12/06/2017

Spots (Dejardin) : sûte: 2700-2719

2700

Sint-Jèrvaîs

Quand i pleut au Sint-Jèrvaîs,

On-a quarante djoûs d' monvaîs. (nivelles)

 

litt.   Quand il pleut le jour de Saint-Gervais,

On a quarante jours de mauvais (temps).

A Nivelles, Saint-Gervais (19 juin) a la même réputation que Saint-Médard.

 

2701 

Sint-Djîle

Qwand qui fait bon à l' Sint-Djîle, on pout co sarter on djurnâ èt l' broûler. (malmedy)

 

litt. Quand il fait bon le jour de Saint-Gilles, on peut encore essarter un journal et le brûler.

Dicton en usage chez les cultivateurs de Malmedy. Saint-Gilles (1er septembre).

 

2702 

sint Houbêrt

Il èst dè l' confrêrèye di sint Houbêrt, i n' arèdje nin po minti.

 

litt. Il est de la confrérie de saint Hubert, il n'enrage pas (il ne devient pas enragé) pour mentir.

C'est un effronté menteur.

 

2703

Sint-Dj'han

Sint Dj'han n' è va mây sins s' pèhon.

 

litt. Saint-Jean ne s'en va jamais sans son poisson.

La fête de saint Jean tombe le 24 juin, époque des premiers bains de rivière ; il est très rare qu' il n'arrive point d'accidents aux baigneurs.

 

2704   

Sint-Lambièt

À l' Sint-Lambièt,

Tot toûne à tchèt.

À l' Sint-Matieû,

Tot toûne à leûp.

À l' Sint-Houbêrt,

Tot tire è l' aîr.

 

litt. A la Saint-Lambert (17 septembre),

Tout tourne à chat.

A la Saint-Mathieu (21 septembre),

Tout tourne à loup.

A la Saint-Hubert (3 novembre),

Tout tire en l'air.

La Saint-Lambert et la Saint-Mathieu tombent à la fin de l'été, et l'on sait que la Saint-Hubert est une fête pour les chasseurs.

 

2705

Sint-Lorint

Sint Lorint rèsprind s' tchèrbon ou l' distind.

 

litt. Saint Laurent rallume son charbon ou l'éteint.

A la Saint-Laurent (10 août), il fait très chaud ou il pleut.

 

2706 

Sint-Lorint

A l' Sint-Lorint,

L' feû o sârt èt l' four in. (Malmedy)

 

litt. A la Saint-Laurent, le feu au sart et le foin rentré. Avertissement donné aux cultivateurs.

 

2707

Sint-Lorint

L' dîh d' aout (St-Lorint) èt lès nut's d' après,

Lès steûles si mokèt.

 

litt.   Le dix août et les nuits suivantes,

Les étoiles filent.

Etoiles filantes, petits corps que l'on voit pendant la nuit traverser l'air et s'éteindre presque aussitôt. (littré)

C'est surtout le 10 août qu' on peut observer ce phénomène.

 

2708

Sint-Mâcrawe

Ni po qwinze, ni po saze, ddji n' vou pus fé sint-Mâcrawe.

 

litt. Ni pour quinze, ni pour seize, je ne veux pîus faire saint Mâcrawe.

Je ne le ferai plus, à aucun prix. — On ne m'y prendra plus.

 

orig. Sint Mâcrawe est à Liège une espèce de saint fantastique, dont les enfants célèbrent la tête au mois d'août.

Il est représenté, le plus souvent, par un mannequin, qui tient en main une espèce de lanterne vénitienne. Le dicton ci-dessus fait allusion à une anecdote populaire qui rappelle le lutrin vivant de Gresset. Le personnage vivant qui représentait Saint Macramé, condamné à une immobilité complète, se serait livré à une pantomime intempestive, au contact de la flamme des bougies usées dont il était entouré, et aurait finalement abandonné la partie.

 

2709 

Sint-Maurtin

Si l' iviér va dwat s' tchèmin,

Vos l' ârez au Sint-Martin. (Nivelles)

 

litt.   Si l'hiver va (suit) son droit chemin,

Vous l'aurez à la Saint-Martin.

La Saint-Martin (11 novembre) nous ramène les premières gelées.

 

2710  

Sint-Matias'

Sint Matias' qui spîye lès glaces,

S' i gn-a rin à spiyî qui s' è fasse. (Malmedy)

 

litt.   Saint Mathias qui casse les glaces,

S'il n'y en a pas à briser, qu' il en fasse.

Saint Mathias, 24 février.

Il est désirable pour les laboureurs d'avoir des  gelées à cette époque.

 

2711            

Sint-Matieû

À Sint-Matieû,

Sème quand tu veûs. (Mons)

 

litt.   A la Saint-Mathieu,

Sème quand tu veux.

 

MONS  À Sint-Matieû, sème quand tu veûs, chacun conèt s' tèrin et i sét come i faut l' condwîre.

(Letellier. Armonake dé Mont. 1862)

 

variante  Sint Matieû,

Prumî sèmeû.

Saint Mathieu, 21 septembre.

 

2712  

Sint-Mèdâd

Qwand i ploût l' ddjoû d' sint Mèdâd,

Lès blés 'nnè vont djusqu'à l' fâs.

 

litt. Quand il pleut le jour de saint Médard, les blés s en vont jusqu'à la faux. (Saint Médard, 8 du mois de juin)

Quand il pleut le 8 juin, les grains deviennent mauvais.

S'il pleut le jour de la Saint-Médard, II pleut quarante jours plus tard.

(QUITARD. Dict., p. 530)

 

Binamé Sint Mèdâd, ristopez vosse sitritche.

(Souhait de Mathieu Laensberg. 1837)

 

variante  Sint Mèdâd

È-st-on fameûs pihâd.

litt.   Saint Médard,

Est un fameux pissard.

Saint Médard, Grand pissard. (..)

 

var. NIVELLES 

Sint Mèdârd,

Grand pichârd ;

Sint Barnabé,

Lî câsse èl nez.

Ou:

Sint Barnabé

Èst là pou tout racaler.

 

JODOIGNE Quand i ploût l' ddjoû Sint-Mèdaud, on-a po chîs samin.nes l' cu è l' aîwe.

 

MONS Sint Mèdârd, grand pichâd.

 

2713

mouyî

Sint Mèdâd nèye, sint Dj'han n' faît qu' mouyî.

 

litt. Saint Médard noie, saint Jean ne fait que mouiller.

Les pluies de la Saint-Médard  sont plus fortes et plus durables que celles de la Saint-Jean.

 

2714

rèpwèrter

Sint Mitchî rèpwète lès qwatre eûres â cî, èt sint Matias' lès rapwète o pwèsse. (malmedy)

 

litt. Saint Michel rapporte les quatre heures au ciel, et saint Mathias les rapporte dans le vestibule.

A la Saint-Michel (29 septembre), les jours sont courts et les ouvriers ne vont pas faire leur quatre heures, ils travaillent jusqu'à la tombée du jour, tandis qu'à la Saint-Mathias (24 février), ils recommencent à faire les quatre heures.

(Arm. wallon do l' samène. 1886)

 

2715

Sint-Michèl

Au Sint-Michèl,

L' tchaleûr èrmonte au cièl. (nivelles)

 

litt.     Le jour de saint Michel, (29 septembre)

La chaleur remonte au ciel. Le froid annonce l'approche de l'hiver.

 

2716

Sint-Pau

À l' convèrsion d' sint Pau,

L' iviér a s' côp.

 

litt.   A la conversion de saint Paul (25 janvier),

L'hiver a son coup.

Généralement les très grands froids ne sont plus à craindre à la fin de janvier.

 

2717

sint Pîre

Aler qwèri sint Pîre à Rome.

 

litt. Aller chercher saint Pierre à Rome.

Pr. fr. — Chercher midi à quatorze heures.

Chercher des difficultés où il n'y en a point. Allonger inutilement ce qu' on peut faire ou dire d'une manière plus courte. Vouloir expliquer d'une manière détournée quelque chose de fort clair. (ACAD.)

 

NAMUR Faut-i aler qwé sint Pîre à Rome, ou prinde si coradje à deûs mwins èt risker l' pakèt?

(Zephoris de Boveigne. Divise. Mârmite.1891)

 

2718      

Sint-Pîre

Sint Pîre plovineûs,

Trinte jour dandjereûs. (malmedy)

 

litt.   Saint Pierre pluvieux,

Trente jours dangereux (probables).

Saint Pierre, 29 juin. Les pluies du solstice sont de longue durée.

 

2719  

Sint-R'mèy

 Sint-R'mèy,

Lès djônès piètris sont vèyes.

 

litt.  A la Saint-Remy (1er octobre), les jeunes perdreaux sont vieux.

Pr.fr.—  A la Saint-Remy,

Tous perdreaux sont perdrix.

Fin de la croissance des perdreaux.

 

 

09:10 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Spots (Dejardin) : sûte: 2720-2739

2720

Sint-Rok

C' èst sint Rok èt s' tchin.

 

litt. C'est saint Roch et son chien.

Se dit de deux personnes qu' on voit continuellement ensemble. (Littré)

 

Lille   Infin, ch' marmousèt, cheu l' marmote,

À quinze ans s' intindot' si byin,

Qu' on n' vèyot jamaîs l' un sans l' aute.

Ch' étot come sint Rok et son kyin.

(Desrousseaux. Chans. lilloises. 1857)

 

Auvergne   Coumo saint Roch embey soun chîs,

Qu'berount tos doux chi houns ami.

(FAUCON. La Henriade en vers burlesques auvergnats. Ch. VIII. 1798)

 

2721

sint Rok

Il èst todë monté come sint Rok à tchapia.                                              (Jodoigne)

 

litt. Il est toujours fourni comme saint Roch de chapeau.

Il est fort mal habillé.

 

2720

Sint-Sèrvâ

Après l' Sint-Servâ,

Lès fèves ni polèt mâ.

 

litt.   Après la Saint-Servais,

Les fèves ne peuvent mal. Ne pouvoir mal, ne courir aucun risque. Après la Saint-Servais, les gelées ne sont plus à craindre.

 

2723 

Sint-Sèrvaîs

Sint Sèrvais, Pancrace èt Boniface

Apwèrtèt sovint do l' glace. (Malmedy)

 

litt.  Saints Servais, Pancrace et Boniface Apportent souvent de la glace.

Les saints de glace, saint Mamert, saint Pancrace et saint Servais, dont les fêtes tombent les 11, 12 et 13 mai, jours auxquels dans le centre de la France et de l'Allemagne, il se fait souvent sentir des froids insolites. (littré)

A Liège, c'est aussi saint Mamert qu' on cite au lieu de saint Boniface.

 

2724

Sint-Toumas

A l' Sint-Toumas,

Bowe tès draps.

Ti n' lès-ârès nin bouwé,

Qui n' sèrans l' Noyé.

 

litt.   A la Saint-Thomas, / Lessive tes draps. / Tu ne les auras pas (sitôt) lessivés, / Que nous serons à la Noël.

Conseils donnés aux maîtresses de maison, pour qu'elles se préparent à fêter dignement le jour de Noël.

 

MONS  A sint Tomas,

Oui, boue, lave tès draps,

Quate djoûs après, Noé, t' aras.

 

2725

Sinte-Caterène

SAINTE

A l' Sinte-Caterène,

Tot-âbe riprind rècène.

 

litt.   A la Sainte-Catherine,

Tout arbre reprend racine.

C'est le moment favorable pour la transplantation des arbres, (25 novembre)

 

NIVELLES A l' Sinte-Caterine,

Lès-arbes èrpèrdont racine.

 

2726

Sinte- Caterène

Sinte Caterène n' è va nin sins s' blanc mantaî.

 

litt. Sainte Catherine ne s'en va pas sans son manteau blanc.

Premières neiges. Voyez n° 1951.

 

nivelles   Sinte Caterine vît toudi toute blanche abiyéye.

 

jodoignE  Sinte Caterènne vént todë blanke abiyîye.

 

2727 

Sinte-Djètrou

A l' Sinte-Djètrou,

On tchâfe si cou.

 

litt.  A la Sainte-Gertrude, / On chauffe son derrière.

La Sainte-Gertrude tombe le 17 mars. La température est toujours froide et nécessite du feu dans les appartements.

 

2728

Sinte-Madelin.ne

A l' Sinte-Madelin.ne, lès neûhes sont plin.nes.

A l' Sint-Amand, on fogne divins.

 

litt. A la Sainte-Madeleine, les noisettes sont pleines,

A la Saint-Amand, on fouille dedans.

22 juillet et 6 octobre.

 

NIVELLES À l' Madelène,

Lès gayes sont plènes.

Les noix sont formées en juillet et on les gaule au commencement d'octobre.

 

2729  

salade

SALADE

One salade bin machîye,

È-st-à mitan mougnîye. (NAMUR)

 

litt.   Une salade bien mêlée (fatiguée)

Est à moitié mangée. Lorsqu'un travail est bien combiné, il est à moitié fait.

 

2730

salé

SALE

Salé comme ine pike.

 

litt. Salé comme une pique.

Extrêmement salé (piquant comme un fer de lance ?).

Pr. fr. — Salé comme mer.

 

NAMUR Salé come pék. (saumure)

 

MONS Salé comme pétre (, pék, péte); à Mons, salpêtre se dit 'salpéke'.

(SIGART. Dlct. 1870)

 

2731

sanctus'

SANCTUS

Djè l' rârè â sanctus'.

 

litt. Je le rattrapperai au sanctus.

Je m'en souviendrai, je lui ferai payer sa faute.

 

2732 

song'

SANG

Bon song' ni pout minti. (Verviers)

 

litt. Bon sang ne peut mentir.

Les personnes nées d'honnêtes parents ne dégénèrent point. (Quitard. Dict., p. 643)

Se dit aussi pour exprimer que l'affection naturelle entre personnes de même sang ne manque pas de se découvrir, de se déclarer dans l'occasion.— Se dit, par ironie, en parlant d'une fille qui est coquette comme sa mère l'a été ou l'est encore.

(ACAD.)

Pr. fr. — Bon sang ne peut mentir.

 

VERVIERS

À çouci, vos d'vez vèy çou quu l' fis d'véve promète,

Bon song' ni pout minti, èt qui vint du paye... grète.

(POULET. Li péssonî. 1860)

 

2733

song

Do song, ç' n' èst nin d' l' aîwe. (Namur)

 

litt. Du sang, ce n'est pas de l'eau.

C'est une affaire grave, importante.

 

Pr. écossais. — Blood is no water. (Le sang n'est pas de l'eau)

 

2734

sorèt

SAURET

On rotisseot in saurèt  su  l' gril, l' queûe passe à l' porte.                                     (tournai)

 

litt. Si on rôtissait un sauret sur le gril, la queue passerait à la porte.

Cette expression hyperbolique est souvent employée par l'ouvrier tournaisien pour désigner une habitation qu' il juge trop petite.

 

mons  Wès, dj' su bé sûr qu' il èst v'nu au monde dins-in chatau què quand on rôtisswat in sorèt su l' grîye què l' queûe passwat pa 1' porte.

(Letellier. Arm. dé Mont. 1873)

 

A Liège, on dit : On n' î sâreût bate on tchin.

 

2735

horer

SAUVER

Vo-me-là horé.

 

litt. Me voilà arrivé au bout de la hore (canal d'écoulement dans les mines).

Je suis au bout de mes épreuves; je suis arrivé au port; je suis tiré d'affaire.

Avou treûs mèyes cârlus', dji sèreû horé.

(FORIR. Dict.))

 

BAÎWÎR

Dj' a l' has' d' atote,

Vo-me-là horé,

Nos n' pâyerans pus ni bîre ni gote,

Dj' a l' has' d' atote,

Vo-me-là horé.

Divins l' grand monde, dji m' va hère.

(Alcide PRYOR. Baîwîr so s' panse. 1863)

 

Po ç' côp-là, Djihan èsteût bin sûr horé.

(MAGNÉE. Li crèn'kinî dè prince abé di Stâveleû. 1867)

 

 ! po ç' côp-là dj' èsteû horêye,

Tos nos mèhins èstît finis.

(T. brahy. Les guignons di Bâre-Bote. Ch. 1880)

 

JODOIGNE     Vo-v'-là chapé.

 

2736

sâver

Sâve-tu : on towe lès laîds.

 

litt. Sauve-toi : on tue les laids.

Ta place n'est pas ici. — Se dit aussi, en guise de plaisanterie, mais sans malveillance, à ceux qui ne sont pas précisément des Adonis.

 

VARIANTE  Sâve-tu, ca on t' hapereût po fé d' ti on spaweta.

litt. Sauve-toi : car on t'enlèverait pour faire de toi un épouvantail.

Sauvez-vous, on cherche les beaux.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640) (...)

 

BAÎWÎR

Lès pus crânes, dji lès tins à gogne ;

Mâgré zèls, dji faî çou qu' i m' plaît,

Dji m' passerè bin d' in-ome qu' a sogne.

Sâve-tu, vite, haye, on towe lès laîds.

(Alcide PRYOR. Baîwîr so s' panse. 1863)

 

DJÈRÂ

Alez-è, laîd pètchî, po fé sogne as-oûhês!

V' sièvrîz bin di spaweta.

BABÈTE

Sâvez-ve, on towe lès laîds.

(REMOUCHAMPS, Lès-amoûrs da Djèrâ. I, sc. 17. 1875)

 

 

2737

sâver

Sâvez-ve, vocial l' ajent.

 

LITT. Sauvez-vous, voici l'agent (de police).

Fi! l'horeur! - Shocking!

 

VARIANTE Sâvez lès meûbes, vocial li houssî.

 

var. MONS S' insauvons-nes fieu, 'là lès l' hussiers qu' arivetét.

 

2738

savate

SAVATE

On-z-èst vite nâhi dès savates qwand on-z-a dès noûs solés.

 

LITT. On est vite fatigué de ses savates quand on a des souliers neufs.

 

2739

savate

Èlle a dès longuès savates.

 

LITT. Elle a de longues savates.

C'est une femme négligée et négligente, sans amour-propre et sans énergie, une mauvaise ménagère.

 

Ô! Djè l' vôreû si voltî bate,

Qwand dj' lî veû sès longuès savates,

Sès tchâsses trawéyes divins sès pîds,

Qu' èle mèt' on meûs sins lès r'nawî!

(FORIR, Li k'tapé manèje, Vers 1836)

 

 

09:06 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Spots (Dejardin) : sûte: 2740-2759

2740

savetî

SAVETIER

Il èst come li savetî qui rène.

 

LITT. Il est comme le savetier qui court.

Etre dans le continuel mouvement, faite beaucoup d'allées et de venues. (ACAD.)

"Li savetî qui rène" (qui court) est le "Juif errant".

"Qui rène", qui court; de 'rennen' (all.), courir. Ne s'emploie que dans cette locution, et au participe présent, dans l'expression: 'diâle rènant' (lutin).

 

S' i gn-a tant dès feumsqui s' plindèt

Qui leû-z-ome vont au cabarèt

Passer leû sîze, piède leû djoûrnèye,

So l' timps qu' èles sont totes disseûlèyes

Avou deûs, treûs hayâves èfants,

Qui fèt come dès p'tits diâles rènants.

(FORIR. Li k'tapé manèdje. Vers 1836)

 

Nèni, dj' èsteû si lon, èt pus k'tapé qui l' savetî qui rène.

(THIRY, Li r'toûr à Lîdje, 1858)

 

I bise èvôye come ine fawène,

Èt trote come li savetî qui rène.

(LAMAYE, Portraît d'on bon Lîdjwès. (L.R.) 1862)

 

Dji m' consola bin vite, dji r'prinda dè corèdje,

Èt come on diâle rènant, dj' batéve di l' ovrèdje.

(S. BRAHY, Mès treûs marièdjes. 1882)

 

VAR. VERVIERS  Il èst come li r'nant savetî.

 

VAR. NAMUR  C' èst l' savetî d' Jérusalèm.

 

2741

savu

SAVOIR

Savu quî l' pouna, quî l' cova.

 

litt. Savoir qui l'a pondu, qui l'a couvé.

Connaître une chose parfaitement, être renseigné exactement. — Connaître les choses ab ovo. Cité par forir. Dict.

 

Èt po savu turtos çoula,

Èt quî l' pouna èt quî l' couva,

Èle fout trover on camarâde,

Qu' î aveût stu longtimps malâde.

(Paskéye po l' jubilé d! l' rèvèrende mére di Bavîre, 1743)

 

Èle sét très bin çou qu' li spot dit :

Qwand on n' veût nin, i fât sinti ;

Tot d'mandant quî èst-ce qui passe là,

Èle sét quî l' pouna quî l' cova.

(Paskéye po l' jubilé d' soûr Lambèrtine Baupaîre èt d' soûr Louwise Dispâ, jubilaîre à Bavîre. 1786)

 

Adon, l' brâve curé dé l' Madelin.ne

Qu' èsteût l' curé d' matante Sara,

Ni vola nin passer l' samin.ne

Sins k'nohe quî l' pouna, quî l' cova.

(SIMONON. Matante Sara. 1824)

 

Lès govèrneûs dè bon mèstî dè taneû èl volît bin r'çûre come aprindis', mâgré qu' on n' savahe nin trop bin quî l' aveût ponou, quî l' aveût cové.

(magnée. Baîtrî. 186S)

 

VARIANTE  TATÎ

Asteûre, dji vou qu' on qwîre ine bèle èt bone sièrvante,

Nin d'avâr cial, savez, dji vou ine mon savante,

Qui n' sépe nin qui l' vèssa, qui l' pouna.

(REMOUCHAMPS. Tâtî l' pèrikî. II, Sc. 1re. 1880)

 

beaUraing

Èt s' on vèt dès monsieûs, on vut todi sawè,

Quî què lès-a ponu, quî què lès-a covè.

(VERMER. Li jézwite èt l' payisan. 1867)

 

2742 

saveûr

Qui sâreut todi tot, ni pièdreût jamây rin.

 

litt.  Celui qui saurait toujours tout, ne perdrait jamais rien.

Se dit aux personnes qui donnent des conseils rétrospectifs, qui se vantent d'avoir prévu les événements.

Cf. Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait !

 

Tonton  S' i v' m' avîz bouté... in ?

Tâtî  S' on saveût todi tot, on n' pièdreût jamây rin.

(REMOUCHAMPS. Tâtî l' Pèrikî. III, sc. 20. 1883)

 

var. NIVELLES  Si on savout toudi tout, i n' ariverout jamaîs rîn.

 

2743

saveûr

Èco n' sét-on !

 

litt. Encore ne sait-on !

Il n'y a rien d'impossible. — C'est le secret des Dieux.

 

In-ome come mi pout diveni borguimêsse : Èco n' sét-on !

(Alcide Pryor. Police èt cabarèt. 1801)

 

2744

saveûr

I 'nnè vout savu ottant qu' Wâtî d' Atin.

 

litt. Il veut en savoir autant que Gauthier d'Athin.

C'est un présomptueux, un vantard.

« Les mineurs, surtout ceux de Montegnée et d'Ans, disent d'un homme qui prétend tout savoir et connaître le sous-sol mieux que les outres : I 'nnè vont savu ottant qu' Wâtî d' Atin. — On sait que Wathieu d'Athin, le conspirateur, était un riche propriétaire de houillères, qui exploitait lui-même et avait la réputation d'être un excellent ingénieur, ou plutôt, comme on disait à cette époque, un excellent géomètre. »

(St. Bormans. Voc. des termes de houillerie. 1883)

 

var. NAMUR  Quîi prétind tot sawè prouve qu' i n' sét rin.

 

2745

saveûr

On sét sovint tot po l's-ôtes èt rin por lu.  (STAVELOT)

 

litt. On sait souvent tout pour les autres et rien pour soi.

Se dit des personnes qui s'occupent des affaires des autres et négLîdjent les leurs.

 

2746

sèyê

SEAU

C' èst voleûr mète on sèyaî divins 'ne botèye.

 

litt. C'est vouloir mettre un seau (d'eau) dans une bouteille.

Tenter l'impossible. — Exiger de l'intelLîdjence de quelqu'un plus qu'elle ne peut donner.

Selon une ancienne tradition, St-Augustin, méditant sur le mystère de la Trinité, vit, sur la plage, un enfant qui, après avoir fait un trou dans le sable, puisait de l'eau dans la mer pour le remplir. — Que fais-tu là ? demanda l'évêque d'Hippone. — Je veux mettre la mer dans ce trou, et j'y parviendrai avant que tu te sois rendu compte de la nature de Dieu.

 

2747

sètcherèsse

SÉCHERESSE

Sètcherèsse n' a jamaîs minè tchîrèsse.  (Marche)

 

litt. Sécheresse n'a jamais amené cherté.

Les céréales sont moins abondantes dans les années pluvieuses que dans les années de sécheresse.

Sèche année n'est affamée.

(Recueil de Gruther. 1610)

 

maRche dascole.

Djâke, vos v' plindez fwart, èt v' savez qui sètcherèsse,

D' après on vî spot, n' a jamais minè tchîrèsse.

(Alexandre. Li pèchon d' avri. I, sc. 2. 1858)

 

2748 

scrèt

SECRET

Savu li scrèt Mawèt.

 

litt. Savoir le secret Mawet. (Personnage fantastique et indiscret)

Savoir ce qui est su de tout le monde. (littré)

Pr. fr. — C'est le secret de Politchinelle.

 

Dès scrèts Mawèt,

Qui nouk ni sét èt qu' tot l' monde sârè.

(Forir. Dict.)

 

L' an d' après, ci fourît ôte tchwè,

I pinsa d' atraper ôtemint li scrèt Mawèt.

(bailLeux. Li bon Diu èt l' cinsî. Fâve. 1856)

 

DjÈRÂ

... Â ! cial, tot l' monde sârè,

Çou qui vos volez catchî, vosse pitit scrèt Mawèt.

(remouchamps. Lès-amoûrs da Djèrâ. I, sc 19. 1875)

 

MÈNCHEÛ

Volà li scrèt Mawèt, qui pèrson.ne ni k'nohe èt qui tot l' monde sârè.

(T. Brahy. A quî l' fâte ? Sc. 25. 1882)

 

2749 

sègneûr

SEIGNEUR

On n' kinohe lès sègneûrs qu' à leûs dèpenses.

 

litt. On ne connaît les seigneurs qu'à leurs dépenses.

Il y a une façon de dépenser qui décèle le grand seigneur. — Quand on se targue de noblesse, il faut savoir soutenir son rang.

 

var. JODOIGNE C' è-st-à l' boûsse qu' on r'conèt lès maîsses.

 

2750

sègneûr

C' è-st-on mâ d' sègneûr, i n' monterè nin pus hôt.

 

litt. C'est un mal (une maladie) de seigneur, il ne montera pas plus haut.

Se dit, par plaisanterie, à la personne qui se plaint d'un mal de tête.

 

NIVELLES  C' è-st-in mau d' sègneûr, i n' montera ni pus hôt.

 

2751

SEL

Mète si grin d' sé.

 

litt. Mettre son grain de sel.

Faire son observation.

Ne se mêler d'une conversation que pour y placer quelques mots piquants. Cité par Forir. Dict.

 

I fât qu' i mète si grin d' sé d'vins tot.

(Remacle. Diction. 1839)

 

Volà 'ne quarèle vinowe, on tropaî rasson.né,

Po hoûter çou qu' on d'héve, èt î mète si grin d' sé.

(Ant. Remacle. Conte. 1889)

 

Titine

Divins tot, vos l'vèyez v'ni mète si p'tit grin d' sé.

(Toussaint. Djan'nèsse. I, sc. lre. 1890)

 

MALMEDY  Mète su pot d' sé.

 

MARCHE   Djâke

Mès sognes m'ont ritenou, ca dj' éve bin pinsè,

D' aler au pus abèye, î mète mi grin d' sè.

(Alexandre. Li pèchon d'avril. I. sc. 2. 1888)

 

NIVELLES   I faut toudi qu' i mète ès' grin d' sé. (...)

 

2752

Il è-st-ossi bon sins sé qu' sins salé.

 

litt. Il est aussi bon sans sel que sans (être) salé.

« Se dit des personnes qui s'expriment étourdiment, qui ne savent ménager leurs termes et de celles qui achètent au hasard. » (remacle. Dict.)

Cf. Confondre autour avec alentour.

Pr. fr. — Autant de frais que de salé, monsieur de beurre.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par Forir. Dict.

 

NIVELLES   Austant sins sé qu' sans salé.

 

2753 

sèle

SELLE

C' è-st-ine sèle à tot tch'vâ.

 

litt. C'est une selle à tout cheval.

Lieux communs,  banalités, compliments vagues,  remède qu' on applique à toutes sortes de maladies. (littre)

Pr. fr. — Une selle à tous chevaux.

 

Cisse fèye, dji dîrè qu' cisse fontin.ne,

Sèrè on r'méde miton mitin.ne,

Ou, come on dit, 'ne sèle à tot tch'vâ,

Pusqu' ele riwèrihe tos lès mâs.

(DE RYCKMANN. Lès-aîwes di Tongue. 1730)  (...)

 

2754 

samin.ne

SEMAINE

Li samin.ne âs treûs djûdis.

 

litt. La semaine aux trois jeudis.

Jamais. (ACAD.) — Trois jours après jamais.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

Pr. fr. — La semaine des trois jeudis.

Cité par Forir. Dict.

 

variante 

Colas

Èt ç' sèrè co pus târd qui l' meûs âs saze djûdis,

Qu' è cisse mâdèye mohone, on m' veûrè co riveni.

(Delchef. Li galant dè l' sièrvante. II. sc. lre. 1858)

 

FRANÇWÈS  Qwand nos marians-gne ?

MAYON  L' samin.ne âs treûs djûdis.

(DEMOULIN. Dji vou, dji n' pou. I, sc. 8. 1858)

 

BAÎTA

Po v's-in.mer, èle ratind 1' samin.ne âs treûs djûdis,

Li djoû qu' lès tchèts s' lèyet magnî pa lès soris.

(Th. Collette. Ine vindjince. II, sc. 6. 1878)

 

NAMUR  Avou lès lètes di consèy, nos-aurans nosse distribucion d' aîwe à l' samwin.ne aus très djudis

(Mârmite, gazète. 1890)

 

VERVIERS 

Li djustice èst bin trop londjin.ne,

Lès-eûres, por lèye, sont dès samin.nes,

Èt dès samin.nes aus treûs djûdis.

(POULET. Li péssonî. 1860)

 

VARIANTE   On l' frè à l' Sint-Seûhi, qwand on tond lès vaîs.

 

Rouchi   J' té l' promèt pou l' jour Sint-Soyon, quand on tondra lès viaus.

(HÉCART. Dict.)

orig. V. Quitard. Dict., p. 479.

 

Ces proverbes ont rapport à une chose qui n'arrivera jamais ; à Nivelles, il y a un proverbe analogue pour une chose qui n'a jamais eu lieu, c'est : L' an mil huit cents toubak, l' anéye qu' il a tant tcheû dès pipes.

 

2755

pwin

Long come one samwin.ne sins pwin.  (namur)

 

litt. Long comme une semaine sans pain.

Excessivement long.

Le temps paraît très long à celui qui jeûne.

Fort long, fort ennuyeux. (a.cad)

Pr. fr. — Long comme un jour sans pain.

 

variante   Ci sièrmon-à è-st-ossi long qu' on djoû sins pan.

(FORIR. Dict.)

 

VAR. JODOIGNE  Long come one samin.ne sins fièsse.

 

NIVELLES   Li Rwè

Dèspu qu' èlle è-st-invoye, èl temps m' chène pus long qu'e èe sèmin.ne sans pin.

(WlLLAME. Èl roûse dè Sinte-Èrnèle. III, sc. 1. 1889)

 

Comparaison catalane roussillonnaise :

L'Iarch com un dia sensé pa.

(Revue des langues romanes. 18(...)1)

 

2756

simèle

SEMELLE

I mouyereut sès s'mèles, po-z-èpwèrter vos cindes.

 

litt. Il mouillerait ses semelles, pour emporter vos cendres. Il est avide à l'excès ; c'est un grippe-sous.

 

2757

simince

SEMENCE

Dimorer à s' mince.

 

litt.  Rester, demeurer à semence.

Rester sans occasion de se marier; coiffer sainte-Catherine (s'applique aux filles).

 

NAMUR  Tènoz, si dji v'l'eûve do mau à one bauchèle, djè lî' sowaîtereûve di d'morer à s'mince.

(La Marmite, gazète. 1890)

 

NAMUR  Po ç' côp-là, djè l' veu, i m' faut d'mèrer à s'mince come one vîye pèruke.

(J. Colson. Plinte d' on vî djon.ne ome à mârier. Ch. 1862)

 

var. MONS  Èle dèmeûre avè s' froumadje.

 

2758

sèmer

SEMER

L' ci qui sème rascôye.

 

litt. Celui qui sème recueille.

Il faut travailler pour avoir droit à un salaire, à une récompense. (LlTTRÉ)

Pr. fr. — Il faut semer pour recueillir.

Car cil rekeut qui plus semme.

(Roman de Mahomet. XIIIe siècle)

 

Li spot dit : l' ci qui sème rascôye,

Nouk pus' qui lu n' l' a mây èployî,

Ca c' èst tot sèmant qu' l' è-st-èvôye,

Maîs sins-avu rin rascoyî.

(SALME. Li vise di m' pére. Ch. 186 )

 

var. MONS  On-a l' grin qu' on sème.

On est récompensé selon ses œuvres.

 

2759 

sins

SENS

Èl bon sins l' veut, dit Camu. (mons)

 

litt. Le bon sens le veut, dit Camu.

Camu, particulier habitant de Mons, il y a plusieurs années, qui avait coutume de ratifier une chose en disant : Èl bon sins l' veut. De là est venu le dicton usité à Mons.

(LETELLIER. Arm. dé Mont. Vocab. 1867)

 

 

08:53 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Spots (Dejardin) : sûte: 2760-2779

2760

sins

Il è-st-â cwèr di sès cink sins.

 

litt. Il est à bout de ses cinq sens.

N'avoir plus de ressources, ne savoir plus à qui avoir recours.

Pr. fr. — Ne savoir à quel saint se vouer. — Etre à cul.

 

C' è-st-in-ome dreût, bin faît, come mi,

À quî i n' manke qu' on pô d' èsprit ;

I n-a-t-assez âtou dè l' tièsse,

Qui coûrt foû d' sès spales èt d' sès brès',

Come i m' arive min.me bin sovint

Qwand dj' so â cwèr di mès cink sins.

(THYMUS. Paskèye faîte po l' jubilé d' dom Bernard-Godin, abé. 1764)

 

MALMEDY  Èsse â coron d' sès cink sins.

 

Basse-Allemagne  Er is so ebensinnig.

(hamb., pour : Er hat 7 Sinne, 2 zuviel.)

 

2761

sins

Il a on sins d' trop' : onk po brouhî l's-ontes.

(JODOIGNE)

 

litt. Il a un sens de trop : un pour brouiller les autres.

C'est un esprit mal équilibré.

 

2762 

déroyî

SÉPARER

Ç' qu' on roye, èl bon Dieu déroye. (MONS)

 

litt. Ce qu' on sépare, le bon Dieu le rapproche.

Les desseins des hommes ne réussissent qu'autant qu' il plaît à Dieu. — Souvent nos entreprises tournent d'une manière opposée à nos vues et à nos espérances. (ACAD.)

Pr. fr. — L'homme propose et Dieu dispose.

 

MONS  Èn' fay nié d' trop biaus projèts pou l' avenîr, pace qué quand on roye, èl bon Dieu déroye.

(MOUTRIEUX. Dès nouviaus contes dé kiés. 1830)

 

rûie, roye, rouchi, ligne, marque de séparation. Le sens littéral du proverbe serait : Ce que l'homme sépare par une ligne de démarcation, Dieu le réunit.

 

2763 

sèt'

SEPT

Sèt' ni pout piède.

 

litt. Sept ne peut perdre.

Le nombre sept était en quelque sorte sacré chez les Juifs et jouit encore maintenant d'une grande influence dans les dogmes et les cérémonies du christianisme.

(Cette locution s'emploie principalement au jeu de quilles, lorsqu' on abat sept quilles d'un coup de boulet, et au jeu de piquet lorsqu'on a un point de sept cartes.

 

2764 

clômantche

SERPETTE

C' è-st-on drole di clômantche.

 

litt. C'est une singulière serpette.

C'est un original, il a d'étranges manières d'agir. — C'est un drôle de pistolet.

 

2765

mèkène

SERVANTE

Chez lès curés èt lès vieux garcheons, lès mèkènes î ont l' audivi.  (tournai)

 

litt.  Chez les curés et les vieux garçons, les servantes ont l'autorité.

Ces deux catégories de célibataires laissent souvent conduire le ménage par leurs servantes, qui en usent, et même en abusent.

 

2766

sièrvi

SERVIR

I vât mî sièrvi qu' d' aler briber.

 

litt. Il vaut mieux servir que d'aller mendier.

Plaisanterie en usage dans les jeux de cartes, où il n'est pas permis de renoncer.

 

2767 

huflèt

SIFFLET

Avu l' huflèt côpé.

 

litt. Avoir le sifflet coupé.

Etre à quia. — Ne savoir plus que dire. — Avoir le caquet rabattu.

 

Vosse huflèt fout côpé, vos n' avîz pus dè l' djôye.

(THIRY. Ine cope di grandiveûs. 1860)

 

TOURNAI   Coper l' chifleot.

 

2768

signateûre

SIGNATURE

 fâsse signateûre, fâsse manôye.

 

litt.  A fausse signature, fausse monnaie.

Un trompeur mérite de trouver, ou trouve un trompeur plus fin que lui. (ACAD.)

Pr. fr. — A trompeur, trompeur et demi.

 

2769 

sine

SIGNE

Ni fé ni sène ni mène.

 

litt. Ne faire ni signe, ni mine.

Ne pas donner signe de vie, ne pas prendre part à une conversation, rester indifférent à ce qui vous entoure.

 

Èt volà nos glawènes

Qu' ont l' front d' aler griper so l' narène di leû rwè,

Lu, bonome, lès laît fé, sins fé ni sène ni mène.

(BAILLEUX. Lès rin.nes qui d'mandèt on rwè. Fâve. 1851)

 

I n' fat pus ni sène ni mène. (Il mourut)  (FORIR. Dict.)

 

À l' fin, come li blèssî ni féve ni sène ni mène, li crèn'kinî s' èhardiha putchote à migote.

(MAGNÉE. Li crèn'kinî dè prince abé di Stâveleû. 1867)

 

Après m' avu splinki, n' fant pu ni sène ni mène,

I m' djètî po l'fmièsse, dji touma so l' ansène.

(T. Brahy. Mès treûs manèdjes. 1882)

 

VERVIERS ... Lu vî pére da Tatène,

S' î tchôkîve bin avou, mais n' féve ni sène ni mène.

(Poulet, Li foyan ètèré. 1860)

 

JALHAY     MATÎ

Do timps qu' one saquî,

Su tint bin drèssî ;

Sins fé ni sène ni mène,

Come on bon flankeûr,

Qu' è-st-on-ome du keûr,

Qu' on-z-èclîve è l' Ârdène.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 4. 4861)

 

MARCHE    galopin

Baquatro qui s' pormine avou tote leû cuhène,

Li rapaujetèye en lî d'hant : n' faî ni sène ni mène.

(alexandre. Li pèchon d' avri. V. sc. 16. 1858)

 

NIVELLES

I n' faît pus signe ni mine, i n' a pupont d' halène,

Ès' pouce èst sins mouvemint.....

Combin qu' ça m' faît dè l' pène.

(RENARD. Lès-avent. dè Djan d' Nivèle. Ch. II. 1857)

 

2770

mârticot

SINGE

On n' aprind nin âs vis mârticots à fé dès mowes.

 

litt. On n'apprend pas aux vieux singes à faire des grimaces. On n'envoie pas les barbons à l'école. — Quand on a pris son pli, on le garde. — Experto crede Roberto.

Pr. fr. — Grosjean ne doit pas en remontrer à son seigneur. Enseigner à un poisson comme il faut nager.

(Pore jean-marie. Le diveri. des sage». 1665)

Il veut montrer à son père à faire des enfants.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

matias'  Vos vôrez tot rade aprinde à on vî mârticot à fé dès mowes.

(SALME. Lès rabrouhes. Sc. 9. 1882)

 

VARIANTE     MONSEÜR

... D'hez, èst-ce qu' on trompe,

Qwand on-èst si près dè l' tombe ?

BAÎTA

On vi mârtico

Sét fé pus d' ine grimace.

(Th. collette. Ine vindjince. III, sc. 4. 1878)

 

VERVIERS    

Voleûr apraîde à fé dès hègnes.

 vî maurtikèt, faut èsse lwègne.

On coûrt dandjî du s' fé r'baurer,

Qwand â pus maîsse, on vout r'mostrer.

(Poulet. Li djoweû d' toûr èt maurtikèt. 1872)

 

NAMUR    I n' faut nin aprinde à on vî sindje à fé dès grimaces.

 

CHARLEROI  

Is pinsèt qu' dè s' mèfyî, il èst toudi pus sâje,

Quand on vout ièsse sûr dé 'ne saqwè,

Què ç' n' èst né à lès vîs sindjes, ôte pauy come à l'vlle basse, Qu' on-z-aprind à fé dès grimaces.

(Bernus. L' tchat èyèt l' vî rat. Fauve. 1873)

 

2771 

sinje

Ch' èst jour deu fîète,

Lès sinjes seont à l' fèrniète. (tournai)

 

litt.   C'est jour de fête,

Les singes sont à la fenêtre.

Dit-on de ceux qui n' ont pas de plus grand plaisir que de se tenir à la fenêtre.

 

var. NIVELLES I va fé bia, lès marmots sont à l' fèrnièsse.

 

 

 

SOBRIQUETS, SURNOMS, BLASONS

 

Nous avons réuni, sous ce mot, divers sobriquets populaires ou historiques, devenus proverbiaux au pays wallon.

 

2772

Ârdène

Ardenne(s)

Lès-Âgneûs

 

Litt. Les âniers.

Jeu de mots qui fait penser aux messagers des Ardennes, voyageant en compagnie d'un grison porteur de deux paniers.

 

Toumas

È bin ! vos polez bin roter so mon Bougnèt,

Ca vos-avez co l' aîr pus bouhale qui Tchantchès.

Tchantchès

I m' prind don po 'n-Âgneûs.

(PECLERS. L' ovrèdje da Tchantchès. Sc. 15. 1872)

 

Èle vinéve d' â viyèdje ; c' è-st-eune di cès-Âgneûses,

Qui v'nèt cial po sièrvi, télemint qu' èles sont pouyeûses.

(Hoven. Li boûkète èmacraléye. Sc. 7. 1872)

 

È l' iviér, totes lès sort di djublî dès-Âgneûs,

Qui n' passèt pus leû timps qu' à eûre èt fé 1' brakeneû.

(Delarge. Lès poyetrèsses. 1873)

 

tatî.

... Èle m' îreut à l' îdèye,

Surtout qui lès-Âgneûses ni sont nin trop sûtèyes.

(REMOUCHAMPS. Tâtî l' pèrikî. II, sc. 6  1885)

 

2773 

Ât'

ath

Lès sots d' Ât'

 

litt. Les sots d'Ath.

 

MONS

In cominchant l' Armonak, èl djoûr du nouvèl an, nos-a faît r'ssouveni d' ène malice qu' in certin sot d' Mont a 'ne fwas invinté ç' djoûr-là, pau avwar ène bone dringuèye : nos n' voulons nié ici dîire què lès djins d' Mont, c' èst dès sot : nos s' foutrions du pwing dins l' nez, come on dit ; sans parler qu' lés ceûs d' Ât' sèriont capâbes d' ète djalous, au rapôrt qu' on-a toudi dit : « lès sots d' Ât' », margré qu' cès sots-là n' étiont nié pus bête què d' aucun sâje pou ça, savez ; què du con­traîre, il en r'vindriont quèlquè fwas à lès ceûs qui pinsiont bé dé l's-infiler tout vîvant.

(Letellier. Souvenance du temps passé. Armonake dé Mont. 1850)

 

2774 

Bornivau

Bornival   (canton  de Nivelles).  

Lès fous d' Bournivau

Les blancs bâtons de Bournivau.

 

Les habitants de ce village ont la réputation de ne pas être sains d'esprit, ce qui leur a valu le sobriquet de « fous de Bornivau, blancs bâtons de Bornivau ». Cette qualification se rattache sans doute à une tradition d'après laquelle le seigneur et le curé du lieu seraient devenus fous en même temps ; le curé fut chassé de l'église par ses paroissiens, et le seigneur alla se pendre dans le bois de Nivelles.

(Wauters et J. Tarlier. Géographie et histoire des communes belges. 1860)

 

2775 

Tchèkion

chatillon 

Lès ramounîs d' Tchèkion.

 

litt. Les fabricants de balais de Châtillon.

Ce sobriquet indique la profession principale dans la localité : fabricants de ramon ou balais. Ceux-ci se font en ramilles de bouleau ou de hêtre.

(M. François. Inst. comm. à Willancourt)

 

2776 

Dinant

Dinant

Lès copéres.

 

« En 1466, dans le fameux sac de Dinant par Charles-le-Téméraire, qui était alors le comte de Charolais, et quand ce cruel vainqueur, ou plutôt son père, !e bon Philippe-le-Bon, fit lier 800 Dinantais, deux à deux, dos contre dos, pour les précipiter dans la Meuse, le bourreau qui procédait à l'exécution de ce drame, disait à chaque couple de victimes qu' il envoyait à l'eau : Encore une paire, ou plutôt en patois : Èco 'ne paîre, d'où par contraction, ellipse et corruption : copaire.

« Pour moi, j'abandonne cette étymologie à l'érudition des marmitons de collège.

« La batterie en cuivre était autrefois une industrie très florissante à Dinant, et qui, même de nos jours, occupe encore un certain nombre d'ouvriers dans plusieurs usines des environs. Les produits de ce travail s'appelaient Dinanderies, au témoignage de Philippe de Commines, notre grand historien wallon. Dès le XIIIe siècle, on ne voulait, par toute l'Europe, que le cuivre de Dinant, et les Anglais surtout en faisaient grand usage. Ils donnèrent aux Dinantais le titre d'ouvriers en cuivre par excellence, en anglais copers, et voilà nos copères.

« Les copères de Dinant sont, en général, des hommes fort intellidjents et qui font parfaitement leurs affaires; ce qui ne les a pas empêchés de faire parfois de grandes sottises, ce qui ne les empêche pas non plus de lâcher par-ci par-là de petites balourdises : ce sont leurs coperies.

«...................

« Je crois, moi, tout bonnement, qu'à la vue de toutes étourderies que l'histoire ou le mauvais voisinage imputent aux bons Dinantais, lesquels s'en moquent comme d'une bombe de la veille, quelqu'un s'est écrié jadis : Voilà de fiers compères ! ou mieux encore en patois (sic): Volà des fiérs copéres ? D'où les copères, d'où les coperies. »

(Voyages et aventures de M. Alfred Nicolas au royaume de Belgique. Tome II, p. 74 et seq. 1835)

Voici des Dinantais la brillante jeunesse, Rochefort est absent, Cartier de Porcheresse Guide et presse leurs pas. Fière de se montrer, D'attirer les regards, de se faire admirer, La troupe des copers, en pompeûse parure, l'ait faire à ses criquets des sauts outre mesure.

(Du Vivier. Cinéide. Ch. VI)

Nous trouvons dans Le livre des proverbes français de M. le Roux de lincy :

« Dinant. Coivre de Binant. Cuivre de Dînant, i

(Dict. de l'Apostoile. XIIIe siècle)

« Dinant, ville importante de l'ancienne province de Bre­tagne, dans le département des Côtes-du-Nord. »

N'y a-t-il pas lieu de relever ici cette erreur, et ne devons-nous pas rendre au Dinant belge une réputation acquise depuis tant de siècles ?

 

Ô Dinant ! poûve Dinanl ! Què lès timps sont candjîs,

Vosse citadèle èst prîje èt vos murs sont d'brijîs.

Ô d'brije èyèt o brûle tout, èt tout ç' qui vike, o l' tûwe.

C' è-st-à flot, qu' o vwat l' sang qui roule dèdins chake rûwe.

V'là qu' lès barbâres crîyenèt què ça dure trop longtimps,

Qu' i faut bouter pus rade à fé pèri lès djins.

Adon o lès-apougne, èyèt o lès jète à l' Moùse.

C' èst pa cints èt pa cints, què dins l' eûwe o lès poûsse.

I  n' faut ni pinser d' vîr nadjîi lès maleûreûs !

Lès Bourguignons sondjenèt d' lès louyî deûs à deûs.

Quand chake coupe èst lancéye, is crîyenèt :

V'là co 'ne paîre,

(Èl mot d' copére vint d'là, d'après ç' què d'sèt m' grand-mére)

(Renard. Lès-avent. dè Djan d' Nivèle. Ch. VII, 3" éd. 1890)

 

2777

Flamind

Flamand  (NDLR vision raciste de l'époque)

Lès Flaminds dès gades

 

litt. Les Flamands de chèvre.

Terme injurieux, renfermant un jeu de mots. En flamand, gat signifie aussi ce qu'un vaudeville appelle l'endroit où le dos change de nom.

 

La bèle ! alons on pô tot doûs,

Frîz-ve bin mî, si v's-èstîz è m' plèce,

Sârîz-ve bin l' flamimd so qwinze djoûs ?

— Qwè, l' flamind d' gade, c' èst d'zeûr vos fwèces.

(Thiry. On cwèrbâ franc lîdjwès. 186(...))

 

hinri et matÎ (alant sor lu).

Qui di-se, Flamind d' gade ?

(T. Brahy. Li boukèe. I, sc. 7. -1878)

 

Yan's  Mossieû, dji n' so nin payî po djèter lès djins à l' ouh, mi.

BOLAND È bin! si vos n' l' î mètez nin, dji v's-î taperè, mi, Flamind d' gade; alez ramasser vos cliks èt vos claks.

(Salme, Lès deûs bètchetâs. Sc. 25. 1879)

 

2778

Flamind

Flamand  (NDLR vision raciste de l'époque)

C' è-st-ine qwârêye tièsse.

 

litt. C'est une tête carrée.

C'est un Flamand, un Hollandais, un Allemand. C'est un homme d'un jugement solide, mais peu avenant. — C'est un formaliste. — C'est un entêté. Cité par Forir. Dict.

 

So ç' trèvin-là, les qwârêyès tièsse dèclarît l' guère à l' France.

(DD. Salme. Colas Moyou. Ch. 1874)

 

Mordant     Way, quî vocial.

Castin        Qui l' diâle èpwète li qwârêye tièsse.

(T. Brahy. Li boukèt. II, sc. 4. 1878)

 

Nos-alîz vèyî l' côp d' faleûr hanter pâr djèsse,

Èt dè sposer nos feumes come des qwârêyès tièsses.

(Peclers. Li cinkantin.ne d' on patriyote. 1880)

 

2779 

Flamind

Flamand (NDLR vision raciste de l'époque)

Flayûte. (Mons )

 

« Personne qui s'explique mal, qu'on comprend difficilement. Voici la chanson qu'on adresse aux Flamands (se prend « toujours en mauvaise part). »

 

Va-t-in, foutu flayûte,

Va-t-in vîr à quî vinde tès flûtes.

Mi, dji n' mèt dèssus mès dwats,

Que dè l' hièrbe què djè conwa.

(SIGART. Dict. du wallon de Mons. 1866)

 

NIVELLES 

Djè m' èsplike in deûs most ; djè n' su nin pou l' dispute,

Seûlemint, dj' counè 'ne saquî qui s' mousse in pô flayûte.

C' è-st-in-ome, èt ni bièsse, èt min.me in bon garçon,

Mins qui n' vut qu' du Flamind èt nule part du Walon.

(RENARD. Lès-avent. dè Djan d' Nivèle, Ch. V, 3e éd. 1890)

 

Lille

Ut', ré, mi, fa, sol, la, si, ut',

Tous lès Flaminds sont dès flahutes.

(L. Vermesse. Dict. 1867)

 

08:52 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/04/2017

Spots (Dejardin) : sûte: 2780-2799

2780 

Frantchimont

FRANCHIMONT

Lès vérts vantrins.

 

litt. Les tabliers verts.

Les troupes franchimontoises portaient un uniforme vert et blanc, couleurs du marquisat ; communément on les désignait sous le nom de vérts vantrins.

« Le légat Onufrius, dans son rapport sur la destruction de la cité de Liège par Charles-le-Téméraire, en 1468, nous apprend que les montagnards de Franehimont, qui étaient l'élite des forces liégeoises, étaient appelés d'ordinaire, les compagnons des vertes tentes. Vraisemblablement leur costume, ou du moins la couleur, n'avait pas varié depuis trois siècles.

(A. BODY. Chansons patriotiques. Glanes)

 

SPA

L'histwère nos dit qu' dè timps passé,

Lès lîdjwès s' ont révolté.

C' èsteût dès Chirous, dès Grignous,

Lès vérts vantrins, mêlés avou.

(Paskèye. 1787. Ch. patriotiques. Rec. BODY)

 

SPA

Maîs c' èst bin ôte tchwè,

Lès Franchimontwès

Is sorpassèt, su dju n' mu trompe nin,

Po l' djoû d' hoûy, lès vérts vantrins.

(Li sîdje di Frantchimont. Ch. patriotiques. 1790. Rec. BODY)

 

2781 

Li Glègn

GLAIN

Halbôssâs

 

On sait qu' on donne encore aux habitants de Glain l'épithète de halbôssâs, équivalente de câlins, mètchants, moûdreûs.

Dans des temps reculés, il y eut, paraît-il, une génération de glaintois de mœurs sanguinaires et barbares ; de là cette épithète de halbôssâ qui fut, peut-être, le nom de l'un d'entre eux.

Ces halbôssâs, d'humeur querelleuse, descendaient souvent le faubourg semant partout la terreur.

(Em. Djèrârd. Le faubourg Sainte-Marguerite. B. t. XI, 2e se)

 

2782 

Gôzéye

GOZÉE

Lès boûtîs

 

litt. Les bouviers.

Le jour des élections communales, on réunissait tous les bœufs de la localité dans une prairie, où se trouvaient les candidais. Celui d'entre ceux-ci qui était le premier flairé par un bœuf, était proclamé bourgmestre. De là, le sobriquet de Boûtîs (les bouviers).

(A. Harou. Blason populaire. 1891)

 

2783

Hêve

HERVE

Lès Hêvurlins.

 

litt. Les Herviens.

Ce nom est donné indistinctement aux habitants et aux fromages de cette ville.

 

Ah ! qui dji m' rafèye,

D' èsse bin lon dè l' vèye.

Po diveni d'min Hêvurlin,

Dji donreû dès skèlins.

(Alcide PRYOR. On voyèdje à Vèrvî. 1883)

 

VERVIERS

Dju so d' Hêve, èt dju r'vé d' Hêve,

Dju so l' fis d' on Hêvurlé,

Ossu v' vèyez bin à m' djaîve

Quu dju n' so ni gueûs ni tché.

(M. PIRE. Lu djoweû d' oû. Ch. 1874)

 

2784

Hu

HUY

Rondia, Pontia, Bassinia.

 

Les trois merveilles de Huy. La rôse (fenêtre) de la Collé­giale, le pont sur la Meuse, le bassin en pierre, aux Croisiers (d'autres disent : la fontaine sur la place).

Venez donc à notre aide, ou bien comptez sur table, Que Pontia, Bassinia, Rondia, tout est au diable.

(DU VIVIER. Cinéide. Ch. VI)

Les mots que les Français terminent en eau et les Liégeois en ê (couteau, chapeau, coûtê, tchapê), prennent, à Huy, la désinence ia (coutia, chapia); de là, par plaisanterie, cette finale donnée exceptionnellement à des vocables qui ne le réclament pas.

 

2785

Djodogne

JODOIGNE

Lès mèdauds d' Djodogne.

 

litt. Les médards de Jodoigne

Sobriquet donné par les Wavriens. Il fait allusion au patron de Jodoigne, saint Médard, qui est en même temps le patron des fous ; cela équivaut donc à : les fous, ou les toqués de Jodoigne.

 

2786

Lîdje

LIEGE

Tièsses di hoye.

 

litt. Tête de houille.

Allusion à la fermeté et à la fougue des Liégeois, résistants comme le charbon de terre et tout aussi prompts à s'enflammer.

V. Ferd. Henaux. La houillerie du pays de Liège. Liège, Desoer, 1861, in-8°, p. 29.

Cité par FORIR. Dict.

 

LÎNA

Dji lî frè vèy, sins fé tant d' brût,

Qu' ine tièsse di hoye èst bone por lu.

(FABRY. Li Lîdjwès ègadjî. II, sc. 2. 1781)

 

Cial, i présinte dès bais rotchèts ;

A cès-là, dès findous bonèts ;

 friyand, di qwè fé gogoye ;

Dès côps d' baston âs tièsses di hoye.

(HANSON. Li Hinriâde travèstèye. Ch. IV. 1780)

 

L' union faît l' fièsse, volà li spot,

Qui Tîhon, Walon nos lôye tot ;

Lès tièsses di hoye, lès mâheûlés,

 dandjî, divenèt come dès frés.

(Curé DUVIVIER. Li rwè Léyopôld à Lîdje. 1886)

 

A Lîdje, on n' èst nin fâs, on-z-in.me à dîre li vraîy,

N's-avans dès tièsses di hoye, maîs nos-avans bon coûr.

(J. LAMAYE. Adresse au Roi. 1886)

 

2787

Lîdje

LIEGE

Chirous  -- Grignous.

 

Ces sobriquets devinrent les noms des deux factions qui désolaient la cité.

 

DJÈRÂ

Nos-avans cial dès k'méres,

Pés qu' dès vipéreq.

Sont dès Chirous,

Sont dès Grignous,

Qui s' kibatèt à v' fé pawou.

(CE HARLEZ, DE CARTIER, etc. Li voyèdje di Tchaudfontin.ne, I, sc. 3. 1787)

 

ORIGINE  Dans le mois de juin 1633, trois cents jeunes gens des plus riches familles, s'organisèrent en compagnie militaire. Ils se mirent au service du prince pour défendre la foi catho­lique. Ils portaient un pourpoint étroit et des culottes flottantes, de couleur sombre, qu' ils relevaient par une gorgerette blanche et des chausses blanches.

Un jour qu' ils assistaient sur le marché à la décapitation d'un hérétique, un plaisant les appela Chiroux. Ce mot, qui dans l'idiome wallon désigne l'hirondelle de fenêtre, blanche sous le cou et sous le ventre, eut un rare succès.

Les Chiroux traitèrent les railleurs de Grignoux, c'est-à-dire de grognards, d'impies, de mutins.

(F. Henaux. Hist. du pays de Liège. 3e éd., t. II, p. 390)

Un contemporain, Foullon, fils de Chiroux, et Chiroux lui-même, rapporte que ce fut le costume bizarre de ces jeunes gens qui leur valut ce sobriquet : visus est similis Chiroutio, sic vulgo hirundinem apodem vocant, plumis brevia crura contectam. On appela aussitôt Chiroux tous les partisans du prince : transiit mox appellatio ad omnes principis fautores. (Historia Leodiensis compendium, p. 225)

(F. Renaux. Hist. du pays de Liège. 3e éd., t. II, p. 390, note)

 

Urbs autem in duas praecipue factiones dividebatur, Chiroutiorum ao Grignouiorum.

(Brachelius. Historianos tritemporis. 1652. T. I, 259)

 

2788

Lîdje

LIEGE

Magneûs d' dorêye, magneûs d' tripe.

 

litt. Mangeurs de tarte, mangeurs de boudin.

Deux noms bizarres indiquaient alors (vers 1678), les deux partis divisant Liège, les partisans du prince (Maximilien Henri de Bavière) s'appelèrent : mangeurs de tarte; les amis des franchises, : mangeurs de boudin.

(Eug. M.-O. Dognée. Liège, p. 118. 1881)

 

2789 

Lîdje

LIEGE

Tchiyâs è Moûse, hite è Moûse.

 

litt. Chieur dans la Meuse, foirard dans la Meuse.

Liège est à cheval sur la Meuse.

 

A tos lès Tchiyâs è Moûse.

(J. DEJARDIN, dédicace de: Li fleûr dès batelîs d' Moûse. Ch. 1830)

 

2790

Lîdje

LIEGE

Lès magneûs d' salâde.

 

litt. Les mangeurs de salade.

(Lès trinte cints-omes dè prince di Lîdje)

« Sous le règne de Joseph-Clément de Bavière, il éclata à Visé une sorte d'émeute à l'occasion d'un droit à payer au fisc. Cette émeute nécessita la présence d'un détachement militaire. A son arrivée, les magistrats de la ville demandèrent à l'officier commandant ce qu' il voulait que l'on donnât à sa troupe pour souper. De la salade, répondit-il. C'était un plat peu confortable (réconfortant?) pour des hommes envoyés en expédition, et qui venaient de faire trois fortes lieues; aussi exigèrent-ils que la ration fut proportionnée à leur faim, et celle-ci était grande. L'ordre étant rétabli dans la ville, les soldats du prince la quittèrent pour revenir à Liège, mais en sortant ils lurent poursuivis par des cris assourdissants de mangeurs de salade, nom qu' ils conservèrent depuis. »

(BOVY. Souvenirs d'un émigré. T. III)

 

2791

Lîdje

LIEGE

Lès canaris

 

litt. Les serins.

Régiment de la cité ; parce que, dans son uniforme, le jaune dominait.

De Méan écrivant à De Ghisels (mars 1793) s'exprimait ainsi, en faisant allusion à l'appui que les troupes du prince leur fournirait : « Il (Metternich) est très rassurant, et nous « pourrons faire nos Pâques avec toute la tranquillité et le « calme que cet auguste devoir exige, et je crois que moyennant « un petit concert exécuté à propos par nos 3000 canaris, nous « mettrons le sceau à l'oeuvre et jouirons de la plus parfaite a tranquillité. »

(BODY. Chansons patriotiques. Glanes)

 

2792

Lîdje

LIEGE

Lès rodjes habits.

 

litt. Les habits rouges.

Les sergents d'armes. Le rouge dominait dans leur uniforme.

 

SPA

Nos ènemis sont confondous,

Is strindèt tos l' quawe â cou.

Lès rodjes habits n' sont pus d' rahon,

Vîve lès-Èburons, vîve lès-Èburons!

(BODY. Chans. patriotiques. 1786. Recueil)

 

2793

Lîdje

LIEGE

Lès mangons d' l'  ârmêye.

 

litt. Les bouchers de l'armée.

Chasseurs de Rohan (1791), en raison des couleurs de leur uniforme; ils avaient la poitrine et les bras rouges.

(BOVY. Souvenirs d'un émigré. T. III)

 

2794 

Lîdje

LIEGE

Lès rodjes cous.

 

litt. Les culs rouges.

Régiment autrichien qui fut en cantonnement dans le pays de Liège, en 1792 et 1793, et qui portait la culotte rouge.

(BODY. Chans. patriotiques. Glanes)

 

2795

Lîdje

LIEGE

Lès sôdârts da nosse.

 

litt. Les soldats à nous.

La garde du prince.

(HOCK. La famille Mathot. 1872)

 

2796

Lîdje

LIEGE

Di d'là.

 

litt.  De ce côté là.

Les habitants de la rive gauche.

 

Totes lès mâlès linwes di d'là,

D'hèt qu' so quékes an.nêyes,

Nos l' avans r'monté dèdjà

 Ine treûzène di fèyes !

(F.-L.-P. Paskéye so l' noûve toûr di Sint-Foyin, 1842)

 

Maîsse Ddjirâ, l' pus djoyeûs compére,

Qui di d'là Moûse âye co vèyou,

È si-ovreû po roûvî l' misére,

Tchantéve sovint come on pièrdou.

(Ep. MARTIA. Li tâvelî dès récolètes. 1859)

 

2797

Lîdje

LIEGE

Djus d'là.

 

litt.  D'au delà (de la Meuse).

Les habitants du quartier d'Outre-Meuse (rive droite).

 

Avou l' hardiyèsse d' on Djus-d'là-Moûse,

A lu l' pompon po bin taper.

(G. CARMANNE. Li concours di powèsîyes di 1857)

 

HINRI

Alôrs djè l' pormina, pusqu' il èsteût si gây,

Tot-avâ Djus d'là Moûse ; maîis vos n' vis doterîz mây,

Qué monde qui nos sûva : Djus d'là Moûse èsteût foû.

(REMOUCHAMPS. Li savetî. II, sc. 6. 1858)

 

Hîr, i d'mandéve dès cens' po l' Pont d's-Âtches èt Djus d'là, Hoûy i pîhe po-z-avu li creûs dè colèra.

(Alcide PRYOR. On fameûs récipièw. 1866)

 

2798

Lîdje

 

LIEGE

Lîdje

 

Dans le « Livre des proverbes français, par M. Leroux de lLngy (Paris 1859) », on trouve, série VI (proverbes historiques — pays — peuple) le proverbe suivant :

Li gentil de Liège.

Les hommes aimables et polis de Liège,

Ce proverbe, si flatteur pour nous, ne peut-il pas servir d'explication aux vers suivants, extraits d'une paskèye faite en 1735, par un séminariste de Liège sur ses condisciples ?

 

I fât tot passer po l' tamis,

D'pôy li pus grand jusqu'au pus p'tit.

 

Après avoir dépeint les Ardennais, les Hesbignons, les Namurois, les Français, les Flamands, il dit :

 

Lès cis d' Maubeûje èt lès Lîdjwès

N' ont nin co dansé leû balèt.

Onk a dès rats, l' ôte dès makèts,

L' ôte on labeûr, l' ôte on huflèt.

Djudjî on pô, sins prévencion,

S' is n' sont nin l' bone union ;

C' èst po çoula qui 1' provèrbe dit,

Èt dji creû qu' i n' a nin minti,

Qu'  lès cis d' Maubeûje èt lès Lîdjwès,

Frint bin ine vraye musike di tchèt,

Èt po conclûre so sès-apôtes,

Is sont ossi sots onk qui l' ôte.

 

De l'amabilité du proverbe de M. Leroux de Lingy, à la gaieté un peu exagérée dont nous a gratifié le séminariste, il n'y a pas loin.

 

VARIANTE Dans notre pays, le travail était depuis longtemps considéré comme moyen de s'élever, de fonder un lignage, c'est pourquoi, dans le dialecte (sic) wallon, le mot gentil qui étymologiquement veut dire homme de race, de lignage, signifie en même temps laborieux; c'était l'inverse des autres pays, où la qualité de gentilhomme s'acquérait plutôt par l'oisiveté.

(Albin Body. Etude sur les noms de famille du pays de Liège. B., t. IV, 2e sér., 215, note)

 

2799

Lodelinsaut

LODELINSART

Lès vias du Sârt

 

litt. Les veaux de Lodelinsart.

D'après la légende, lorsqu' on devait nommer un bourgmestre, on attachait un veau dans une prairie. Les candidats devaient essayer de monter sur l'animal, et le premier qui y parvenait était nommé bourgmestre. Un jour le veau se délia et s'enfuit. Il fut, pour ce fait, nommé bourgmestre.

(A. Harou. La tradition)

 

VARIANTE Les gens de Lodelinsart sont appelés les veaux et l'on raconte à ce sujet l'histoire suivante : Un jour, pour choisir le maïeur, on décide de faire courir les candidats dans une prairie et de nommer celui qui arrivera le premier. Un veau qui paissait là s'effraya et en quelques bonds arrive au but avant tous les candidats.

(Questionnaire de folklore publié par la Société du Folklore wallon, Liège. 1890)

 

 

11:20 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Spots (Dejardin) : sûte: 2800-2819

2800

Mâmedi

MALMEDY

Cous d' sètch.

 

litt. Cul (fonds) de sac. Voyez le proverbe n° 914.

 

2801

Mont

MONS

Montwas cayau.

 

litt. Montois caillou.

 

Les habitants de Mons appellent ainsi les personnes nées à Mons de parents montois.

 

MONS Nos n' sarions nié dîre si les Fetis étiont des montois cayau... ça veut dire s'il avait longtemps qu' i d'meuriont à Mons.

(Armonake dé Mont. Avèrtance. 1885)

 

Jadis la ville de Mons était fort mal pavée, c'étaient presque partout des gros cailloux, peu nivelés, sur lesquels on venait souvent buter. Les habitants des environs, lorsqu' ils heurtaient un de ces gros cailloux, s'écriaient : Montais cayau. Des cailloux, l'épithète passa aux habitants et est restée.

 

2802

Mussi

MUSSY-LA-VILLE

Lès hotîs d' Mussi, lès mar­tchands d' cabus.

 

litt. Les hotteurs de Mussy, les marchands de choux.

Cette localité ne possède aucun proverbe local. Il n'y a que son ancien commerce à dos, au moyen de la hotte prosaïque qui nous a valu le fameux surnom de hotîs d' Mussi. — Une industrie locale est aussi celle de la culture et de la vente des choux à repiquer; de là, sans doute, cette dénomination inotîensive donnée à nos habitants.

(J.-B. Laurent. Inst. comm. à Mussy. 1877.

TANDEL. Les communes luxembourgeoises. III. 1890)

 

2803

Nameur

NAMUR

Lès djodjos.

 

Jojo est le sobriquet des Namurois. On n'en connaît pas bien l'origine ni la signification. Ces sobriquets, qu' on se donnait de ville à ville, équivalaient généralement à la qualification de niais.

 

Et déjà les jojos, au nombre de deux mille,

Brûlaient de s'illustrer et d'illustrer leur ville.

(DU VIVIER. Cinéide. Ch. XVI et note)

 

Lèyî scrîre à leû-z-auje tos cès fieûs d' aurmonak,

Lèyî-lès, sins vos plinde, raconter totes leûs crakes,

Lèyî fé, èt tot rade vos sèroz dès bastauds

Vinus on n' saurè d'où, dès nûtons, dès djodjos.

(A. DEMANET. Oppidum Atuatucorum. 1843)

 

N' avise-t-i nin,

Qui s' mére âye tamehî dè frumint,

Qwand èle a faît si baî djodjo ?

(DE CARTIER, DE VIVARIO, etc. Li voyèdje di Tchaudfontin.ne. I, sc. 3. 1757)

 

2804

Nameur

NAMUR

Nameur li glote

 

LITT. Namur la friande.

« Soit dit en passant, le magistrat de Namur affectionnait singulièrement le mode de punition statué par cet ëdit (détention au pain et à l'eau). C'était, croyait-il, le moyen de sévir avec effet contre vos pères, auxquels on a toujours reproché, vous le savez, d'être, ainsi que vous, mes jeunes amis, un peu portés sur leur bouche. »

(Jules BORGNET. Les échasseurs )

Leurs rivaux prétendaient, sans nulle vérité,

Que Namur méritait le surnom de la glotte.

(DU VIVIER. Cinéide. Ch. XVI el note)

 

Tot l' monde dit : Nameur li glote,

Maîs tot ça n' nos faît rin,

Èst-ce pace qui, avou nosse djote,

On mèt dès saucisses didins?

(Vîve Nameur po tot. Ch. Aurm. di Nameur. 1883)

 

C' ènn' è-st-assez, pârlans d' ôte tchwè,

Èt s' toumans so lès Namurwès.

Is sont friyands come li morèye,

So 1' tchâr ossi bin qu' so l' pèherèye.

I gn-a qui frint cinkante bricoles,

Po magnî ine bonne caracole.

(Paskèye so lès séminarisses. 1733)

 

2805

Nameur

NAMUR

Mougneûs d' grèvasses.

 

litt. Les mangeurs d'écrevisses.

Sobriquet donné par les Dinantais aux habitants de Namur.

« Sans doute, vous connaissez les qualifications accordées a dans les siècles passés aux principales villes ; vous savez le sobriquet de mangeurs d'écrevisses, dont nous ont, depuis « un temps immémorial, gratifié nos voisins les copères. En « présence de cette tendance gastronomique assez bien « constatée, croyez-vous que Namur ait mérité son épithète « énergique de la gloutte ?

(Jérôme PIMPURNIAUX (Ad. borgnet), Légendes namuroises. 1837)

 

2806

Nameur

NAMUR

Vîve Nameur po tot, po l' pupe, po l' bîre èt po ... (jeunes filles).

 

litt. Vive Namur pour tout, pour la pipe, pour la bière et pour.....(les jeunes filles).

« Marque d'un pot en grès fabriqué à Namur ; une porte de  fer et les trois éléments du dicton populaire. »

(Catalogue de la vente Minard, à Gand. 1882)

 

CHARLEROI ÂRKA

Èle li fra, vos di-dje ou bin djè l' èvôye dins-in couvent à Nameur ; èle d-îra tchanter : vîve Nameur po tot, tint qu' èle voura.

(BERNUS. L' malade St-Tîbaut. I, sc.8. 1876)

 

VARIANTE Vîve Nameur po tot, po l' toubak èt lès gosètes.

 

2807  

Nameur

NAMUR

Lès chitaus d' Nameur.

 

litt. Les chieurs de Namur

 

Sobriquet donné parles habitants de Jauche, Orp-le-Grand, et des villages environnants (canton de Jodoigne), aux Namurois.

 

ORIGINE Il y a, à Orp-le-Grand, une source qui était, il n'y a pas bien des années, le but d'un grand pèlerinage. On dit que sainte Adèle (ailleurs Odile) a fait jaillir cette source et qu'en s'en lavant les yeux malades, on les guérit.

Les Namurois avaient une grande dévotion pour sainte Adèle, mais le jour du pèlerinage était une fête pour les gamins de Jauche. Ils creusaient sur la route des fosses qu' ils recouvraient de terre, soutenue par de légères baguettes. Le sobriquet donné aux Namurois t'ait supposer que, dans les temps reculés, celui qui tombait dans un de ces trous (garnis d'ordures), n'avait rien de mieux à faire que de courir à la rivière voisine.

 

2808

Nameur

NAMUR

Tièsses di Nameur

 

litt. Tête de Namur.

Tête dure, par analogie avec les pierres bleues, dites pierres de Namur, au pays wallon.

 

2809

Nivèle

NIVELLES

Aclots

 

«Les Nivellois ont pour sobriquet le nom da claus, duquel on donne cette explication plaisante : les portes de la ville étaient jadis si mal entretenues, que les gonds et les verrous ne tenaient plus. Une troupe ennemie s'étant montrée dans le voisinage, on voulut, mais en vain, les fermer, et voilà nos bourgeois qui parcourent la ville en criant à tue-tête : À claus, à claus ! (aux clous, aux clous !)

(J. Tablier et A. Wauters. Géographie et histoire des communes belges. Bruxelles, grand in-8°, 3e livraison (mai 1862), p. 168, col. 2)

 

AUTRE VERSIN Lors d'un des sièges que notre ville eut à subir de la part des Espagnols, on s'était défendu à outrance ; toutes les munitions d'artillerie étaient épuisées, et les ancêtres de l'Inradjî, de l'Espontaule et de Broke-à-l'aiy, réduits au silence ; la brèche était ouverte, l'ennemi allait entrer. C'est alors que les courageux défenseurs se répandirent dans !a ville en criant : à claus, à claus.

« Donnez-nous des clous pour charger nos canons, repousser « et mitrailler cette canaille, nous sommes à bout, vaincre a ou mourir. »

Pourquoi nos aïeux n' ont-ils pas adopté pour devise dans leurs armes ces deux mots : à claus ! quand souvent nos voisins croient nous ridiculiser en nous appelant aclot ou aclaus.

(M. DU COUR R'NAUD. L' Aclot, journal, n° 9. 1888)

 

NIVELLES

... Djè counè bin Nivèle,

Dj' aî d'djà vu ç' payis-là, lès-Aclots sont si bons (*)

Èt pou dîre ça tout coûrt, c' èst l' payis dès Walons.

 

NIVELLES 

À Nivèle, djè m' trouverè come dins-in paradis,

Lès-Aclots m' carèsseront come si dj' èstè leû fis.

(RENARD,  Lès-avent. dè Djan d' Nivèle, Ch. I, 1857)

 

(*) Lès djins d'Nivèle èn' s' apèlenèt ni ôtrèmint qu' lès Aclots.

 

2810

Payis-Bas

PAYS-BAS (Hollande)

Lès kanifichtônes.

 

Ce sobriquet était donné aux Hollandais par les Wallons, pendant la réunion de la Belgique avec la Hollande (1815 à 1830).

C'est la corruption de la phrase : Ik kan niet verstaan (je ne comprends pas), réponse invariable de tout Hollandais étranger à la langue française.

 

Tchèssans à l' ouh, tchèssans bin lon,

Tos cès kanifichtônes,

Avou zèls, on n' faît mây rin d' bon,

Èt s' piède-t-on tote sès pônes.

(Chanson pop. 1830 ou 1831)

 

Divenou flankeûr d'vins lès kanifichtônes,

On m' rimoussa, dj' eûri-st-on pantalon.

(DU VIVIER. Li pantalon trawé. 1841)

 

Taîhîz-ve, dj' a m' tièsse come on sèyaî,

Dji n' veû pus qu' totès flamahes,

Kanifichtône mi râye li paî.

(THIRY. On cwèrbâ franc lîdjwès. 186(...))

 

Di ç' timps-là, nosse payis féve d' arèdje ine seûre mène,

C' èst qu' lès kanifichtônes manecît d' î prinde rècène.

(PECLERS. Li cinkantème d' on patriyote. 1880)

 

JODOIGNE Kalifèstône èst mwèrt à Hoûgâr.

Réponse des Jodoignois à quelqu'un qui leur parle flamand ou hollandais.

 

2811 

Campènaîres

QUEVAUCAMPS et STAMBRUGES. (HAINAUT)

Lès campènaîres.

 

La plupart des habitants de ces communes sont colporteurs et voyagent d'une extrémité du pays à l'autre, et même en France; on les nomme campènaîres, ce qui veut dire brocanteurs, marchands ambulants, batteurs de campagne.

(A. Harou. La tradition)

 

Elections du 14 juin 1892. « Remarqué la pancarte des « libéraux de Quevaucamps : Pour les libéraux, les campenaire sont toudi là. »

(Gazète Pétrus', 18 juin 1892)

 

2812 

Ronkiére

RONQUIERES

Lès dîdons

 

litt. Les dindons.

Les philosophes de Ronquières. On y élève beaucoup de dindons et l'on affecte assez souvent de confondre les habitants avec leurs élèves.

(A. Harou. La tradition)

 

Proverbe à nivelles :

I n' èst ni co bon pou d-aler garder lès dîdons à Ronkiére.

(L' Aclot. 1889. N° 2) Voyez le proverbe n° 2056.

 

2813 

Souvré

SOUVRÉ (quartier de Visé)

 Lès bilokes.

 

litt. Les Reines-Claude. Voyez Visé, n" 2820.

 

2814 

Stâveleû

STAVELOT

Bèsaces.

 

Proverbe :

I fât deûs cou d' sètch po fé one bèsace.

litt. Il faut deux Malmédiens pour faire un Stavelotin.

Voyez le proverbe n° 914.

 

2815 

Twin

THUIN

Lès boulots

 

litt. Les petits gros.

Les Thudiniens (habitants de Thuin) disent, en parlant des habitants de Lobbes :

Lès Lobins

Ont des pûs (poux) come dès poulins.

Ceux de Lobbes répliquent en disant :

Lès Boulots

Ont dès pûs come dès chabots (sabots).

(A. HAROU. La tradition)

 

2816 

Vèrvî

VERVIERS

Lès pîres à makète.

 

litt. Pierre à tête (borne).

Le pays des pîres à makète : sans doute par allusion aux monteûs (échalliers), par lesquels on passe d'une prairie à l'autre, dans la plus grande partie de l'arrondissement de Verviers.

 

VERVIERS

LU R'NÂd

Insi, vos d'vrîz aprinde à k'toûrner lu baguète,

Tot gripant à cavaye du quéke pîre à makète.

(XHOFFER. Lès bièsses. I, sc. 15. 1858)

 

CRAHAÎ

Mi, dji n' a nin toûrné so l' plèce des récolètes,

Mi lokince fa danser jusqu'âs pîres à makète.

(Alcide PRYOR. On dragon qui faît dès madames. 1867)

 

VERVIERS 

Ou bin d'lé one pîre à makète,

I s' taîrè bin lon po pihî,

S' rouvîrè d' rabotener s' brauyète,

N' auyant d' câre s' on pout l' awaîti.

(XHOFFER. Lès burdoyes. 1867)

 

A Stembert, près de Verviers, les portes des fermes sont protégées des charrettes et voitures par des pîres à makète.

 

2817 

Vèrvî

VERVIERS

Lès magneûs d' pèlotes.

 

litt. Les mangeurs de pelures.

« Les Verviétois sont, dans le marquisat, connus sous le nom de magneûs d' pèlotes et par pèlote, on entend les pelures de pommes de terre. Aujourd'hui encore, à Theux, à Verviers, à Sart, si l'on veut invectiver un habitant de Verviers, on l'agonisé de ce ternie qui remonte à 1789. Pendant le rigoureux hiver de cette année, la disette était telle que les indigents affamés vinrent de Verviers jusqu'à Spa, ramasser, sur les fumiers, les épluchures de pommes de terre et de légumes pour assouvir leur faim. De là est restée l'injure d'autant plus sanglante qu'elle fait un reproche aux descendants de ce qui fut autrefois une nécessité. Il n'y a pas deux ans (1877), que cette insulte paraissait encore imprimée au vif, dans un pamphlet à l'adresse des Verviétois. »

(A. Body. Chans. patriotiques. Glanes)

 

VARIANTE Lès râseûrs d' ohês.

litt.  Les rongeurs d'os. (Même origine)

 

2818

Vèrvî

VERVIERS

Lès crâs cous

 

litt. Les culs gras.

Les Verviétois ont été appelés des crâs cous (des richards), parce qu' il y a quelque cinquante ans, ils venaient faire le heer (seigneur) à Spa, et arrivaient par le chemin de traverse, à pied, avec des bottes armées d'énormes éperons, les jours de courses ou d'autres fêtes.

 

— Vos-avez dès sporons, mins vosse tchuvau, w' è-st-i?

—  Ô ! dju l' a lèyî o l' cinse Djaumâr. (Ferme au-dessus de Spa, près du chemin de traverse)

 

2819

Virtan

VIRTON

Les sègneûrs dè la Grîdje-au-bos.

 

litt. Les seigneurs de la Grange-au-bois.

 

Par acte passé le '20 décembre 1612, la ville de Virton atchèta, à madame de Gournay, veuve du seigneur Jacques de Ligni-ville, une censé dite de la Grange-au-bois, enclavée dans les bois et aisances de la ville. Cette vente se fit avec cession de tous les droits seigneuriaux attachés à la censé, pour le prix de 4300 francs.

(Dr J. Jeanty. Un ancien livre de la ville de Virton, Annales de l'inst. arch. du Luxembourg. XV, p. 73,1883)

 

VIRTON Nous-autes, lès sègneûrs de la Grîdje-au-bos, dj' alans chu l' Augusse Burkel, ç'ti-làl qui èst - coumat dijant-is ça, lès çous d' Mâdi ? — hongreûr, i m' sènne.

(Lë Sauverdia, gazette de Jodoigne, 1892, n° 3)

 

 

11:08 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Spots (Dejardin) : sûte: 2820-2839

2820

Vîsé

VISÉ

Tchawaîs d' Vîsé.

 

Bilokes di Souvré. (Faubourg de Visé)

 

Tchawaî : perdrigon violet, sorte de prune de la Catalogne.

Jadis, à une des fêtes de Visé, sans doute à la foire de Lorette, on y vendait une grande quantité de tchawaî, provenant de Visé et des environs; c'était un article spécial. On n'allait pas à la foire sans atchèter des tchawaî, comme maintenant les Liégeois ne pourraient venir à Visé en été, sans manger de l'oie.

Les tchawaîs eurent de la vogue et donnèrent leur nom aux vendeurs. On a dit les tchawaîs d' Vîsé, comme on dit quelquefois les oies de Visé en parlant des habitants de cette ville. Un jour, dans un moment de vivacité entre les Visétois et les Souvretois, ces derniers auraient traité les concitoyens de Tchawaîs; par voie de riposte, les Souvretois furent nommés Bilokes.

 

2821  

Auve

WAVRE

Lès pépéres d' Auve. 

Lès méméres d' Auve.

 

litt. Les papas de Wavre. Les mamans de Wavre.

Sobriquet donné par les habitants de Jodoigne, parce qu'à Wavre on dit : pépére et mémére, pour papa et maman.

Par contre, les Wavriens se moquent des Jodoignois qui disent mame, pour maman.

 

2822

Auve

WAVRE

Lès vijins

 

litt. Les voisins.

Manière de désigner les Wavriens par leur façon de dire dans leur dialecte le mot voisin. Ce terme n'est employé qu'à JODOIGNE

Dj' a stî dé lès vjins. =  Je suis allé à Wavre.

 

2823 

Viancout

WILLANCOUT

Lès loups d' Viancout.

 

« Les habitants de Willancourt ont reçu le nom de loups parce que, n'ayant que très peu de rapports avec l'extérieur, ils ont conservé des manières plus rudes, plus sauvages, en même temps que plus austères, qui tranchent sur celles des villages environnants, plus adoucies, plus dissolues par suite du commerce continuel, facilité avec l'étranger par des routes, des lignes ferrées qui n'existent pas chez nous, ou qui sont très rares. »

(M. François, instituteur communal à Willancourt)

 

2824

swè

SOIF

I n' wase bauyî d' peû d' awè swè. (NAMUR)

 

 litt. Il n'ose bâiller de peur d'avoir soif.

Se dit d'un homme très parcimonieux, d'un avare.

Pr. fr. — II n'ose cracher de peur d'avoir soif.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

MONS  Dj' in-aî bé coneu d' cès gars-là, qui dj' tiant tout pa lès portes et pa lés finètes, èyèt qu' asteûre, is n' ôsetèt né bayer peûr d' avwar swaf.

(MOUTRIEUX. Dès nouviaus contes dés kiés. 1850)

 

MONS  Dj' crwa bén ! là pourtant 'ne vièye bougrèsse qu' a s' pin cwît éyét s' bière boulîe, et ça n' ôse nié bayer peûr d' avwar swa.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1850)

 

NIVELLES  

Djè m' tènè su l' quî-vîve, èt dj' n' oûsè nîn, ma fwè,

Pou bauyî drouvru m' bouche, èt ça d' peû d' avwè swè.

(RENARD.  Lès-avent. dè Djan d' Nivèle. Ch. II, 3e éd. 1890)

 

2825 

swè

Faut nin ratinde d' awè swè po tirer l' aîwe do pus'.    (namur)

 

litt. Il ne faut pas attendre qu' on ait soif, pour tirer de l'eau du puits.

Il faut être prévoyant et ne pas attendre le dernier moment pour agir.

 

2826 

swè

Quand on-a bé swè, on bwèt è potia.  (JODOIGNE)

 

litt. Quand on a bien soif, on boit dans les flaques d'eau.

La nécessité fait faire souvent des choses désagréables ou pénibles.

 

MARCHE   Li trop grande seû faît beûre o l' basse.

 

2827

sôdâr

SOLDAT

On n' sâreût fé l' guêre sins touwer dès sôdârs.

 

litt. On ne saurait faire la guerre sans tuer des soldats. Vouloir une chose, c'est en accepter les conséquences.

 

2828

sôdâr

I gn-a dès vis sôdârs come dès vîs capucins.

 

LITT. Il y a de vieux soldats comme de vieux capucins.

Tous les soldats ne périssent pas à la guerre, il en est qui vieillissent sous les armes.

 

2829

sôdâr

On faît bin l' guêre à on sôdâr près.

 

litt. On fait bien la guerre à un soldat près.

L'absence d'une personne n'empêche pas, ne doit pas empêcher qu'une affaire ne se conclue, qu'une partie ne se fasse. (ACAD.)

Pr. fr. — Pour un moine, l'abbaye ne faut pas.

 

VARIANTE

Ç' n' èst nin fâte d' on sôdâr,

Qu' on laît dè monter l' gâre.

litt. Ce n'est pas faute d'un scldat qu' on laissera de monter la garde.

 

VAR. DINANT  Li blanc Douwârd ni vint nin avou nos, pôve valèt, dj' è so trisse, maîs nos n' è p'lans rin..... èt ci n' èst nin faute d' on sôdâr qu' on n' faît nin l' guêre.

(V. COLLARD. Li tinderîye à l' amourète. I, sc. 16. 1890)

 

2830

sôdâr

Sôdâr di Hêve, avou dès sporons d' coûke èt on pompon.

 

litt. Soldat de Herve, avec des éperons de pain d'épice et un pompon.

Pr. fr. — Soldat du pape. Soldat peu militaire.

 

VAR. JODOIGNE  Pôve sôdâr qui n' a ni s' fësik.

 

2831

sôdâr

Qwate à qwate èt l' rèsse en gros,

Come lès sôdârs di l' abé di Stâvelot.

 

litt. Quatre à quatre et le reste en gros,

Comme les soldats de l'abbé de Stavelot.

Vouloir faire plus qu' on ne peut. — Faire étalage du peu qu' on a. — Jeter de la poudre aux yeux.

hist. Il paraît que la garde du prince-abbé de Stavelot se composait, en tout et pour tout, de quatre hommes et d'un ... généralissime.

2832

solo

SOLEIL

Li solo lût po tot l' monde.

 

litt. Le soleil luit pour tout le monde.

Il est des avantages dont tout le monde a droit de jouir. (ACAD.)

Pr. fr. — Le soleil luit pour tout le monde.

Ev. St-Mathieu, ch. V, v. 45, V. Quitard. Dict., p. 650.

D'un globe étroit divisez mieux l'espace, Chacun de vous aura place au soleil.

(BÉRANGER. La sainte alliance des peuples)

Cité par FORIR. Dict.

 

VERVIERS Quu l' baî solo lûhe po tot l' monde

Èt fé crèhe so tot l' horizon.

(M. PIRE. Vo-r'-ci l' îviè. Ch. 1874)

 

MARCHE Qwèqui l' solaî lût po tortos,

Lès keûrs ni corèt nin après nos.

(ALEXANDRE. P'tit corti. 1860)

 

MONS

Ét qui c' èst qu' ôseurwat moufeter là-dèssus ?

Èst-ce què l' solèy n' lwît nié pou tout l' monde, in, chôse ?

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1850)

 

2833

solo

C' è-st-on martchand d' solo.

 

litt. C'est un marchand de soleil.

Disposer de tout, régler tout par son crédit, par son influence.

(ACAD.)

Pr. fr. — Faire la pluie et le beau temps.

 

2834

solo

I lût lès qwate solos.

 

litt. Il luit les quatre soleils.

Il fait un temps remarquablement beau; et ironiquement pour dire que c'est une chose extraordinaire, rare, une chose à noter.

 

I lût lès qwate solos qwand èle candje on drap d' min.

(THIRY. Ine copène so l' manèdje. 1888)

 

JILIS'  Il èst vraîy qui nos-riyans quékefèye di zèls (lès payisans) qwand nos lès vèyans d'vins lès rowes di Lîdje, avou on paraplu ossi gros qu' ine fahène dizos l' brès' èt l' pantalon trossî djusqu'â mitan dè mustaî, qwèqu' i lûse lès qwate solos.

(SALME. Lès rabrouhes. Sc. 1ère. 1882)

 

Qu' i ploûse, qu' i nîve, qu' i djale,

Ou qu' lûse lès qwate solos,

Avou l' corèdje dè diâle,

I pèherè mâgré tot.

(V. CARPENTIER. Li tchant dès pèheûs. Ch. 1890)

 

2835

solia

Quand l' solia va dôrmë avou one sandronète, c' èst sine dè plaîve. (jodoigne)

 

litt. Quand le soleil se couche avec une coiffe, c'est signe de pluie.

Observation faite depuis longtemps par les habitants de la campagne.

 

2836

laton

SON

Nu spaurgnî qui po l' laton. (MARCHE)

 

litt. N'épargner que pour le son.

N'épargner que des choses de peu de valeur, sans pouvoir faire un bénéfice.

 

MARCHE

Si t' n' as spaurgnè qui po l' laton,

Ti t' embourbrès djusqu'au minton.

(ALEXANDRE. P'tit corti. 1860)

 

2837

laton

Vinde mî s' laton qui s' fleûr.

 

litt. Vendre mieux son son que sa fleur (de farine).

Retirer plus de profit d'une affaire qui paraissait mauvaise que d'une opération sur laquelle on comptait.

 

Li pus mwinde, c' è-st-on gros signeûr,

Qui d'bite mî s' laton qui s' fleûr.

(Paskèye so les séminarisses. 1735)

 

Cf. Donner sa farine et vendre son son.

Se dit d'une femme qui fait plus la renchérie en sa vieillesse que quand elle était jeune.

(LEROUX. Dict. comique)

 

Si bien donc désormais que vous serez plus fine,

Et vendrez votre son mieux que votre farine.

(LEGRAND. Le roi de Cocagne. II, sc. 7)

Cité par FORIR. Dict.

 

Èlle a dè l' tchance, vosse soûr ; èlle a mî vindou s' laton qui s' fleûr.

(HOCK. Mœurs et coutumes. 1872)

 

MONS

Èle a bayé è s' fleûr pou rîn,

Et èle vind quier è s'-n-èrbule.

 

VAR. MONS 

Èle a bayè s' fouèr pou naîrié,

Èy èle vind bié quier è s' wayé.

(SlGART. Dict. 1870)

 

2838 

clabot

SONNETTE

Ci qui lî a pindou s' clabot, nu lî a nin hapé si-ârdjint.                                    (MALMEDY)

 

litt. Celui qui lui a pendu sa sonnette, ne lui a pas volé son argent.

Se dit d'une personne qui parle constamment.

 

NIVELLES Èl cyin qu'a pindu s' langue a bî gangnî sès cînk sous.

 

2839

macrale

SORCIÈRE

Èle ravisse lès macrales, qwand on lî vout dè bin, èle vout dè mâ.

 

litt. Elle ressemble aux sorcières, quand on lui veut du bien, elle veut du mal.

Elle rend le mal pour le bien ; c'est un caractère difficile et insociable.

 

 

10:56 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |