05/01/2017

Spots (Dejardin) (sûte) : 3080-3089

3080

vinte

VENTRE

Vos v's-avez faît rodje è vinte.

 

litt. Vous vous êtes fait rouge dans le ventre. Vous vous êtes enivré (vous avez bu du vin rouge).

Pr. fr. — La couleur nous en demeurera dans le ventre.

(OUDIN. Curiosités françaises. 1640.)

 

Pierre. Dji m' va quwèri, so l'côp, quékès botèye di vin.

Garite. Nos nos frans rodje è vinte.

(PECLERS. Li consèy dè l' matante. Sc. 10. 1877.)

 

Depireux.

Ô, valèt ! ti t' ènnès ralètcherès l' minton, t' ènn' ârès po qwinze djoûs à èsse rodje è vinte.

(T. BRAHY. Li boukèt. I, sc. 7. 1878.)

 

3081

vinte

Brognî so s' vinte.

 

litt. Bouder sur (contre) son ventre.

Se dit d'un enfant qui se mutine et qui ne veut pas manger, et flgurément d'une personne qui, par dépit, refuse ce qu'on sait qu'elle désire et qui lui convient. (acad.)

Pr. fr. — Bouder contre son ventre.

Cité par Forir. Dict.

 

Nivelles. I grougne à s' vinte.

 

Tournai.  Brousser à s' panche.

 

Var. Namur.  Po l' tchau, c' èst tot-ôte tchôse :

Alez à l' ètrangjr,

Ou bin sucî vosse pôce,

C' èst ç' qu' i gn-a d' mia à fé.

(J. Colson. Li progrès. Ch. 1862.)

 

3082

vinte

Vinte afamé n' a nole orèye.

litt. Ventre affamé n'a pas d'oreilles. L'homme pressé par la faim n'écoute rien. Pr. fr. — Ventre affamé n'a pas d'oreilles. Jejunus venter non audit verba libenter. Auribus venter caret.

(LEJEUNE. Prov. familiaria. 1741.)

Cité par fFrir. Dict.

 

Variante. L' ci qu' a fim n' ôt rin.

 

Var. Marche.   Li vinte qui groûle n' a pont d' ètinte,

Sovint on n' pièrd rin do ratinde.

Beauraing.   Maîs dji piède vêci m' timps à vos d'ner dès consèys,

Li vinte qu' è-st-afamè, dit-st-on, n' a pont d'orèye.

(Vermer. Lès sôléyes. 1862.)

Nivelles. Lu vèyant qui prind là deûs bièsses inrajéyes,

Què quand leû vinte èst vûde, leûs-orèyes sont stoupéyes,

I grate ès s' front.

(Renard. Lès-avent. dè Djan d' Nivèle. Ch. IV. 1857)

 

Basse-Allemagne. — Not ( / Hunger) kennt kein Gebot .

 

3083

vinte

Ènn' a må s'vinte.

litt. Il en a mal au ventre.

Se dit de celui qui est jaloux de la réussite d'un voisin ou d'un concurrent.

Jodoigne.  I moûrt di s' vinte.

 

3084

vinte

I faît come lès lumeçons, i s' hiètche so s'vinte.

 

litt. Il fait comme les limaçons, il se traîne sur son ventre.

C'est un parasite.

Grœculus esuriens ad coelum si jusseris, ibit.

(JUVÉNAL)

Cité par Forir. Dict.

 

Di vas scrîre èt cori amon lès principås,

Èt so m' vinte dji m' hèrtcherè djusqu'å d'vins dès palås.

(HOCK. Mœurs et coutumes liégeoises. 1872.)

 

3085

vinte

S' broucher l' vinte èt din.ner au flaîr. (Tournai)

 

litt. Se brosser le ventre et dîner à l'odeur.

Se passer de dîner.

Pr. fr. — Se frotter le ventre d'un panier.

(OUDIN. Curiosités françaises. 1640.)

 

var. Namur   Po l' tchau, c' èst tote ôte tchôse :

Alez à l' ètranjer,

Ou bin sucî vosse pôce,

C' èst ç' qui gn-a d' mia à fé.

(O. Colson. Li progrès Ch. 1862.)

 

3086

vinte

Si dj' a må pårlé, qu' i m' rimousse è s' vinte.

 

litt. Si j'ai mal parlé, que cela me rentre dans le ventre. Manière de s'excuser d'avoir parlé inconsidérément.

 

TÅTÎ Jamaîs aukin sujet, de moi n'a-t-eu-t-à s' plainte.

DJÈTROU Ô ! su dj' a må djåsé, maîsse, quu m' rimousse è s' vinte.

(Remouchamps. Tåti l' pèrikî. III, sc. 2. 1885.)

 

3087

vinte

Èlle èst brâve èt onête jusqu'â vinte.

 

litt. Elle est brave (probe) et honnête jusqu'au ventre. Pas plus qu'il ne faut.

nivelles. Brave jusqu'au gngnou, èt l' rèsse au piyache.

 

3088

vinte

C' èst l' vente du ta mère. (Tintigny.)

 

litt. C'est le ventre de ta mère.

Cela ne t'arrivera jamais plus.

(Em. Tandel. Les communes luxembourgeoises. T. III. 1890.)

 

3089

vinte

Pèler l'vinte à 'ne saquî.

 

litt. Peler le ventre à quelqu'un.

Ennuyer, obséder quelqu'un. — Débiter des absurdités qui impatientent les auditeurs.

On ajoute souvent : avou on coûtê d' bwès.

litt. Avec un couteau de bois. — Le supplice est interminable.

 

Pr. fr. — Vous me pelez le nez.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

Mèsbrudjî.

On m' pèle li vinte èt lès-orèyes,

On n' ètind pårler avå l' vèye

Qui d' grand concêrt èt d'musicyin.

(de harlez. Les hypocondes. III, sc. 2. 1758.)

 

Qwand c' èst qu' on dit.......

Qu' on milionaîre n' a nin dès camarådes

Qui nos-èstans-t-égål divant li lwè,

Ou qu' on médecin riwèrihe sès malådes,

On m' pèle li vinte avou on coûtê d' bwès.

(Louis buche. Tchanson. 1860)

 

Crahay.

Avou vos grands mots, Baiwîr vos m' pèlez l'vinte.

(alcide pryor. Quî vout èsse à consèy ? 1862)

 

Tchantchès. Taîs'-tu donc.

Françwès. Poqwè  m' taîreus-dje ? is m' pèlet l' vinte, avou leûs grands-aîrs..

(Demoulin.  Dji vou, dji n' pou. I, sc. 8. 1858)

 

Verviers.  Camaråde Piêre, tu m' pèles lu vinte ;

Tu trouves aus fames tos lès dèfauts.

On dîreût qu' èlles ont, à t' ètinde,

Tos lès sèt' péchés capitaus.

(BONHOMME. Lès fames sont todi aîmauves. Ch. 1880.)

 

Jalhay.                                   

Pieèrète. Dj' a bon à l' vèy, mi.

Majène. Taîhoz-ve, i m' pèle lu vinte.

(Xhoffer. Lès deûs sorodjes. I, sc. 10. 1861.)

 

Mons.  Là in gas qui m' pèle l' vinte.

 

Frameries. Maîs lès racontaches de cèrtins amoureûs

Èm' pèlèt co pus fôrt èm' panse.

(Jos. Dufrane. Croyez ça, buvez d' l' eau. Ch. Arm. borain. 1890)

 

Nivelles. Asteûre èn' fètes ni 'ne mawe come pou tchanter 'ne complinte,

Causer putout rademint pace què ça m' pèle èl vinte.

(RENARD. Les avent. de Jean d' Nivelles. Ch. I. 1857.)

 

Var.  Nivelles.  Djè n' va ni co v'ni leû soyî l'vinte aveu l' même tchanson.

(L'Aclot, 1890, n° 80.)

 

Jodoigne.  Pèler l' vinte avou on coûtia d' bwès.

 

 

18:22 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.