs.

 

litt. On ne saurait faire la guerre sans tuer des soldats. Vouloir une chose, c'est en accepter les conséquences.

 

2828

sôdâr

I gn-a dès vis sôdârs come dès vîs capucins.

 

LITT. Il y a de vieux soldats comme de vieux capucins.

Tous les soldats ne périssent pas à la guerre, il en est qui vieillissent sous les armes.

 

2829

sôdâr

On faît bin l' guêre à on sôdâr près.

 

litt. On fait bien la guerre à un soldat près.

L'absence d'une personne n'empêche pas, ne doit pas empêcher qu'une affaire ne se conclue, qu'une partie ne se fasse. (ACAD.)

Pr. fr. — Pour un moine, l'abbaye ne faut pas.

 

VARIANTE

Ç' n' èst nin fâte d' on sôdâr,

Qu' on laît dè monter l' gâre.

litt. Ce n'est pas faute d'un scldat qu' on laissera de monter la garde.

 

VAR. DINANT  Li blanc Douwârd ni vint nin avou nos, pôve valèt, dj' è so trisse, maîs nos n' è p'lans rin..... èt ci n' èst nin faute d' on sôdâr qu' on n' faît nin l' guêre.

(V. COLLARD. Li tinderîye à l' amourète. I, sc. 16. 1890)

 

2830

sôdâr

Sôdâr di Hêve, avou dès sporons d' coûke èt on pompon.

 

litt. Soldat de Herve, avec des éperons de pain d'épice et un pompon.

Pr. fr. — Soldat du pape. Soldat peu militaire.

 

VAR. JODOIGNE  Pôve sôdâr qui n' a ni s' fësik.

 

2831

sôdâr

Qwate à qwate èt l' rèsse en gros,

Come lès sôdârs di l' abé di Stâvelot.

 

litt. Quatre à quatre et le reste en gros,

Comme les soldats de l'abbé de Stavelot.

Vouloir faire plus qu' on ne peut. — Faire étalage du peu qu' on a. — Jeter de la poudre aux yeux.

hist. Il paraît que la garde du prince-abbé de Stavelot se composait, en tout et pour tout, de quatre hommes et d'un ... généralissime.

2832

solo

SOLEIL

Li solo lût po tot l' monde.

 

litt. Le soleil luit pour tout le monde.

Il est des avantages dont tout le monde a droit de jouir. (ACAD.)

Pr. fr. — Le soleil luit pour tout le monde.

Ev. St-Mathieu, ch. V, v. 45, V. Quitard. Dict., p. 650.

D'un globe étroit divisez mieux l'espace, Chacun de vous aura place au soleil.

(BÉRANGER. La sainte alliance des peuples)

Cité par FORIR. Dict.

 

VERVIERS Quu l' baî solo lûhe po tot l' monde

Èt fé crèhe so tot l' horizon.

(M. PIRE. Vo-r'-ci l' îviè. Ch. 1874)

 

MARCHE Qwèqui l' solaî lût po tortos,

Lès keûrs ni corèt nin après nos.

(ALEXANDRE. P'tit corti. 1860)

 

MONS

Ét qui c' èst qu' ôseurwat moufeter là-dèssus ?

Èst-ce què l' solèy n' lwît nié pou tout l' monde, in, chôse ?

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1850)

 

2833

solo

C' è-st-on martchand d' solo.

 

litt. C'est un marchand de soleil.

Disposer de tout, régler tout par son crédit, par son influence.

(ACAD.)

Pr. fr. — Faire la pluie et le beau temps.

 

2834

solo

I lût lès qwate solos.

 

litt. Il luit les quatre soleils.

Il fait un temps remarquablement beau; et ironiquement pour dire que c'est une chose extraordinaire, rare, une chose à noter.

 

I lût lès qwate solos qwand èle candje on drap d' min.

(THIRY. Ine copène so l' manèdje. 1888)

 

JILIS'  Il èst vraîy qui nos-riyans quékefèye di zèls (lès payisans) qwand nos lès vèyans d'vins lès rowes di Lîdje, avou on paraplu ossi gros qu' ine fahène dizos l' brès' èt l' pantalon trossî djusqu'â mitan dè mustaî, qwèqu' i lûse lès qwate solos.

(SALME. Lès rabrouhes. Sc. 1ère. 1882)

 

Qu' i ploûse, qu' i nîve, qu' i djale,

Ou qu' lûse lès qwate solos,

Avou l' corèdje dè diâle,

I pèherè mâgré tot.

(V. CARPENTIER. Li tchant dès pèheûs. Ch. 1890)

 

2835

solia

Quand l' solia va dôrmë avou one sandronète, c' èst sine dè plaîve. (jodoigne)

 

litt. Quand le soleil se couche avec une coiffe, c'est signe de pluie.

Observation faite depuis longtemps par les habitants de la campagne.

 

2836

laton

SON

Nu spaurgnî qui po l' laton. (MARCHE)

 

litt. N'épargner que pour le son.

N'épargner que des choses de peu de valeur, sans pouvoir faire un bénéfice.

 

MARCHE

Si t' n' as spaurgnè qui po l' laton,

Ti t' embourbrès djusqu'au minton.

(ALEXANDRE. P'tit corti. 1860)

 

2837

laton

Vinde mî s' laton qui s' fleûr.

 

litt. Vendre mieux son son que sa fleur (de farine).

Retirer plus de profit d'une affaire qui paraissait mauvaise que d'une opération sur laquelle on comptait.

 

Li pus mwinde, c' è-st-on gros signeûr,

Qui d'bite mî s' laton qui s' fleûr.

(Paskèye so les séminarisses. 1735)

 

Cf. Donner sa farine et vendre son son.

Se dit d'une femme qui fait plus la renchérie en sa vieillesse que quand elle était jeune.

(LEROUX. Dict. comique)

 

Si bien donc désormais que vous serez plus fine,

Et vendrez votre son mieux que votre farine.

(LEGRAND. Le roi de Cocagne. II, sc. 7)

Cité par FORIR. Dict.

 

Èlle a dè l' tchance, vosse soûr ; èlle a mî vindou s' laton qui s' fleûr.

(HOCK. Mœurs et coutumes. 1872)

 

MONS

Èle a bayé è s' fleûr pou rîn,

Et èle vind quier è s'-n-èrbule.

 

VAR. MONS 

Èle a bayè s' fouèr pou naîrié,

Èy èle vind bié quier è s' wayé.

(SlGART. Dict. 1870)

 

2838 

clabot

SONNETTE

Ci qui lî a pindou s' clabot, nu lî a nin hapé si-ârdjint.                                    (MALMEDY)

 

litt. Celui qui lui a pendu sa sonnette, ne lui a pas volé son argent.

Se dit d'une personne qui parle constamment.

 

NIVELLES Èl cyin qu'a pindu s' langue a bî gangnî sès cînk sous.

 

2839

macrale

SORCIÈRE

Èle ravisse lès macrales, qwand on lî vout dè bin, èle vout dè mâ.

 

litt. Elle ressemble aux sorcières, quand on lui veut du bien, elle veut du mal.

Elle rend le mal pour le bien ; c'est un caractère difficile et insociable.

 

 

10:56 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.