19/01/2017

Spots (Dejardin) : sûte: 2980-2989

2980

trèbuker

Quand on s' trèbuke trop sovint,

On tchaît l' nez dins l' côrin. (namur)

 

litt.   Quand on trébuche trop souvent,

On tombe le nez dans la bouse.

Il faut veiller à soi, il ne faut pas s'exposer à commettre de nouveau une faute que l'on a déjà commise.

 

2981

bouter

I n' boute quë quand n-a l' quèwe dë ramon à së spale.                                           (Jodoigne)

 

litt. Il ne travaille que quand il a la queue du balai aux épaules.

C'est un paresseux qui ne travaille que quand il le faut et par suite des menaces ou des mauvais traitements qu'il reçoit.

 

2982

trèbouhî

TRÉBUCHER

L' ci qui n' vout nin s' trèbouhî, qu' i louke divant lu.

 

litt. Celui qui ne veut pas trébucher, qu'il regarde devant lui.

Celui qui ne veut pas faillir doit s'observer.

 

variante 

Tonton

Alez-î pus p'titemint, ça vârè bêcôp mî ;

Li ci qui coûrt trop reûd, riskêye di s' trèbouhî.

(REMOUCHAMPS. Tâti l' pèrikî. II, sc. 1re. 1885)

 

2983

trèbouhî

Quî s' trèbouhe, (s') avance.

 

litt. Qui trébuche, avance.

« Il arrive quelquefois que les circonstances rendent utile ce qui devait nuire. » (Remacle)

 

Qui s'abuche se s' avance.

(Frère Gérard, de Liège, mort en 1270 ; extrait de 78 sermons sur les fêtes de l'année.)

Abuchier : buter, trébucher.

(GODFROY. Dict.)

 

2984

trèbouhî

On s' trèbouhe bin sins toumer.

 

litt. On trébuche bien sans tomber.

On peut faire une chose désagréable, éprouver un accident, sans en subir les suites.

 

2986

tronler

TREMBLER

Tronler lès balzins. (*)

 

(*) balzin, de balziner, chanceler.

 

litt. Trembler le chancellement. Avoir grand'peur.

(Dictionn. de l'Académie.)

Pr. fr. — Trembler le frisson. (LiTTRÉ.)

Cité par forir. Dict.

 

Ine fouye qui tome, l' vint qui sofèle,

L' oûhê qui vole, tot èl troûbèle,

Èt lî fêt tronler lès balzins.

(bailleux. Li lîve èt lès rin.nes. Fâve. 1851)

 

Qwand il atome

D' èsse ome po ome,

C' èst l' foye â vint :

Is tronlèt lès balzins.

(Thiry. Li pèron. Chanson. 1859)

 

Èle dola insi tot li d'manant dè l' djoûrnêye ; tronlant lès balzins â monde brût, di fwèce qu èlle pinséve qui c' èsteût si-ome qui riv'néve.

(Magnée. Baîtrî. 1865)

 

Namur

Mi, dji dwès viker come one èsclâve, tron.ner l' balzin tote li chîje èt vos vêroz dîre qui dj' vos chêrche après.

(Mârmite. 1889)

 

var. Namur 

On n' èst nin nauji di s' vîye,

Faut mia moru d' maladîye;

Dj' a mi stoumak qui rôkîye,

Dji n' è pou pus, dj' a l' balzin.  

(WÉROTTE. Djène èt Nanèche au tch'min d' fiér. Ch. 1867. 4e éd.)

 

variante    Tronler lès hosètes.

 

litt. Trembler les houseaux.

 

D' èstant qu' i tronléve lès hosètes, sès mimbse halcotît si èwarêyemint qui l' crèn'kin lî hipa foû dès brèsses.

(MAGNÉE. Li crèn'kinî dè prince-abé di Stâveleû. 1867)

 

Lille  I tran.ne lès guinguètes.

 

2987

tripe

TRIPE

Pus d' pourcê, pus d' tripe.

 

litt. Plus de porcs, plus de tripes.

Les chances de réussite sont en raison directe des éléments dont on dispose. — Les bénéfices sont en raison directe des capitaux.

 

On dit aussi :

Pus d' pône, pus d' mèrite,

Pus d' pourcê, pus d' tripe.

(HOCK. La famille Mathot. 1865)

 

La récompense est en raison du travail.

 

2988

tripe

R'nâder tripe èt boyê.

 

litt. Vomir tripes et boyaux.

Vomir avec de grands efforts. (acad.)

Pr. fr. — Il a failli rendre tripes et boyaux.

 

2989

tripe

Diner dè l' tripe sorlon l' pourcê.

 

litt. Donner des tripes selon le porc.

Donner à chacun sa part ; faire le partage loyalement, d'après les mises.

Cité par Forir. Dict.

 

Jeannette Volez-ve co on bokèt? tinez, volà l' pus bê.

Colas C' èst trop'; dinez-me dè mons dè l' tripe sorlon l' pourcê.

(Delchef. Li galant dè l' sièrvante. I, sc. 3. 1857)

 

INE FEUME À SI-OME

Dji m' aveû, boutant vosse ramadje,

Faît dè marièdje, on bê tâvelê.

C' èst promète pus d' boûre qui d' froumadje.

— Dji done dè l' tripe sorlon l' pourcê.

(Thiry. Quatrins. 1868)

 

S' i n' sét fé come on dit sès tripes sorlon l' pourcê,

C' èt-st-à dîre si forfaît pus qu' i n' âye di rivenowe,

I n' sârè mây ôtemint qui d' sètchî l' diâle po l' quowe.

(Remouchamps. Les deûs vwèsins. 1876)

 

variante.  Nosse pourcê n' aveût nin pus d' tripe.

 

var. Stavelot.  Lu pourcê n' aveût nin pus d'tripe.

 

 

12:41 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.