19/01/2017

Spots (Dejardin) : sûte: 2960-2969

2960

ton

TON

C' èst l' ton qu' faît l' tchanson.

 

litt. C'est le ton qui fait la chanson.

C'est la manière dont on dit les choses qui dénote l'intention de celui qui les dit. (Littré)

Pr. fr. — C'est le ton qui fait la musique.

 

2961

tonê

TONNEAU

Li tonê sint todi l' harin.

 

litt. Le tonneau sent toujours le hareng.

Il reste toujours quelques traces de l'état où l'on s'est trouvé, des mauvaises impressions qu'on a reçues dans sa jeunesse.

(ACAD.)

Pr. fr. — La caque sent toujours le hareng. — Le mortier sent toujours les aulx.

Que semel est imbuta recens, servabit odorem

Testa diu.

(HOR. Epist. I, 2.)

Le hart sent toujours le fagot.

(OUDIN. Curiosités françaises. 1640)

 

var. Marche  Lès vatchîs sintèt todi l' flate.

 

Mons  Qué volez, fieus ? L' cake sint toudi lès hérins.

 

Saint-Quentin   L' cake, èle sint toujoûrs l' èrin.

 

Bourgogne   Leu motè sant tojors lés-aus.

(Bernard de la Monnoye. Noël Borguignon. 1700)

 

2962

tonê

Les vûds tonês sonèt pus fwèrt qui lès plins.

 

litt. Les tonneaux vides résonnent plus fort que les pleins.

A l'origine et l'explication de ce proverbe, dit M. Quitard (Dict., p. 670), se trouvent dans ce mot de Phocion : Les grands parleurs sont comme les vases vides, qui résonnent plus que les pleins. »

Pr.fr. — Les tonneaux vides sont ceux qui; font le plus de bruit.

Pr. chinois : Les grosses cloches sonnent rarement.

Ung vaisseau vuyde sonne plus haut que le plein.

(Bouvelles. 1531)

 

Quand, de vanter ses fait, tu vois un homme avide,

Ne prends pas pour de l'or tout le clinquant qui luit.

Frappe sur tes tonneaux, lu verras le plus vuide

Faire toujours le plus de bruit.

(Poète anonyme. XVIIe siècle)

 

On prétcha à s' fé asmatike,

 sudjèt dès miséres publikes.

Èt cès sièrmons, si bons, si bês,

N' ont faît qui l' brut d' on vûd tonê.

(Hanson. Li Hinriâde travèstèye. Ch. III. 1780)

 

Lès grands blagueûs, c' èst come lès vûds tonês qui rèsdondèt pus fwèrt qui lès plins.                                                                                         

(Forir. Dict.)

 

variante   C' èst todi lès vûds tonês qui fèt l' pus d' brut.

 

Stavelot   C' èst l' vûd tonê qui fêt l' pus d' brut.

 

Namur  C' èst lès tonias vûdes qui faîyenut l' pus d' brût..

 

var. Namur  On tchaur vûde faît pus d' brût qu' on tchaur plin.

 

var. Tournai  In câr vîde faît pus d' brwit qu' in câr plin.

 

2963

tone

Il a v'nou â monde so 'ne tone di bîre.

 

litt. Il est venu au monde sur un tonneau de bière.

Il a les jambes écartées. Se dit d'un bancal.

 

variante   Il a lès djambes à sâbe.

litt. Il a les jambes en lames de sabre.

 

On dit d'un cagneux :

I crohe dès neûhes.

litt. Il croque des noisettes.

 

2964

tonîre

TONNERRE

Li tonîre tome so l' pus haut tiér.

 

litt. Le tonnerre tombe sur la plus haute montagne.

Plus on est élevé, plus on est exposé à être atteint.

Sœpe ferit Jupiter sublimes fulmine montes.

(LEJEUNE. Proverbia familiaria. ini.)

 

Marche  Li tonîre tome so lès grands tiérs.

 

2965 

lavète

TORCHON

Nèt' come ène lavète. (mons)

 

litt. Net comme un torchon.

Sans faire un pli ; sans hésiter.

 

Mons

Li Bokèt Tu vas d'juner avé m' pauve carcasse, insi ?

L' èrnârd  Ô ! nèt' come ène lavète, ça, fieus.

(Letellier. L' Èrnârd èyèt l' bakèt. Fauve. Arm. dé Mont, 1847)

 

Mons  Ajoutez, basse, si ça n' canje nié, mi dj' démande èm' compte, nèt' come ène lavète.

(Letellier. Èl baudèt qui candje dè maîte. Fauve. Arm. dé Mont. 1849)

 

var. Mons et Nivelles.    Nèt' come busète.

 

2966

twèrt

TORT

L' ci qui n' èst nin là a todi twèrt.

 

litt. Celui qui n'est pas lu a toujours tort.

Pr. fr. — Les absents ont tort.

« On les oublie, ou, si l'on s'occupe d'eux, c'est presque toujours à leur désavantage. » (Quitard. Dict., p. 8.)

L'éloge des absents se fait sans flatterie.

(Gresset)

Absens hœres non erit. (axiome de droit)

On dit aussi : Le mort a toujours tort. — Un homme mort ne pouvant plus se défendre, on rejette la faute de beaucoup de choses sur lui. (ACAD.)

 

variante   On roûvèye vite lès-absints. — Lès-absints ont twèrt.

(Forir. Dict.)

 

Basse-Allemagne. — Der Abwesende (wer nicht zugegen ist), hat immer unrecht.

 

2967 

twèrt

C' èst l' ci qui deût qu' a twèrt.

 

litt. C'est celui qui doit qui a tort.

On présume toujours que, quand on plaide, c'est qu'on ne veut pas payer. (LITTRÉ)

Pr. fr. - Qui doit a tort.

 

2968

tot

TOT

Ci n' èst nin l' tot di s' lèver timpe, c' èst d' ariver à l' eûre.

 

litt. Ce n'est pas le tout de se lever tôt, (l'essentiel) c'est d'arriver à l'heure.

Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

(LAFONTAINE.)

Cf. L'Emploi du temps, par Fr. rouveroy.

 

2969

toucher

TOUCHER

Qui touche, moule. (Tournai)

 

litt. Celui qui touche, mouille, pâtit (subit les conséquences). Qui boit paie; qui accepte, s'engage.

 

Tournai. Pou ç' qui s' ajit d' nos dreots d'ssus ç't-ouvradje, atencieon : qui touche moule.

(Ach. Viart. Vieu garcheon et mèkène. Comédie. Avis. 1891)

 

 

13:27 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.