19/01/2017

Spots (Dejardin) : sûte: 2990-2999

2990

tripe

Is n' si pwèrtèt nin dè l' tripe.

 

litt. Ils ne se portent pas (l'un à l'autre) du boudin.

Ils ne se fréquentent pas.

Il est d'usage, dans beaucoup de villages du pays de Liège, de se porter réciproquement, entre voisins et amis, une portion de viande qui se compose principalement de saucisse et de boudin. Quand deux voisins sont en froid : Is n' si pwèrtèt nin dè l' tripe. C'est du moins l'habitude des villageois qui font tuer un porc pour leur propre consommation. (Delarge.)

La portion donnée se nomme drèssêye.

 

2991

tripe

Catchîz vos tripes.

 

litt. Cachez vos tripes.

Cri des gamins de la rue quand ils voient passer une dame mettant trop ouvertement en pratique l'axiome Il n'y a que le nu qui habille.

 

2992

treûs

TROIS

Treûs, c' èst trop' èt deûs, c' èst trop pau.

 

litt. Trois c'est trop et deux c'est trop peu.

Se dit dans les campagnes pour donner une idée de la largeur des sillons. Quand on traverse un champ labouré, perpendiculairement à la direction suivie par la charrue, une enjambée (ascohèye) mesure ordinairement un peu plus que la distance qui sépare deux sillons, mais n'atteint pas le troisième.

M. L. COLLETTE donne une autre explication :

deux. La femme et le mari s'ennuient quand ils sont face à face. — trois. Mais ce n'est pas une raison pour admettre un tiers dans le ménage.

 

2993

mari

TROMPER

I gn-a qui l' ci qui n' faît rin qui n' si marihe mây.

 

litt. Il n'y a que celui qui ne fait rien qui ne se trompe jamais.

Tout le monde peut se tromper. — Errare humanum est.

 

2994

mari

On n' si marihe mây à s' damadje.

 

LITT. On ne se trompe jamais à son désavantage.

Il ne se trompe que quand l'erreur tourne à son avantage. (LITTRE)

Pr. fr. C'est un homme qui ne se trompe qu'à son profit.

(OUDIN, Curiosités françoises, 1640)

 

2995

mari

On s' marihe bin sins beûre.

 

LITT. On se trompe bien sans boire.

Il ne faut pas toujours attribuer à l'ivresse les erreurs que l'on peut commettre. On peut se tromper sans avoir perdu la raison.

 

Qu' è volez-ve? Nin pus onk qui l' ôte,

On faît tos dès bièstrèyes so s' môde.

On s' marihe bin sins beûre, di-st-on.

Enfin, djans, vole-là-st-è prîhon.

(MONSEUR, Li brakeni, Conte, 1899)

 

NIVELLES I d-a ieû min.me bran.mint dès cyins à l' inviêrs dès comandements, maîs après tout, on s' trompe bî sans bwâre.

(Revue de la garde civique, L'Aclot, 1890)

 

2996

trop'

TROP

Quî a trop' èl dispâde.

 

LITT. Qui a trop, le gaspille (/ l'épanche).

Allusion à un vase plein.

Les gens très riches connaissent mal le prix de l'argent.

On dépense ais'ment ce qu'on n'a pas eu la peine de gagner.

 

2997

trop'

Li mot d' trop' ni vât nin mî qui l' ci d' pau.

 

LITT. Le mot de trop ne vaut pas mieux que celui de peu.

Il faut en tout prendre un juste milieu.

V. QUITARD, Dict., p. 673.

Nul trop n'est bon, ne peut assez.

(prov. communs, XVe siècle)

Est modus in rebus. (HORACE)

 

2998

trop'

Trop', c' èst trop'.

 

LITT. Trop, c'est trop.

Tout excès est blâmable. (LITTRE)

Pr. fr. Trop est trop.

Ne quid nimis.

Cité par FORIR. Dict.

 

VAR. NAMUR  Timps-in timps on côp, c' èst bon.

Mins, di-st-i l' provèrbe, le trop nuit à tout.

 

2999

trote

TROT

Èvoyî à l' trote.

 

litt. Envoyer au trot (trotter).

Envoyer faire lanlaire, envoyer promener, se débarrasser sans cérémonie de quelqu'un qui importune. (littré )

 

N' sèrè-ce nin glorieûs po 1' Lîdjwès,

Di vèy nos-in.nemis âs-abwès,

Is s'ront sûremint à l' trote,

È bin !

Avou 1' rossète calote,

Vos m' ètindez bin.

(Paskèye patriyotike. 1790. Rec. BODY)

 

S' i faléve co rik'mincî l' djeû,

Pinsez-ve, mèssieûs lès patriyotes,

Qui vos trouverîz co lès bordjeûs ?

Nèni, i v's-èvôrît à l' trote.

(Retour du prince Hoensbroeck. Ch. 1791. Rec. BODY)

 

Adiè, mèssieûs Commodité,

L' Egalité èt l' Liberté,

Adiè l' âbe avou s' rodje calote,

Adiè, vos v'là turtos à l' trote.

(Li novê Constantin. 1792. Ch. Rec. body)

 

var. jalhay. gabite.

Wice sont-is ? À l' porète ?... su n' a-dje nin co vèyou l' quowe lûre da Tiodôre.

(xhoffer. Lès deûs sorodjes. II, sc. 9. 1862.)

 

var. Mons. Invoyer à l' porée. (Choux étuvés, épinards bouillis.)

(SIGART. Dict. 1870)

 

var. Auvergne.  Envoyer sous le tio (cul) do four.

 

12:36 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.