29/08/2010

èsprèssions walones (sûte)

3160 

voleûr1

Quand on voleûr atrape in-aute, li diâle ennè rèye.

litt. Quand un voleur en attrape un autre, le diable ne fait qu'en rire.

Un malhonnête homme n'excite la pitié de personne, quand il est dupe d'un autre fripon.

 

var. namur  C' èst-st-on dobe plaîji d’ tromper on trompeûr.

 

var. jodoigne Voler on voleûr, ç' n' èst ni voler.

 

3161

voleûr1

I n' èst nin d'findou d' fé l' voleûr, maîs di s' fé prinde.

litt. II n'est pas défendu de faire le voleur, mais de se faire attraper.

Morale Spartiate.

 

3162

1oleûr1

Voleûr èt putin sont fré èt soûr.

lItt. Voleur et prostituée sont frère et sœur. Il y a affinité entre tous les vices.

 

3163

voleûr1

On voleûr â djubèt, ine putin à l' tâve d'on rwè.

litt. Un voleur au gibet, une prostituée à la table d'un roi. Ce proverbe est-il une importation du temps de Louis XV?

 

3164

voleûr1

Lome lu voleûr, divant qu' i n' ti lome.

litt. Appelle-le voleur, avant qu'il ne t'appelle (de ce nom). L'avantage est à celui qui prend l'initiative. L'attaque est plus facile que la défense. (Tactique parle­mentaire.)

 

3165

voleûr1

Gn-a rin d' si voleûr qu' ine aguèce.

litt. Il n'y a rien de si voleur qu'une pie.

 

Pr. fr. — Larron comme une pie. — Voleur comme un oiseau de proie.

Cf. la tradition de la pie voleuse (la Gazza ladra).

 

var. namur  I gn-a pont d' pus grand voleûr qui l' feu.

 

3166

voleûr1

Voleûr à voleûr n' ont wê d' tchwès à s' riheûre.

litt. Voleur à voleur ont peu de chose à tirer l'un de l'autre.

 

On ne roussit pas à vouloir tromper un aussi rusé que soi. (ACAD.)

 

Et li spot dit, come di raîson,

Qui voleûr à voleûr,

Qwand s' atakèt, n' ont wê d' tchwès à s' riheûre.

(DEHIN, Tribut èvoyî pa lès bièsses à Alexande. Fâve. 1852)

 

3167

voleûr1

I vât mî d' èsse voleûr qui borguimaîsse, çoula deûre pus longtimps.

litt. Il vaut mieux être voleur que bourgmestre, cela dure plus longtemps.

 

varianteS     I vât mî èsse canaye, etc. — I vât mî èsse catin, etc.

 

« Par ce proverbe, les Wallons font plaisamment allusion à la courte durée des fonctions de bourgmestre. » (REMACLE, Dict., 1839)

 

N. B. Sous l'ancien régime, les bourgmestres (mayeûrs) ou maîtres-à-temps de la bonne cité de Liège n'étaient nommés que pour un an.

Cité par forIr. Dict.

 

 

 

 

 

 

17:36 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.